Bébé & Cie Faits Vécus

J’étais enceinte. Je l’espérais depuis plusieurs mois déjà alors j’étais très heureuse de voir enfin apparaître le petit + sur mon test de grossesse. Huit jours plus tard, l’indésirable sang est apparu. Un petit peu au début, puis de plus en plus. Je savais que j’étais en train de faire une fausse couche.

J’avais beau savoir, tant que rien n’était confirmé, une infime partie de moi y croyait fermement. J’ai donc appelé ma clinique pour demander une requête pour une de prise de sang et à ma grande surprise, une infirmière m’a répondu dès la première sonnerie. 

Calmement, je lui explique que je crois être en train de faire une fausse couche et que j’aimerais pouvoir confirmer le tout avec une prise de sang. Elle ne semble pas trop savoir quoi me dire outre que si ça ne fait qu’une semaine que je suis enceinte, ce sont mes règles «tout simplement». J’insiste alors et elle me met en attente pour en discuter avec la médecin. Elle me revient en me disant que comme je n’ai pas mal, il n’y a pas d’urgence et que ça peut attendre la semaine prochaine.

Jusque là, j’étais calme, mais peu après, les larmes me montent aux yeux. Je comprends tout à fait que médicalement parlant, je ne représente pas une urgence, cependant, je sais que je suis enceinte et présentement, je saigne abondamment et j’ai besoin d’avoir une réponse. Elle ne veut rien savoir. Elle me dit que si je saigne à ce stade, ils ne peuvent rien faire.

Pourtant, à aucun moment je n’ai demandé à ce qu’on sauve ma grossesse. Je sais pertinemment qu’ils ne peuvent rien pour moi, ce que je veux, c’est une réponse. Oui, tout porte à croire que j’ai perdu ce petit être que j’espérais tant, mais j’ai entendu tellement d’histoires de femmes qui ont saigné abondamment en début de grossesse et qui ont tout de même eu un bébé en santé. J’ai juste besoin d’avoir l’heure juste. L’infirmière me dit que c’est pour le mieux que je sois en train de faire une fausse couche, car si je le perds, c’est que le bébé n’était pas viable. Elle ferme la porte à tout espoir. 

Elle a probablement dit ça en guise de réconfort, car à ce stade mes paroles sont entrecoupées de larmes. Elle croit bon d’ajouter qu’elle entend mon bébé pleurer plus loin en arrière et que donc, si j’ai déjà eu un enfant, j’en aurai bien un autre! Il a fallu que je lui parle du bébé que j’ai perdu à 39 semaines de grossesse pour qu’elle finisse par m’envoyer la c***** de requête. Ça m’a arraché le cœur de devoir utiliser mon bébé décédé pour obtenir le formulaire que j’aurais dû avoir dès le début de cette conversation. C’est donc dire que sans mon historique, ce que je vivais à ce moment-là était absolument invalide… 

 

Aucune femme qui perd un bébé, et ce, peu importe le nombre de semaines, n’a besoin de se faire dire que ce n’est rien, que ce n’est pas urgent, ou que ce n’est pas grave.

 

Si j’écris ce texte, ce n’est pas pour dénigrer l’infirmière (disons que je n’irai pas prendre un café avec elle demain!). Ce que je veux, c’est que l’on cesse de banaliser les fausses couches. Aucune femme qui en fait une, même si c’est dans l’heure qui suit le test de grossesse positif, ne regardera le sang couler sans émotion. 

Selon les statistiques, c’est une femme sur cinq qui fera une fausse couche lors du premier trimestre. Oui, le personnel médical voit des cas chaque jour. Mais chaque fois, c’est une femme qui souffre. Chaque fois, c’est une maman qui dit au revoir à un être qu’elle voyait déjà dans ses bras.

Une amie à moi qui croyait faire une fausse couche à la suite à des saignements intenses s’est rendue aux urgences, faute de place dans les cliniques sans rendez-vous. C’est en roulant des yeux que l’infirmière du triage l’a accueillie, en lui disant « Une femme sur cinq qui fait une fausse couche ma belle, ne te fais pas trop d’espoir! ». Pourtant, cette même amie a maintenant accouché de ce petit bébé bien accroché et en parfaite santé.

Des histoires comme celle-là, il s’en passe tous les jours et il faut que ça change. 

 

La lourdeur du cœur n’équivaut pas au nombre de semaines de grossesse.

 

En huit jours, j’ai eu le temps d’imaginer ce futur bébé ; de me demander si c’était un garçon ou une fille, de penser à l’accouchement et de me réjouir grandement d’enfin vivre une grossesse en même temps que ma belle-sœur. Il faut arrêter de dire aux femmes d’en revenir, ou de faire comme si rien ne s’était passé. Il faut réfléchir avant de dire des phrases toutes faites comme “Tu es encore jeune!”, “Il y en aura d’autres!” ou même “Au moins tu en as déjà un!”. Oui, peut-être, mais celui-ci n’est plus. 

Il faut arrêter de croire que parce ça arrive en début de grossesse que ce n’est pas grave. Si une femme que tu connais est passée par là, prends le temps de lui demander comment elle va. N’insinue pas qu’elle n’y pense plus parce que ça fait longtemps ou parce qu’elle n’en parle pas. Peut-être qu’elle n’ose pas en parler par peur de se faire refermer la porte au nez parce que, oui, c’est souvent ce que les gens font.

Ils ferment la porte par inconfort ou par désintérêt.

Ne sois pas cette personne. Ouvre-lui la porte, à cette femme qui souffre peut-être à l’intérieur. Et si tu l’as toi-même vécu, parles-en, tu verras, ça fait du bien. Ne t’empêche pas d’en parler par peur de brusquer les gens. Jamais une femme ne devrait souffrir seule et en silence. Une fausse-couche, ce n’est jamais banal, point.

***

Pour d’autres articles sur la maternité, clique ici.

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Valérie Robitaille's Avatar
Valérie Robitaille

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Cette fois où j'ai pensé perdre mon bébé