Le monde des entrepreneurs est connu et à la fois pas du tout. C’est si vaste et il y a tant de types d’entrepreneurs. Comme je gagne ma vie ainsi depuis bientôt dix ans, j’aime répondre à vos questions et démystifier ce qu’est réellement mon quotidien. Bien que souvent idyllique sur Instagram, ma vie n’est pas que des voyages, des journées au spa et des entraînements au gym. Je travaille très fort avec mon équipe chez Codmorse et LeCahier. Il y a environ deux semaines , je vous ai demandé sur Instagram (vous pouvez me suivre juste ICI), de me poser des questions sur la vie d’entrepreneur. Je continue donc ma série en parlant de relation de couple et de vie d’entrepreneur. Naturellement, je vous invite à commenter cet article si vous avez d’autres questions auxquelles vous aimeriez que je réponde au cours des prochaines semaines!

***

À lire : Entrepreneur: la pression d’avoir des employés

***

On me parle souvent de ma vie de couple sur les réseaux sociaux. Pourquoi? Parce que les gens qui me suivent depuis longtemps voient que je n’ai pas un emploi classique. Il m’arrive de passer de longues heures au bureau ou de travailler sur des horaires atypiques. Bref, je ne compte pas le nombre de fois où, quand je parle d’entrepreneuriat, on me parle de mon conjoint.

Aujourd’hui, donc, je réponds à la question de @genevievead : «C’est quoi les répercussions pour le conjoint:) » et @ccmyriam: « Comment ton conjoint vit-il avec cette instabilité et la charge de travail avec une conjointe entrepreneure?»

 

J’ai envie de commencer en vous posant une questions: me demanderiez-vous la même chose si j’étais un homme? Est-ce que les répercussions d’une carrière de chef d’entreprise sont vues de la même manière peu importe le sexe de l’entrepreneur? Je ne le pense, malheureusement, pas. Mais j’ai hâte au moment où, que je sois un homme ou une femme, on me regardera de la même manière et on me traitera de la même manière. Je suis en couple depuis bientôt six ans. Quand j’ai lancé Codmorse et LeCahier, j’étais en couple aussi. Et ça ne m’a jamais empêchée d’être entrepreneure. Je mentirais, par contre, de dire que c’est un long fleuve tranquille et que tout est simple. Mais quelle relation l’est de toute façon?

Quand j’ai choisi de créer mon agence de publicité, j’étais encore avec le même copain qu’à l’université. Il était encore aux études. Nous habitions ensemble et le premier bureau de l’agence fut notre table de salle-à-manger. D’un coup, notre maison devenait un bureau où les employés venaient chaque jour travailler. Alex (mon copain de l’époque) a cru en moi et fut très patient. Il perdait une grande partie de son intimité dans tout cela: notre chambre et notre salon étaient les seuls endroits où l’équipe de l’agence n’allait pas et on avait divisé le tout par un rideau dans le corridor: rien de très sérieux. Je ne peux même pas compter le nombre de fois où il est allé se prendre un café en robe de chambre verte devant l’équipe de Codmorse. C’était vraiment en mode startup. Mais ça nous allait. On était jeunes, on fonçait et il faisait partie de l’aventure. Quand Alex a terminé ses études, il a travaillé sur divers projets de l’agence. Ce n’est pas mon emploi qui a fait en sorte que notre relation s’est terminée, mais ça n’a vraiment pas aidé. On était jeunes et on n’avait pas su voir les signes. Il est maintenant avec une femme merveilleuse qui est d’ailleurs collaboratrice au blogue LeCahier, Geneviève AD!

IMG_2937F

Je travaillais tout le temps.

Et je nous oubliais dans tout cela. Mon couple passait après la réussite de ce bébé qu’était l’agence. Lentement, nous sommes devenus des amis et des partenaires de travail plus que des amoureux. Nous sommes encore de très bons amis aujourd’hui. Alex a sa propre boîte, Obvious C, avec qui je collabore souvent et on se voit les weekends. Mais la passion avait disparu et je sais que mon emploi était, en partie, la cause.

J’ai ensuite rencontré un homme taillé pour fréquenter une entrepreneure.

J’ai rencontré Marc quelques mois après ma rupture. Marc est un homme indépendant, sûr de lui, autoritaire et il adore le monde de la finance et des affaires. Dès nos premières rencontres, mon entreprise le passionne. On en parle des heures et des heures. Ça l’allume. Mais ce qu’on aime beaucoup au début peut devenir rapidement moins sexy après quelques mois. Rapidement, j’ai vu que des parties de mon travail le séduisent moins comme le fait que je suis souvent en communication avec l’équipe par courriel ou Gtalk, le fait que je ne compte pas mes heures, le fait que chaque moment de ma vie devient une excuse pour créer du contenu pour les réseaux sociaux.

C’est moins mon côté Codmorse, mais plus LeCahier qui le dérange.

Il veut que je sois moins à mon cellulaire quand je suis avec lui. Et j’ai du mal. Je ne mentirai pas. Je trouve difficile de laisser mon téléphone de côté le soir et la fin de semaine. Parce que je pense tout le temps à mon entreprise. Ce n’est même pas que je suis tout le temps forcé d’être au cellulaire, c’est que je vois cela toujours comme des opportunités. J’ai dû me calmer parce que j’ai choisi, cette fois, un équilibre.

J’ai appris de mes erreurs.

Ce n’est pas tout le temps parfait, mais j’ai appris à faire attention à ma relation de couple. Et je vous partage cinq trucs pour y arriver si vous êtes, comme moi, en affaires:

  1. Même si notre entreprise est notre bébé, il faut faire des concessions. Tout n’est pas urgent.
  2. Parfois, par contre c’est urgent, alors il faut bien le communiquer. Si on a suivi le point 1, le conjoint devrait comprendre.
  3. Au lieu de travailler devant ton conjoint, reste donc une heure de plus au bureau, mais reviens loin de la technologie, c’est parfois plus facile à accepter.
  4. Ne parle pas QUE de ton travail, même si tu y penses tout le temps et que c’est ta passion.
  5. Trouve-toi des moments où tu n’es pas la personne responsable si «ça pète» de partout. Aie quelqu’un de confiance dans ton équipe!

***

À lire aussi: L’envers de la médaille de la vie d’entrepreneur – faire le choix difficile, mais nécessaire

***

Pour illustrer cet article, je vous propose un look conventionnel parfait pour le bureau. J’aime la blouse qui monte au cou avec sa semi-transparence et le pantalon gris qui est tout à fait tendance cette année. Les photos furent d’ailleurs prises au loft qui abrite les bureaux de mon agence.

IMG_2910F

IMG_2904F

Le look:

Chemise – Aritzia

Pantalons – Reitmans

Photos – Julie St-Georges

IMG_2908F

-->
Un article de
Camille Dg's Avatar
Camille Dg
Fondatrice & Rédactrice en chef

Camille est la fondatrice du site. Jeune femme qui carbure aux projets, un défi n'attend pas l'autre. Camille est une véritable globe-trotter qui quitte le...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

10 petits plaisirs d’hiver dont on va s’ennuyer cet été