Style de vie

Tu es arrivée. Tu es en moi.

Petite âme tournoyant autour de tout mon être.

Tu m’as choisie pour te déposer. C’est tout un honneur de savoir que je porte ta vie au fin fond de mon ventre. Que je pourrais devenir mère. Que je pourrais devenir ta mère, belle âme.

Mais, je crois que tu le savais déjà avant de venir ; ton chemin ici, avec moi, sera court.

Très court.

J’avais besoin de toi pour le confirmer, je crois. Je ne veux pas mettre un enfant au monde dans des conditions que je considère défaillantes. Je ne veux pas mettre un enfant dans ce monde malade si je n’ai pas la conviction que l’amour que j’ai avec un homme peut le transformer.

Petite âme tournoyant autour de tout mon être, tu étais-là pour ça.

Pour m’aider à me situer par rapport à mon égo, à mes valeurs, à mes croyances, et, surtout, à ma foi. Ma foi en l’ordre logique de la vie. Tu sais très bien que ce n’est pas une question d’amour. Tu sais très bien que ce n’est pas une question d’égocentrisme.

C’est une question de rationalité.

Ma rationalité qui est aussi forte que mon cœur et mon désir d’aimer. Tu es venue ici, juste pour ça. On va faire un petit chemin ensemble et tu vas m’aider à grandir, à me définir. Ce n’est pas que je ne veux pas t’aimer ou te voir grandir. Ça, non! C’est plutôt que la relation qui t’a amené ici n’est pas selon mes aspirations profondes.

Elle n’est pas assez forte, stable et douce pour protéger ton âme.

Cette relation ne te mérite pas. Je crois que pour mettre un enfant au monde, on doit sentir que l’amour qu’on partage avec l’autre est sacré, indestructible et qu’elle nous pousse à évoluer. C’est cet amour qui le protègera du reste du monde. Et ce n’est pas le cas ici.

Source de l’image : Éloïse Denis

Être mère est mon plus grand rêve, mais pas à n’importe quel prix.

Pas au détriment de ton bonheur, de ta sécurité et de ton âme. Non. Mais je sais que tu sais déjà tout ça. Mon cœur en entier, tu l’as déjà et tu le sais. Je te porte dans mon cœur depuis si longtemps, si longtemps. Tous mes gestes et toutes mes paroles n’ont toujours été qu’en fonction de toi, l’enfant dont je serai la mère. J’ai tout fait pour changer ce monde avant ton arrivée, pour le préparer à toi et pour toi.

Malgré toute l’ardeur d’amour qui tend vers le rêve d’être une mère, mon âme ne peut pas se résigner à en être une. Pas ici. Pas maintenant. Pas comme cela. Non. Il va falloir que tu t’en retournes. Il va falloir qu’on se quitte. Même si je sais qu’on ne se quitte pas vraiment.

Il va falloir que je prenne cette décision, puisque ma tête n’est pas du tout en accord avec mon cœur.

Mon cœur est prêt, mais ma tête me dit non. Et c’est tout à fait logique. N’est-ce pas ? Une mère se doit de protéger son enfant. C’est ce que je fais. Je te protège d’ici-bas. Peut-être reviendras-tu un jour, sinon, on se reverra en haut !

Je t’aime.

– Ta maman

 

 

Source de l’image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Himalaya's Avatar
Himalaya

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Au père que je ne vois plus