Style de vie Voyage

Paris, tu as cette image de vaste ville romantique et riche de culture. Je me souviens, me promener dans tes rues qui s’entrecroisent, les yeux grand ouverts, hypnotisée par ton architecture. Cette architecture, empreinte d’une vieille histoire. Ton histoire qui évolue au fils du temps mais qui est à la fois figée par tes palais, tes églises, tes hôtels, tes cafés et tes appartements. Teintés de blanc vieilli, tes appartements sont si nobles et majestueux. Ils me font rêver. Je me personnalise sur tes balcons, vin à la main, fromages et charcuteries en bouche. Tout simplement mener la douce vie, à l’européenne, quoi.

À lire : Voyager seule ? 

Source image : Unsplash 

Paris je t’aime. Je t’ai connue que quelques jours mais tu m’as atteinte comme un coup de foudre. Tu sais, je parle de cette curiosité comparable à l’amour. À l’amour que l’on ressent pour une personne qui nous rend gaga. Qui nous fait perdre le fil. À l’époque, quelqu’un de spécial t’avais décrit comme un rêve. Et pourtant, il a vécu à tes côtés toute son enfance. Il était si excité à l’idée de te revoir, qu’il en a pleuré dans l’avion. Et j’ai pleuré aussi.

Comme quoi, il faut le vivre pour le comprendre.

Ce qui est curieux avec toi, c’est que tu es à la fois urbain et vieux jeu. Tu grouilles de tous les côtés, tu vis à 1000 à l’heure mais ton allure nous plonge dans une autre époque. On peut sentir l’histoire qui nous transperce.

Tout de chez toi est magnifique. Je pense à tes marques griffées, tes restaurants gastronomiques, tes galeries d’art, ton art de la rue, tes voitures, tes transports en commun. Même le mode de vie est magnifique.

Il faut se préparer quand nous venons te visiter, car on s’en met plein la gueule. Et, il faut marcher, beaucoup, car des arrondissements, tu en as. Si non, il y a les transports en commun : le fameux RER, le métro, les tramways et les bus. Pour être efficace en matière de transport en commun, ça tu l’es. Mais bon, la marche en voyage, c’est toujours agréable. On découvre toujours plus quand on se perd.

Je repense aux moments qu’on a vécu et je n’ai qu’une envie : acheter un billet d’avion et partir. Je partirais à la découverte des autres pays européens, au même moment. Mais bon, il faut redescendre sur terre, certaines responsabilités m’en empêchent. Mais il est certain que cet été nous nous reverrons, car cette envie d’escapade grandit en moi, de plus en plus.

Je te dis à bientôt, à très bientôt. Et merci pour ces beaux moments.

Source image de couverture : Unsplash

-->
Un article de
Marilena Carenzi's Avatar
Marilena Carenzi

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Ani & Moi… le jour où on a tout lâché