Faits Vécus

Je sais que je ne peux pas t’attendre, mais je me permets quand même d’espérer…

J’ai ce sentiment que c’est toi…le bon.

Parce qu’avec toi, vivre avec une seule personne pour le reste de mes jours ne me fait plus peur.

Parce qu’avec toi, je n’ai pas peur d’être moi-même.

Parce qu’avec toi, je crois en moi, parce que tu me pousses à devenir meilleure, parce que tu me vois et m’acceptes telle que je suis.

Lorsque l’on s’est rencontrés, on s’est immédiatement appréciés. Je pense même que l’on s’est immédiatement aimés.

Durant ces dernières années, c’est une belle amitié qui s’est forgée, une belle complicité qui s’est installée. J’ai appris à te connaître, on s’est écoutés, on s’est épaulés, on a été présents l’un pour l’autre. Tu es devenu une personne centrale dans ma vie. Tu es devenu mon meilleur ami. Celui à qui je pouvais toujours me confier. Celui que je voulais auprès de moi durant les moments les plus durs, mais aussi durant les plus heureux. Tu es celui qui croyait en moi peu importe le projet dans lequel je m’embarquais.

source image: pexel

 

On s’est vus heureux, on s’est vus malheureux, on s’est vus rire et pleurer. On s’est chicanés, puis réconciliés. Je pense que ça n’a jamais été que de l’amitié… En fait,  je pense qu’on s’est toujours aimés. À bien des reprises, je me surprenais à te désirer. Je réalisais que tu me faisais un effet incroyable, que, bien souvent, je rêvais à toi et moi. Il y avait quelque chose de magnétique entre nous. Je voulais constamment être dans tes bras et ne plus jamais les quitter.

Puis, finalement, un jour, j’ai réalisé que c’était réciproque. Que tu me désirais aussi, que tu me voulais aussi, que tu pensais à moi aussi. Puis, j’ai compris. J’ai compris que c’était toi… le bon. Je te voulais comme meilleur ami, comme partenaire et comme amoureux et ce pour chacun des jours à venir. J’ai compris que c’était toi tout simplement.

Aujourd’hui, tu n’es pas disponible. Malgré toute la tristesse et la souffrance que cela me fait vivre, je ne peux que me dire que oui, j’y crois à notre amour. J’espère qu’un jour tu me reviendras…

Vis cette relation avec elle. Vis-la. Je sais qu’un jour tu sauras que ce n’est pas la bonne pour toi. Je sais que tu ne m’oublieras pas. Je ne t’oublierai pas non plus. Parce que toi et moi, ce n’est pas qu’une simple histoire, ce n’est pas qu’une histoire passionnelle qui passera, ce n’est pas une passion qui s’estompera. Toi et moi, ce sont des jours, des années à nous côtoyer, à nous découvrir, à nous aimer. Toutes ces années partagées, elles font partie de nous.

Alors oui, je me permets d’espérer. J’espère que lorsque tu seras prêt, je serai la femme que tu choisiras. Celle que tu aimeras inconditionnellement. J’espère que je serai l’amour de ta vie comme tu es l’amour de la mienne. Je ne sais pas si tu me reviendras, je ne sais pas si ça fonctionnera, mais ce que je sais, c’est que je l’espère et que moi, j’y crois.

source image couverture: pexel

 

-->
Un article de
Pénélope Leblanc-Bélanger's Avatar
Pénélope Leblanc-Bélanger

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Le respect des autres existe encore