Faits Vécus

Depuis quelques semaines, je songe beaucoup à ce que le rôle de belle-mère m’a apporté durant la dernière année. On va se le dire, au premier regard, il n’y a rien de glamour et ça peut être l’annonce de bien des problèmes! Mais en ce qui me concerne, je suis littéralement tombée en amour avec mes belles-filles. Elles savent tout l’amour que je porte pour elles, mais elles sont encore trop jeunes pour comprendre à quel point elles ont été un véritable miracle dans ma vie.

Je n’ai jamais été reconnue pour ma facilité à entrer en contact avec les enfants. J’aime les enfants, mais je ne suis pas la fille qui devient « gaga » lorsqu’elle croise un bébé. Je me rappelle avoir appelé ma mère en lui demandant si j’étais faite pour avoir des enfants. Elle a ri et m’a dit : « tu verras quand ça sera les tiens, tout sera différent ».

Je n’ai pas encore d’enfants, mais à ma grande surprise mes belles-filles ont changé ma perception. Au balbutiement de notre relation, j’ai tout fait pour garder une distance avec elles puisque j’étais terrorisée à l’idée de devoir faire un deuil si ma relation avec leur père ne fonctionnait pas. IMPOSSIBLE!

Comment garder une distance avec des enfants qui sont joyeuses en permanence, qui ont de l’amour à revendre et qui croquent dans la vie à pleine dents?

I-M-P-O-S-S-I-B-L-E.

belle-fille jeune chien enfant

J’ai rapidement baissé ma garde et accueilli ses enfants à bras ouverts. La meilleure décision que j’ai prise depuis des années, puis un jour j’aimerais leur dire à quel point elles ont été un miracle dans ma vie. Elles sont une bouffée d’air frais et des petites éducatrices de la vie.

Elles m’ont tellement appris! Elles m’ont appris que je suis bonne avec les enfants, que je suis patiente, que je suis capable d’un amour inconditionnel, que j’ai beaucoup à transmettre, que je peux être pédagogue et que la famille est la chose la plus importante dans la vie (pour moi!). Elles m’ont appris à lâcher mon fou, à me déguiser à des moments qu’on ne se déguise pas normalement, à bien vivre dans le bordel, même si je ne comprends toujours pas pourquoi les poupées Barbies sont dans le bain! Elles m’ont appris à lâcher prise, à donner de l’importance à ce qui a réellement de la valeur, à délaisser mon cellulaire pour des bricolages et à retrouver ma beauté au naturel.

Je réalise aussi que je n’avais jamais passé autant de temps à admirer un papillon ou à apprécier une balade en forêt. Les évènements banals de la vie sont devenus magiques et le quotidien s’est transformé en une aventure.

Mes belles-filles m’ont appris à chérir ma vie et à ne jamais abandonner. Tomber est devenu une occasion pour mieux se relever. Ma maladresse s’est transformée en une bonne occasion pour rire. J’ai appris à me battre pour ce que j’aime puisque j’en ai découvert la valeur. Elles m’ont donné l’occasion de découvrir et d’apprécier plusieurs versions du mot « famille ». Elles ont redonné du sens aux mots tolérance, ouverture et  bienveillance.

Je pourrais continuer à faire l’éloge de mes apprentissages sur des dizaines de pages, mais au final mes belles-filles m’ont surtout rappelé de ne pas avoir peur d’aimer, d’aimer avec simplicité et beaucoup de reconnaissance.

belle-filles famille enfants

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Sophie Gagné's Avatar
Sophie Gagné

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Ce que mon TOC révèle de mon enfant intérieur