Faits Vécus

À la recherche constante de ce qu’on désire accomplir, de ce qu’on veut projeter aux autres, de ce qu’on veut être et devenir comme personne, on se perd. On s’égard, mais c’est normal selon moi, parce qu’on veut absolument être parfait et la perfection n’existe pas. On veut atteindre quelque chose qui n’est pas à notre portée. Dans quel but ?

De plaire. De satisfaire.

On entend souvent le même discours, non ? On le répète souvent dans notre tête. Pourquoi te mets-tu autant de pression ? Tu vois bien que tu es stressée, débordée ! Oui, c’est vrai, je suis stressée. On est stressé, mais il faut satisfaire la famille, les amis, l’entourage. On doit plaire à la société et nous démarquer, bien sûr. Cette pression nous brime parce qu’elle nous empêche de satisfaire nos vraies envies, nos réels besoins. À quel prix ?

Pour plaire. Pour satisfaire.

Je le sais que maman va être heureuse si je lui partage des rêves réalistes (tu entends l’ironie en lisant ça ?). Je le sais que mes amis me suivront sur les réseaux sociaux si je me montre jolie. Je le sais que la société veut que je sois sans arrêt débordée, à gauche et à droite, pour atteindre des objectifs de fous. Je le sais que mon futur employeur va s’assurer que j’ai déjà une panoplie d’expériences acquises avant même d’avoir terminé l’université avant de m’engager. Ah oui, et pourquoi encore ?

Je me répète sans cesse: plaire et satisfaire.

recherche, fatigué, lumière, femme, ombreSource image: Unsplash

J’ai pris une pause cette semaine, parce que je sentais que j’allais exploser. Tu sais ce sentiment d’épuisement ? Ça m’est arrivé, bien assise dans mon auto, un café sous la main, stationnée devant le travail. Drainée, incapable de trouver la motivation ce matin-là ! Je me suis dit: stop. Qu’est-ce qui ne va pas ? J’ai réalisé que je vis dans l’ombre de la société, de mon environnement et de tout ce qui m’entoure. Je vis sous les yeux dominateurs de la pression que ça engendre. Elle s’assure que je passe des heures à étudier avec une tonne de caféine dans le sang. Elle s’assure que je me maquille tous les matins avec précision avant d’aller travailler. Elle s’assure que l’anxiété est au niveau maximum dans mon corps. Elle s’assure que je prends des choix logiques et presque prédéfinis. Elle s’assure que je me compare sans arrêt aux autres. Est-ce que j’en ai marre, selon vous ?

De plaire ? De satisfaire ?

OUI. Je prends conscience que ma vie n’appartient qu’à moi. Que je ne devrais pas m’infliger autant de stress. Que c’est moi qui ai le pouvoir de choisir la direction que prend mes choix, ma vie, ma destinée. J’ai décidé de prendre conscience, tous les jours, de ce que je fais par pression, par choix logiques et ce que je fais qui ne me passionne pas réellement. Qu’est-ce que je vais faire maintenant ? Je vais suivre mon cœur. Je vais poursuivre la recherche de moi-même avec une nouvelle mentalité, idée et ouverture. Je veux être la meilleure version de moi-même à travers mes yeux.

Tout ça n’en tient qu’à moi. À nous tous, alors fonce ! Laisse-toi aller et laisse-toi rêver…

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Eve Morel's Avatar
Eve Morel

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Faire attention à ne pas tenir notre entourage pour acquis