Faits Vécus

Du plus jeune dont je me souviens, la relation entre ma grand-mère et moi a toujours été fusionnelle. C’était ma gardienne de prédilection, lorsque j’avais le bonheur de faire une activité avec elle, c’était jour de fête. Elle m’amenait littéralement partout, toujours remplie d’idée afin de me divertir. Des jeux inventés, une activité surprise, bref je ne m’ennuyais jamais avec elle.

Avec les années qui avancent, j’ai pu découvrir d’autres facettes de ma merveilleuse grand-mère, certaines que plus jeune, je n’arrivais pas à distinguer. Le temps qui passe nous fait prendre conscience davantage de ce qui nous entoure. Ma grand-maman n’a jamais eu un homme dans sa vie depuis que je suis née, son mari est décédé lorsque ma mère était très jeune. Elle a eu quelques conquêtes, par ici et par là, mais aucune dont je n’ai eu connaissance.

À mes yeux ainsi qu’avec les histoires qui m’ont été racontées, elle n’a jamais eu besoin de personne au courant de sa vie. C’est la femme la plus indépendante et forte que je connaisse. Elle a élevé ses trois enfants seule suite au décès de son mari, tout en continuant de suivre des cours du soir à l’université.

Lorsque la pensée que je ne suis pas capable de réussir quelque chose me traverse l’esprit, je pense à elle et me dis que ce que j’imagine non-réalisable ne l’est pas réellement. À travers ce confinement, j’ai découvert une femme encore plus forte que je pensais. Elle vit seule, dans son appartement spacieux, directement sur le bord de l’eau. Je ne l’ai pas entendue une fois depuis le début dire qu’elle trouvait ça difficile, elle me disait même qu’elle n’avait pas le temps de s’ennuyer. Elle est toujours heureuse de recevoir nos appels, avec son ton de voix ricaneur qui redonne le sourire.

grand-mère petite filleSource image : Camille Sabourin

C’est la personne la plus joyeuse et agréable que je connaisse. Elle se concentre toujours sur le positif des choses afin de profiter pleinement de chaque instant. Elle est toujours si reconnaissante de chaque action qui est posée à son égard. C’est une émotive, c’est de famille. Toutes les personnes qui ont la chance de croiser son chemin sont imprégnées par sa joie de vivre contagieuse.

Avant la pandémie, nous nous planifions régulièrement des petits soupers et déjeuners ensemble, afin de parler de tout et de rien. C’est si agréable de lui parler de mes inquiétudes et de mes problèmes en raison de sa grande écoute et de ses sages conseils. Avec tout ce qu’elle a vécu, elle a réponse à tout, rares sont les expériences qu’elle n’a pas eu l’occasion de vivre. À chaque discussion que j’ai avec elle, j’en découvre toujours davantage sur sa merveilleuse personne.

À travers cette lettre, je voulais lui dire merci pour tout ce qu’elle fait pour moi au quotidien. Merci d’être la merveilleuse personne qu’elle est. Je suis chanceuse de pouvoir l’appeler ma grand-maman. Tous les gens peuvent le dire pour eux-mêmes, mais je vous assure que la mienne, c’est la meilleure. Je suis chanceuse qu’elle soit la mienne, ma grand-maman. 

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Camille Sabourin's Avatar
Camille Sabourin

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Cette amitié qui n'en était pas une