Lookbook Mode & Beauté

Je pense que si je le pouvais, je passerais ma vie en maillot de bain. Certaines personnes apprécient les quatre saisons et ont souvent trop chaud quand elles vont en voyage. Pas moi. Quand tout le monde sue sa vie et que tout le monde sent qu’il étouffe, moi, je suis bien. Je n’ai jamais trop chaud. Je suis une bibitte d’été, une bibitte à soleil, une bibitte à bikini. Je pense que je ne suis jamais aussi heureuse que lorsque je suis à la plage. Je ne peux pas compter le nombre de fois où je me dis que je devrais tout laisser derrière pour aller vivre au soleil, quitte à faire une jobine. Mais je change d’avis et je commence illico à rêver à ma prochaine destination voyage. Je me dis que je suis chanceuse de quitter autant de fois par année…

Et ça m’amène à mon sujet principal de l’article: est-ce qu’on ne se plaint pas en général le ventre plein? Ces derniers temps, quand j’écoute les gens qui m’entourent et que je lis les statuts sur les réseaux sociaux, j’ai souvent l’impression qu’on chiale en bon québécois contre tout: la météo, le boulot, le système de santé, la politique et j’en passe. Oui, je crois qu’il est bien de remettre les choses en question, mais chaque fois, ce qui me met hors de moi, c’est que trop peu souvent le tout vient avec des pistes de solutions. Je suis une femme d’action. Ainsi, dès que je sens que je ne suis pas bien dans une situation, je cherche des manières de changer ma réalité. On est choyé au Québec de vivre à un endroit où l’on peut faire changer les choses dans tant d’aspects de sa vie.

Certes, on n’est pas maître de tout: je ne contrôle pas les choix politiques de la province et autres, par contre, j’ai quand même un pouvoir et le devoir de m’impliquer pour améliorer mon sort et celui des autres. Pourquoi vous aie-je parlé de voyage en premier? Parce que bien des enjeux sont plus importants que le nombre de jours par année où l’on a les pieds dans le sable ou s’il fait soleil dehors. Par contre, sur ce point, on est maître de où l’on est et quand. On n’est pas prisonnier de son emploi, de l’endroit où on est né ou de l’hiver. Non.

On se plaint souvent et souvent le ventre plein.

Au lieu de cela, pourquoi ne pas prendre des actions pour changer sa réalité? Tu veux voyager davantage? Économise et trouve des manières de le faire. Tu n’aimes pas ton emploi? Change de boulot. Tu n’es pas heureuse en amour? Quitte ton couple. Tu crois que telle ou telle action politique devrait être prise? Implique-toi. Rien n’est trop petit ou trop gros. C’est à toi de bouger pour transformer ta réalité.

DSC_2357

Pour illustrer cet article, je vous présente un look maillot de bain lors de mon voyage à Cuba. Je m’ennuie déjà beaucoup de ces couchers de soleils sur la mer, de la chaleur, des rires à n’en plus finir entre amies et j’en passe… mais je sais que je repartirai!

DSC_2280

DSC_2374

DSC_2252

DSC_2291

Le look:

Maillot – June Swimwear

Lieu – Cuba

Photos – Vikki Snyder

DSC_2329

-->
Un article de
Camille Dg's Avatar
Camille Dg
Fondatrice & Rédactrice en chef

Camille est la fondatrice du site. Jeune femme qui carbure aux projets, un défi n'attend pas l'autre. Camille est une véritable globe-trotter qui quitte le...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

«Tu es pas tannée de t'entraîner?»