Faits Vécus Style de vie

Vendredi dernier, j’ai fêté mes 24 ans. 24 ans en confinement. Je me souviens de mes proches qui ont vieilli d’une année au mois de mars, avril et mai dernier. Déjà qu’on venait d’entrer dans une nouvelle façon de vivre, ces personnes allaient devoir fêter seules. Je pensais sans aucun doute ne pas avoir à vivre la même expérience, étant donné que ma fête est en novembre. Je savais que la deuxième vague était inévitable, mais j’avais espoir qu’on allait tranquillement recommencer à vivre une vie normale à l’automne. Hélas, j’avais tort.

C’est étrange…

Le sentiment de ne pas être excitée par un souper de fête que tes amis.es t’ont organisé, c’est étrange. Le sentiment de savoir que tu n’auras pas de souper de fête avec ta famille et que tu ne pourras pas célébrer ta fête et celle de ta cousine en même temps, c’est étrange. Le sentiment de savoir que tu ne feras absolument rien de ta soirée autre que boire seule et rien d’excitant ne suivra, c’est étrange. Maudit virus. Si seulement tu n’étais qu’un mauvais rêve.

D’un côté, ce n’est pas comme si je pouvais faire un pique-nique, tout en respectant la distanciation sociale, avec les gens que j’aime. L’été est terminé et il n’y a rien d’excitant à l’extérieur. Il fait froid et le temps est déprimant. Il n’y avait même pas de soleil le vendredi 13.

D’un autre côté, se réveiller et recevoir plein d’amour de la part de tous ses proches, ça, la fameuse Covid-19 ne pourra me l’enlever. De savoir que les personnes qui comptent le plus pour toi ne t’ont pas oublié, c’est la plus belle chose qui puisse m’arriver. Je dois avouer que la journée de mon anniversaire, je ne cacherai pas que j’aime être au centre de l’attention.

chapeau d'anniversaire rose source image : Florence Lyonnais 

Chacun des mots reçus me touche. Chacun me touche plus qu’à l’habitude. Chaque petite attention me fait du bien au cœur. Ma sœur, qui habite maintenant en appartement, m’a envoyé une crêpe bananes-chocolat et un petit smoothie de chez Cora. Ça m’a ému. Même le livreur était heureux quand je lui ai dit que c’était une livraison pour ma fête. Un tout petit bonheur de la vie, mais qui m’a fait le plus grand bien.

Je ne savais même pas ce que je voulais comme cadeau. Mes parents me l’ont demandé plus d’une fois et je ne savais pas trop quoi leur répondre. Qu’est-ce qui me ferait plaisir? Est-ce que j’ai vraiment besoin qu’on me gâte cette année?  Il est vrai de dire que je n’ai pas besoin de grandes choses tangibles. Je ne veux pas non plus avoir à me créer des besoins. Pas que le confinement vient changer quelque chose en ce qui concerne l’achat d’un cadeau, mais j’ai de la difficulté à savoir ce dont je vais avoir besoin pour la prochaine année. De toute façon, je n’ai nulle part où aller.

Bien que n’aie pas eu à dépenser au restaurant ou pour de l’alcool dans un bar, j’en ai profité pour jouer à des jeux avec ma petite sœur, ma mère et ma meilleure amie. Activité qui m’a fait réfléchir au fait qu’il faut apprécier les petits plaisirs de la vie. Ils peuvent, eux aussi, nous apporter du positif. Surtout pour notre anniversaire.

Alors, JOYEUX ANNIVERSAIRE À TOI, QUI VIVRAS TA FÊTE EN CONFINEMENT!
source image de couverture : Unsplash 
-->
Un article de
Florence Lyonnais's Avatar
Florence Lyonnais

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Pose un genou par terre s'il le faut