Faits Vécus

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours eu un temps de déprime en mai/juin depuis que je suis aux études post-secondaires. C’est étrange, mais ce n’est pas si étonnant que ça. Lors de chaque fin de session, nous sommes bombardés de travaux à remettre et d’examens à réussir. Et puis, tout d’un coup… plus rien. C’est comme si notre cerveau se mettait en mode hibernation et qu’on arrivait tout d’un coup à pouvoir relaxer.

Un homme à côté de la fenêtre à cadre blancSource image: Unsplash

Je me disais que lorsque ma session allait être finie, j’aurai plus de temps pour jouer à mes jeux vidéo. Il y a des jeux qu’il est préférable de jouer sans trop d’interruption afin de bien suivre l’histoire, comme les jeux de Role-Playing Game (RPG). Ou encore, puisque je n’ai plus besoin d’autant de temps à consacrer à mes études, j’aurai plus de disponibilités pour travailler. Évidemment, il faut que l’employeur ait des heures à offrir. L’autre alternative est parfois d’avoir un stage l’été afin d’acquérir de l’expérience pour notre vie professionnelle future.

Pourtant, il semblait que parfois, ni le fait de jouer aux jeux vidéo, ni le fait d’avoir plus d’heures à mon travail, ne m’intéressaient complètement. J’essayais d’occuper mes journées du mieux possible, mais mon moral n’était jamais à son maximum. Quelques années plus tard, je me suis rendu compte que c’est le stress vécu à chaque fin de session qui disparaissait lentement de mon esprit. En effet, tout le stress de performance que nous vivions disparaît et nous pouvons enfin respirer. Je crois que le corps (du moins, le miens) n’est pas tout à fait adapté pour ce genre de situation. C’est peut-être la raison pour laquelle je déprime soudainement.

Une alternative pour pallier la déprime d’après fin de session est de faire de l’activité physique. Faire des randonnées de bicyclette sur le bord de l’eau permet de se rafraichir. Ou encore, pouvoir se promener dans la ville tout en jouant à Pokémon Go peut aussi être intéressant. Cette année, lorsque les conditions seront requises, peut-être que je pourrais prendre des cours de boxe, comme ce que j’ai fait il y a quelques années. Bref, il est important de mentionner que l’activité physique permet de libérer des substances chimiques qui ont des qualités antidépressives.

Pendant ces semi-vacances qui nous sont offertes, l’idéal est de découvrir des projets qui nous passionnent afin de garder une attitude positive. Mais le plus important est de rester en contact avec ses amis. Si ce n’est pas possible de passer du temps physiquement avec d’autres personnes (PS : Bonjour le confinement), l’alternative est de faire des activités en ligne. On n’a qu’à penser à des jeux populaires, tels que Gartic Phone et Skribbl.io. Il y a aussi plusieurs autres jeux en ligne à jouer avec ses amis. L’important est de se tenir occupé et en bonne compagnie avec des gens positifs.

Rangée de quatre hommes assis sur un sentier de montagneSource image: Unsplash

 

Je ne sais pas si d’autres personnes vivent dans la même situation que moi. À mon avis, le cerveau effectue une transition importante entre le moment où on est surchargé de travail et le moment où nous n’avons plus rien à faire. Dans mon cas, je me faisais des plans pour l’après fin de session et pour le reste de l’été. Cependant, je déprimais quand même rendu à ce temps-là de l’année. Bref, je crois que ce sera un événement qui se répétera à chaque fois que je serai aux études. Mais heureusement, ce mauvais temps disparaissait après quelques semaines et je pouvais enfin profiter de mon été.

 

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Jean-Michel Bélanger's Avatar
Jean-Michel Bélanger

Après avoir écrit ses pensées pendant plusieurs années sur son mur Facebook, Jean-Michel a décidé de rejoindre Le Cahier afin que ses idées et ses...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

3 raisons de guérir de son trouble alimentaire