Style de vie

Voici la suite d’une entrevue que j’ai conduite avec Jaafar Benlyamani, un entrepreneur qui a su se démarquer lors de la pandémie! Pour la partie 1 du texte, c’est ICI.

Après en avoir appris davantage sur Jaafar en tant que personne, passons au projet en question…

Tu as commencé un projet de grande envergure en pleine pandémie. Comment t’est venue cette idée? Et surtout quel est ce projet merveilleux?

Dès le début de la pandémie, le monde a observé une pénurie énorme de masques de protection, que ce soit pour le grand public comme pour le personnel médical. Il y avait des histoires de détournements d’avions sur le Tarmac des aéroports chinois (qui offraient leurs masques aux plus offrants), ce qui est désolant vu la tragédie sanitaire qui se déroulait.

Le 7 avril dernier, le gouvernement marocain décide de rendre obligatoire le port du masque dans l’espace public (décision qui n’a été appliquée au Canada que le 18 juillet). Lors de cette prise de décision, les autorités ont invité les industriels qui en avaient la capacité, à soutenir cet effort national en produisant des masques de protection.

J’ai dès lors compris qu’en attente d’un vaccin, qui ne serait sans doute pas disponible avant la fin de l’année, nous serions obligés d’apprendre à vivre avec le Coronavirus, et que le masque sera l’un des moyens essentiels pour limiter les dégâts de la pandémie mondiale. La semaine suivante, j’ai investi dans deux machines de textile dont j’ai changé le processus de production pour qu’elles puissent faire des masques de protection.

masques COVID pandémie protectionSource image: Unsplash

Wow! Encore une fois, « action-réaction » mon ami. Cependant, pourquoi toi? Pourquoi vouloir entreprendre ce projet fastidieux? En fait, quelles étaient ta Mission-Vision-Valeur à travers ce projet?

Comparativement au Canada, le Maroc est un pays avec des capacités hospitalières et sanitaires très limitées. En même temps, c’est un pays très touristique, donc nous étions très exposés aux porteurs de virus qui venaient de France, d’Italie et d’Espagne (soient les trois pays Européens les plus touchés au début de la crise sanitaire).

Comme le reste de mes concitoyens, j’ai rapidement compris que le pays risquait une faillite du système hospitalier et une catastrophe sanitaire. La production de masques m’est apparue comme l’une des meilleures solutions, à mon niveau, pour participer à l’effort national, et lutter contre la propagation du virus.

Le deuxième objectif était de pouvoir approvisionner les autres pays Africains. Ces derniers n’ayant ni les capacités industrielles pour faire des masques, ni les moyens financiers pour en acheter et surtout peu de contrôles sanitaires pour faire face à la pandémie, j’avais pour objectif d’envoyer au moins 15% de ma production aux autres pays africains, objectif que j’ai finalement dépassé!

Je suis sans mot! C’est tout simplement incroyable. Le courage que tu as et la détermination de s’être lancé dans cette mission! Ça c’est inspirant! As-tu toujours eu un esprit entrepreneurial dans ta vie?

Merci, merci beaucoup! C’est très gentil! Puis non, pas forcément, plus que l’entrepreneuriat, c’est l’esprit d’entraide communautaire et le caractère exceptionnel de la crise sanitaire qui m’a poussé à démarrer ce projet.

Tu as les valeurs à la bonne place! Raconte-nous un peu tes débuts dans ce projet de grande envergure?

N’ayant pas disposé de moyens pour rivaliser avec les grandes entreprises de textiles au Maroc, les deux machines dans lesquelles j’ai investies étaient assez anciennes, et en très mauvais état. C’était très difficile au départ de sortir un produit de qualité, mais grâce à mes techniciens et électromécaniciens, nous avons assez rapidement réussi à améliorer la qualité et la productivité.

tissus production textile machineSource image: Unsplash

La persévérance, c’est la clé de la réussite! D’ailleurs, si tu veux nous partager des bons coups pendant le processus?

Malgré les débuts un peu difficiles, les longues journées (+12h00 de travail) à l’usine, nous avons finalement réussi à sortir un produit de très grande qualité, qui nous a valu la meilleure note en termes de qualité de produit, et de processus de production, et cela, parmi TOUTES les entreprises du Maroc! Une note qui a été décernée par un laboratoire international! Cela nous a rendu tous très fiers.

C’est juste incroyable! Je suis en admiration totale! Et puis, j’imagine qu’il y a eu beaucoup d’apprentissages? Peut-être aussi quelques « moins » bons coups?

C’est mon premier projet personnel, donc forcément, on en apprend chaque jour. La chose le plus importante que j’ai apprise, c’est qu’il faut mettre l’humain au centre de ses préoccupations, que ce soit dans ta relation avec tes fournisseurs, tes clients, mais surtout tes employés.

Tellement vrai. En fait, j’ai l’impression d’entendre un grand entrepreneur avec des années d’expériences me parler! D’ailleurs, qui furent tes partenaires d’affaires, tes fournisseurs, tes alliés?

Mon père! Il m’a beaucoup aidé par ses conseils, son expérience, et ses contacts. J’ai aussi rencontré de nouveaux partenaires, jeunes et ambitieux qui m’ont redonné foi dans la jeunesse marocaine.

Un mélange parfait entre expériences et jeunesses! Quelles furent les conclusions de ce projet (masques donnés, impact sociétal, positivisme)?

À l’heure où j’écris ce message, on a produit plus de 11 millions de masques, dont plus de 2 millions ont été envoyés dans des pays Africains. Nous avons livré à des sociétés étatiques, des sociétés privées, des écoles, des universités, des associations etc…

J’espère avoir contribué du mieux que je peux à ralentir la propagation du virus, et à sauver des vies, dans ce contexte particulier d’urgence sanitaire.

Des millions! Pardon? J’ai encore le même mot: Wow! Finalement, quelles sont tes perspectives d’avenir, projets futurs en lien avec ce projet ou ta carrière professionnelle?

Je ne compte pas m’arrêter là, je tiens à ce projet et je continue à le développer chaque jour, notamment en produisant de nouveaux types de masques. Mon prochain objectif est la production de masques pour usage médical afin de soutenir les aides soignants et le personnel médical qui risquent leur vie chaque jour pour nous tous.

idée inspiration main lumière ampouleSource image: Unsplash

Jaafar, je tiens à te dire merci pour ton précieux temps. Dès le départ, tu as été  super ouvert à vouloir me raconter ton histoire et ton projet.

Tu es clairement un exemple de personne inspirante et je suis fier de pouvoir dire que tu es mon ami d’université, une personne de mon réseau d’affaires et surtout un humain incroyable avec le cœur sur la main et les valeurs à la bonne place.

Produire plus de 11 000 000 de masques protecteurs en pleine pandémie mondiale et en donner plus de 2 000 000 à des pays Africains tout en finissant par être reconnu comme étant un producteur de masques de grande qualité. Je te lève mon masque! Euh mon chapeau haha! J’espère que nous aurons plus d’êtres humains avec de l’ADN « Jaafar » en eux dans le futur, notre monde en a grandement besoin!

-->
Un article de
Jérémy Grandmont's Avatar
Jérémy Grandmont

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Entrevue avec une personne inspirante: Jaafar Benlyamani - Partie 1