Faits Vécus

Ça te tente d’aller prendre un verre à un moment donné?

Juste nous deux mettons?

Cinq verres dans le nez pour poser deux questions toutes simples.

Pour te demander si t’es partant d’investir trois-quatre heures de ton temps dans un endroit semi-sombre avec une fille de la job que tu connais juste semie-tipsy.

Une fille qui utilise des mots qu’on croise plus souvent dans les livres que dans les conversations Messenger habituelles pour réitérer son invitation le lendemain matin.

Oui, c’était la bouteille qui parlait.

Mais la bouteille était sincère.

bar date homme femme drinkSource image: Unsplash

Sincèrement curieuse d’apprendre à te connaître.

Surtout après que le verre se soit changé en invitation dans une soirée stand-up.

Un intérêt mentionné vite fait alors qu’on astiquait des ustensiles.

Tu t’es peut-être dit que, plus tard, ce serait utile.

En plus d’être cute, le gars a une bonne écoute.

Comment faire bander une fille pour les nuls.

Un coup de coeur Renaud-Bray assuré.

Je dois avouer que ma sincérité était d’abord biaisée par mon célibat prolongé.

Mon désir d’en connaître plus sur toi se limitait à ce à quoi une célibataire endurcie s’attend d’une date:

  • Une première heure de small talk sur la fonction sociale de l’individu avec qui je partage un breuvage alcoolisé : C’est quoi ta job? T’étudies en quoi? C’est quoi tes passe-temps? Manges-tu ton spaghetti avec du ketchup? Question qui demeure trop souvent sans réponse.
  • Après une première pinte, le spectre de la personnalité de l’individu commence à se manifester. Il me confie une anecdote de brosse avec ses chums, une aventure de voyage rocambolesque ou un exploit professionnel. Toujours une histoire, qui selon l’individu, le met en valeur.
  • À la suite de l’échange, qui se transforme habituellement en entrevue où je campe le rôle de journaliste, je pose mon ultime question: Chez toi ou chez moi? Peu importe la réponse, le dénouement est le même.

Taxi.

Baise.

Dodo.

À bientôt.

Mon deuxième nom c’est Pinocchio.

C’était.

C’était avant que comme dans un mauvais film d’amour je t’écrive un texte pour exprimer des sentiments que j’ai trop peur de mal formuler à l’oral.

Avant que chaque date avec toi soit aussi plaisante et non générique que la première.

Avant qu’on se présente les gens qui nous sont chers pour valider notre entente sur une période prolongée.

Avant que j’aille ma première danse à dix.

Avant que tu me présentes l’amour de ta vie dont on a sûrement entendu le prénom au Café Cléopâtre, mais avec qui on a plutôt marché à St-Bruno.

Avant qu’on complote ensemble pour jouer un tour à ton coloc qui est malheureusement tombé sur une fille moins sympathique que moi.

couple homme femme funSource image: Unsplash

Avant qu’on respecte l’indépendance de l’autre en ne textant que pour établir une prochaine rencontre dès la première semaine où on se fréquentait alors qu’on ne s’en était même pas parlés.

Avant que tu ne m’obliges à aller à l’hôpital pour empêcher ma mutation en crapaud, alors qu’un simple baiser de ta part suffit à me donner des airs de princesse.

Avant que tu ne me dises que tu ne crois pas qu’on puisse aimer une seule personne toute sa vie.

Avant que je n’acquiesce à cette affirmation logique et pleine de sens pour une enfant du divorce.

Mais avant que cette affirmation soit vraie, il faut d’abord s’aimer.

Et pour les bienfaits de prouver ton hypothèse,

Je me lance.

-->
Un article de
Mélina Soucy's Avatar
Mélina Soucy

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Des idées d'activités pour un été confiné