Musique

Ça y est, Osheaga est de retour en mode estival ! Prêt, pas prêt, un des plus gros weekends de l’été va se dérouler au parc Jean-Drapeau du 29 au 31 juillet et ce sera comme dans le bon vieux temps. Si tes muscles de festivalier sont un peu rouillés, j’ai quelques conseils pour toi, question de ne pas être pris au dépourvu une fois sur le site.

Se rendre et revenir

Le site est accessible de plusieurs façons, cela va de soi. Mais c’est toujours bon de planifier en avance ton déplacement, aller et retour, surtout si c’est ta première fois.

  • Tu peux t’y rendre en métro : attention, ce sera bondé de monde, mais ça fait partie de l’expérience !
  • Tu peux t’y rendre en Bixi ou en vélo : les bornes ont une capacité limitée, tu ne veux pas être aux prises avec un vélo. Un stationnement dédié aux bicyclettes personnelles est cependant prévu.
  • Tu peux marcher sur le pont : assure-toi d’avoir de bons souliers.
  • Tu peux prendre un taxi : ce n’est pas une mauvaise idée si vous voulez arriver en groupe, mais repartir de la même façon peut s’avérer complexe.
  • Tu peux y aller en voiture : le parc Jean-Drapeau a un stationnement, lui aussi limité. Si vous choisissez cette option, covoiturez ;)

Quoi apporter ?

Je me rappelle encore ma première fois à Osheaga il y a des années, j’avais grossièrement sous-estimé ce dont j’aurais besoin sur place et ça a vraiment teinté l’expérience négativement. Voici ma liste perso de tout ce qui se trouvera dans mon (pas trop gros) sac.

  • Un poncho : je n’aurai pas le goût de tenir un parapluie à bout de bras dans la foule.
  • Une gourde d’eau vide : parce qu’on peut la remplir sur le site et que j’insiste pour que tu boives beaucoup d’eau.
  • Du papier toilette : ça va sans explications, surtout que tu vas boire beaucoup d’eau.
  • Des bas de rechange : parce que je vais être victime de la pluie ou de ma propre maladresse avec une bière.
  • Des diachylons pour les ampoules : pas de raison de revenir à la maison avec des blessures de guerre.
  • Des barres tendres, des noix et autres collations : toujours me garder un fond entre deux visites de camions de bouffe !
  • De la crème solaire en tube : pas d’aérosols sur le site !
  • Un tapis de sol pliable : pas question que mon derrière de princesse soit installé 3 jours dans la poussière.
  • Une batterie pour charger mon téléphone : pourquoi aller dans un festival si je ne peux pas publier une story floue d’un spectacle ;)

Les interdictions

S’il y a bien quelque chose que je déteste, c’est de me retrouver à un point de sécurité et de devoir jeter quelque chose que j’avais avec moi par inadvertance parce que je n’ai pas le droit d’apporter l’objet avec moi. Il y a des évidences, la liste complète se retrouve ici, mais certains éléments sont plus communs que les autres. Petit rappel que tous les sacs sont maintenant fouillés à l’entrée du site.

  • L’alcool de l’extérieur du site : celle-ci n’est pas surprenante, mais même si tu la caches dans ta gourde, tu risques de la voir se faire vider à l’entrée.
  • Des emballages de cannabis ouverts : ton cannabis doit provenir d’un distributeur gouvernemental et être scellé dans son emballage d’origine. Les autres drogues ne sont pas permises ;)
  • Les chaises pliantes : mets la main sur une fouta, un tapis de sol plastifié ou une serviette mince pour t’asseoir.
  • Les immenses sacs à dos : on ne part pas en sac à dos 2 mois en Europe, voyage léger au festival.
  • Les animaux : sauf si c’est ton chien guide, ton poméranien va passer un weekend à la maison.
  • Les caméras professionnelles : sans accréditation média, ton vlog devra se filmer avec ton bon vieux cellulaire — sans selfie stick d’ailleurs
  • Ta guitare : laissez les artistes invités performer, pour cette fois, les instruments de musique restent à la maison !

Bon festival ! Profitez de ce retour en 2019 pour vous mettre dans l’ambiance.

-->
Un article de
Maxim Potvin's Avatar
Maxim Potvin
Éditeur en chef

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Examen de conscience