Faits Vécus

Je n’ai pas vu les signes, ceux qui m’auraient probablement sauvé du naufrage. Quand on n’a rien vécu de similaire, c’est normal. J’ai vu une première vague arriver et je me suis dit que la tempête se dissiperait. J’ai vu le ciel s’assombrir, mais je me suis dit que tant que j’étais avec toi, je serais protégée.

Chercher de la protection dans les mains de celui qui nous fait du mal.

Lorsque les vagues se sont faites de plus en plus intenses, il fut trop tard, car le courant m’avait déjà emportée.

Et personne ne nous met en garde contre les manipulateurs ou les narcissiques, alors comment peut-on les démystifier?

Personne ne nous met en garde contre les mauvaises personnes. On nous laisse vivre nos expériences par nous-mêmes, comme on dit. Mais cette expérience, je n’en voulais pas.

Elle ne m’a rien apporté de bon.

Pour un premier amour, tu m’as laissé un goût amer dans la bouche. Une peur constante de me retrouver, une peur constante de retomber en amour avec un homme.

personne cheveux dans le vent en silenceSource image: Unsplash

Tu m’as dépouillée de tout ce que j’avais: ma joie et mon identité. Tu te levais le matin en m’insultant, tu te couchais le soir en me rappelant mes erreurs et en me faisant l’amour comme si je le voulais, moi aussi. Comme si le sexe allait régler quelque chose.

Tu m’as éloignée de toutes les personnes que j’aimais à un tel point que je me suis retrouvée seule avec toi sans plus personne sur qui compter.

Mais lorsque la tempête se pointait à l’horizon, je n’avais plus que moi et mon cœur détruit.

J’ai réussi à m’en sortir avec de l’aide, à te quitter malgré tes menaces, malgré tes manipulations pour que je revienne dans tes bras.

J’ai réussi à te quitter après trois ans de souffrance.

36 mois.

1825 jours.

43 800 heures.

2 628 000 minutes.

À te laisser me détruire.

Aujourd’hui, je peine à laisser entrer des hommes dans ma vie par peur qu’ils soient tous comme toi. Je vois les horreurs que des gens comme toi font sur des personnes comme moi et ça me dégoute. Malheureusement, il n’y a aucune peine pour ce genre de violence, aucune conséquence pour les délinquants comme toi. Et il devrait. Tu m’as volée plus que du temps, tu es parti avec une partie de moi et plus jamais je ne serai la même.

verre brisé en mille éclat trouSource image: Unsplash

Je t’ai aimé à me détester.

J’essaie de me reconstruire peu à peu, car je sais que m’en vouloir, ça te redonnerait seulement du pouvoir.

Et la vie te fera tomber un jour aussi.

Je l’espère.

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Andréa Maheux's Avatar
Andréa Maheux

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

À nos sœurs et frères italiens: andrà tutto bene (tout ira bien)