Style de vie

Mon amour pour la lecture date d’il y a longtemps, mais mon amour pour certains auteurs est plus récent, comme celui pour certains genres. N’essayez pas de me faire lire un roman de science-fiction, un roman policier\thriller ou encore des bandes dessinées (autres que Garfield, Tintin et Astérix) :  je ne suis pas la bonne cible pour ceux-ci. Par contre, le dernier roman que j’ai lu se catégorise dans la catégorie Thriller et, aussi surprenant que celui puisse paraitre, je l’ai dévoré. C’est pourquoi je le conseille fortement.

L’auteur du roman d’aujourd’hui a déjà été une suggestion de lecture que je vous avais moi-même écrite sur son délicieux roman Rage de sucre. Aujourd’hui, je récidive en vous suggérant son dernier roman : La mort des corbeaux. Totalement différent de ce que l’on a connu avec son précédent roman traitant de dépendance sucrée avec humour et action, Mikael Archambault nous transporte dans l’univers inconnu, imaginable et mystérieux de la mort, de ce qui se passe à ce stade, de la relation entre la vie et la mort, de la loi, de la justice sociale et de l’amour.

La mort des corbeaux roman

Source de l’image : Les libraires

On ne sait ce qui arrive après la mort, mais en lisant ce roman, on s’imagine et on croit, du moins moi oui, que ce qui se passe dans le livre est vrai de par les connaissances humaines inexistantes sur ce sujet, mais aussi de par la façon dont l’auteur a ficelé l’histoire. Ce livre n’est pas simplement intéressant de par son sujet, il l’est aussi parce que le livre traite d’amour, de justice, de la mort, des sentiments, des erreurs commises et qu’en les personnages, on y voit un le reflet de nous-mêmes en tant qu’individu avec nos sentiments, nos envies de vivre, de faire mille et une choses, de l’amour envers les autres, du fait qu’on veut changer le monde pour qu’il devienne meilleur, des progrès en matière de science, de nos peurs, des erreurs commises et qu’on regrette, des regrets sur ce qu’on aurait pu faire.

Assez parlé de pourquoi vous devez lire ce roman et voici son résumé. Elliot Leclair est un avocat pour les normes du travail et c’est dans un aéroport, ayant en main des preuves suffisantes pour faire connaitre et faire payer l’entreprise pharmaceutique CanPharma sur leurs pratiques illégales en matière de test avec des animaux, qu’il meurt subitement d’une crise cardiaque. Dès lors, il sera transporté au Purgatoire ou il devra, pour les cinq prochaines années travailler en tant que corbeaux. De là, il doit suivre certaines règles dont la plus importante de ne pas entrer en contact avec le monde vivant. Mais sa mission pour la justice le mènera à transgresser la règle en s’intéressant de loin à l’entreprise et en voulant protéger sa fiancée, celle qui avait prévu d’épouser après cette mission, des dirigeants de l’entreprise qui sont prêtes à tout pour arriver à leurs fins.

Ce livre n’est pas seulement à lire, mais bien à comprendre. Ce qui est important est  de vivre avec le moins de regrets possible et, même si on a l’impression de vivre sans que justice soit faite correctement, la justice se charge de nous, car nous finissons avec le même sort : la mort. C’est en vous laissant comme suggestion auditive le groupe AC\DC  que je termine.

Source de l’image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Coraly Guillemette's Avatar
Coraly Guillemette

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Ce que nous avons enlevé à l’amour - Le Cahier