Voyage

On sait que la fin de semaine sera pleine de bons moments, quand elle débute avec un chai chocolat au lait d’amande du fameux Café Pékoe avec en plus de la mousse de lait d’amande. Du lait d’amande qui mousse? Voyons! Moment de bonheur et de gratitude envers la barista ce matin-là. C’est donc tôt en ce samedi matin ensoleillé d’automne que je prends la route. Toute seule. Une fin de semaine où je n’aurai que moi à m’occuper, mes désirs, mes besoins, mon horaire, mon itinéraire. Charmant, mais oh combien déséquilibrant.

À lire : Paris je t’aime

Conseil suprême:  Prendre la route tôt en ayant très peu mangé! Vous comprendrez vite pourquoi.

Alors que le soleil éclaire merveilleusement bien le ciel, que Kathleen Edwards résonne dans mes oreilles (voyager seule implique aussi de chanter sans faire de mal à personne), je réfléchis à une affiche que j’ai vue le matin même dans la vitrine d’un café. Golden Chai Latte à la citrouille. Trois breuvages dans un. Cette annonce me frappe en pleine face (et non je ne suis pas rentrée dans la vitrine!) Pourquoi cherche-t-on à tout avoir? Et encore plus? D’où vient ce sentiment d’insatisfaction constant? Cela me parle particulièrement, car je n’y fais pas exception, je n’échappe pas à ce qui m’apparait comme un bien grand mal. Dans ces moments, je me plais à me tourner vers la pleine conscience. Vous pourrez vous aussi essayer avec la piste de relaxation guidée que j’ai préparée sur ce thème.

Bon, revenons sur notre route, recentrons-nous justement….

C’est maintenant la voix mélancolique de Ben Howard qui joue… Prendre la 20 vers l’est (ou la 132 pour ceux qui veulent vraiment étirer le plaisir, ralentir le temps), c’est rouler avec l’impression de s’éloigner vraiment de la maison. Les terres des fermes de Saint-Vallier, la vue sur le relief montagneux de Charlevoix, le fleuve qui nous suit en s’élargissant toujours un peu plus, la route des vacances est bien entamée et droit devant il est indiqué « Kamouraska, sortie … ». Je deviens fébrile, car je sais très bien qui ou plutôt quoi j’y rencontrerai.

Premier arrêt OBLIGATOIRE: La boulangerie Niemand. Vous comprenez maintenant pourquoi il fallait suivre le conseil suprême. Plus souvent qu’autrement à la boulangerie vous êtes accueillis par le chat, toujours le même, qui se prélasse au soleil et semble profiter lui aussi de la douceur de l’automne. Aucun mauvais choix n’est possible ici. Le problème majeur réside justement dans faire ledit choix. Cette fois-ci (car il y a eu plusieurs fois avant et un avenir nous attend très certainement), je me laisse tenter par le chausson aux poires et la corne d’abondance. Deux viennoiseries, cela peut paraître beaucoup pour une seule personne, mais imaginez-vous que j’ai dû laisser derrière moi les croissants, les chocolatines et autres plaisirs délectables qui ne demandaient qu’à être choisis. Je vous confirme que mon choix en était un excellent. La corne d’abondance est sublime dans ses arômes et ses saveurs. Une viennoiserie avec à l’intérieur une compote de prunes et de la crème au beurre. Impossible de ne pas être contentée.

3 photos

Puis, direction La Fée Gourmande pour faire des réserves. Des réserves de quoi? Des réserves de bonheur chocolatées! Petite boîte en main qui sera dégustée à l’hôtel ce soir (il ne faudrait tout de même pas exagérer).

Je me dirige vers le Sentier du Cabouron où une randonnée du genre retour aux sources m’attend. Sentier très fréquenté des gens qui habitent le coin. Pour les amateurs de plein air ou les utilisateurs de Tinder (qui semblent tous faire de la randonnée, non?!), c’est un incontournable. Le dénivelé n’est pas très grand, mais suffisamment pour se retrouver avec une vue incroyable sur le fleuve. Une randonnée en automne, c’est apaisant.  Le mélange des couleurs, la fraîcheur de l’air, l’odeur de feuilles mouillées, tout y est.  Plusieurs petits belvédères sont présents au cours de la randonnée et il y a en a un plus imposant. Je vous garde d’ailleurs la surprise de sa forme originale.

6 photos

Si vous cherchez un hébergement dans le coin de Kamouraska, La p’tite jaune du coin est un incontournable. Cet hébergement touristique est tenu par un jeune couple dynamique dans la trentaine. Catherine qui est designer de formation a habillé la maison de façon chaleureuse avec ses choix de tissus, de cousins, de couleurs. Les images parlent d’elle-même. Pascal, son acolyte qui est aussi mon cousin, donc oui j’ai un parti pris, un pas pire gros, mais je n’endosserais pas un produit qui ne serait pas de qualité ou qui ne me ressemblerait pas.

Crédit photo : Catherine DuvalCrédit photo : Catherine Duval

De St-Germain où je termine la randonnée, il est impératif de prendre le deuxième rang pour en avoir plein les yeux (encore!). Par la suite, j’ai simplement repris la 132 afin de me diriger vers Saint-André de Kamouraska.

Mon voisin Charles pourrait vous parler en long et en large de la Poissonnerie Lauzier, de Sebka (que je me promets de visiter lors de ma prochaine escapade dans le coin) et d’autres attraits agroalimentaires du secteur. Charles vous parlerait surement aussi avec amour, passion et vivacité de La Tête d’Allumette. Cette microbrasserie conviviale avec rien de moins selon ce qu’en pense mon entourage LA plus belle terrasse au Québec.

Cap sur Notre-Dame-du-Portage. Village avec probablement la plus belle cour d’école au monde. Imaginez vous faisant de la corde à danser avec une simple clôture qui vous sépare de la plage. Lieu aussi de la reconnue Auberge du Portage. Depuis peu, c’est aussi le repaire de la La bette à Cath ; haut lieu de prêt-à-manger végétalien. Logée dans une section de l’ancien presbytère et cuisinant à partir d’une simple cuisine de maison, Catherine concocte de délicieux bols santé, des sandwichs, desserts, smoothies et jus. Tous plus végétaux les uns que les autres.

Crédit photo : La bette à CathCrédit photo : La bette à Cath

THE SPOT auquel je reviens année après année (parfois même deux fois par année) depuis 5 ans, l’Auberge de la Pointe à Rivière-du-Loup. J’ai un amour sans borne pour l’emplacement de cette auberge. La terrasse qui surplombe le fleuve St-Laurent est à couper le souffle. L’auberge de la pointe est un condensé de pas mal de trucs que j’aime en un seul endroit. D’abord, la terrasse et la vue. Sur cette terrasse, il y a d’énormes divans sectionnels avec des foyers au gaz pour étirer les soirées. Les hamacs sont parfaits pour lire ou juste regarder le temps passer.

Quand j’ai besoin de ma dose de feu de bois, il y a aussi un foyer de disponible sur une autre terrasse.

Les chambres ont été rénovées dans les dernières années et offrent dans la plupart des pavillons une vue magnifique sur l’eau. On peut donc s’endormir et se réveiller avec le bruit des vagues (laissez votre fenêtre entrouverte et la magie opère).

Ces mêmes chambres offrent la possibilité de pivoter le bureau de travail pour s’installer face au fleuve. J’avais des cours à préparer ce weekend et c’était magique de le faire là.

L’auberge compte aussi un pavillon avec piscine, spa, sauna et équipements d’entraînements. Donc, que vous soyez seul, en couple ou en famille, tout le monde y trouvera son compte. Juste en bas de l’auberge, à trois minutes à pied, se trouve la plage et une magnifique piste cyclable. On peut donc jouer dans le sable gris, observer les algues, sauter sur les roches (sport national de tout enfant de 7 ans!) ou observer les couchers de soleil.

2 photos

Couchers de soleil? Je n’en avais pas encore parlé! Je gardais l’attrait touristique ultime pour la fin. Bien assise sur la terrasse avec votre verre ou votre tisane en main, il vous sera donné de voir les plus merveilleux couchers de soleil.

Parc urbain Rivière-du-Loup

Je suis allée à Rivière-du-Loup des dizaines de fois dans ma vie, j’avais bien vu la chute en plein coeur du centre-ville, mais j’avais sous-estimé l’ampleur du parc qui l’entoure. Mine de rien, à quelques pas des restaurants et boutiques, il est possible de marcher en forêt sur une bonne distance. Je me suis d’ailleurs promis d’y revenir pour voir le verger lors de sa floraison.

5 photos

Camping de l’île aux lièvres

Du quai de Rivière-du-Loup, vous pouvez prendre un sympathique traversier pour vous rendre sur deux îles en plein coeur du St-Laurent. À ce temps-ci de l’année, on oublie le projet, mais je me promets de vous reparler de mon séjour de camping sur l’île aux Lièvres de l’été dernier.

Les produits Koohoony

Caché à l’est de Rivière-du-Loup dans la municipalité de Cacouna, le repère des produits Koohoony se trouve. Des produits faits à la main par une passionnée. J’ai fondu et c’est le cas de le dire pour l’exfoliant au cacao! Vivifiant, onctueux et joyeux ; il réveille de la meilleure des façons mes sens et mes matins!

Déjà, le long weekend tire à sa fin et il est temps de reprendre la route doucement en savourant chaque instant.

À mon retour, j’ai cherché à recréer l’odeur de ma randonnée automnale à la maison avec mon diffuseur. L’odeur de feuilles mouillées n’est pas disponible dans les huiles essentielles à mon grand malheur, je me suis donc concocté un mélange automnal. Cèdre (thuya), mandarine et cannelle. Cocooning, réconfort et chaleur.

Mélange d’huiles essentielles

7 gouttes de Thuya

6 gouttes de mandarine rouge

1 goutte de cannelle

Méditation « Vouloir tout »

Dans de prochains articles, je vous ferai vivre des méditations guidées en lien avec l’article que j’écrirai. D’ici là, voici ma liste de lecture Kamouraska-Rivière-Du-Loup sur Spotify!

-->
Un article de
Christine Lavoie's Avatar
Christine Lavoie

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

10 idées originales de calendrier de l'Avent