Faits Vécus

« Les arbres tardifs sont ceux qui portent les meilleurs fruits. » — Molière

J’avais envie de partager avec vous ce que, non seulement la fougueuse Saison du Bélier m’a apporté, mais aussi la pandémie et son confinement.

Depuis le 21 mars dernier, le Soleil a officiellement migré sous le signe du courageux Bélier et le restera jusqu’au 20 avril prochain. Le Bélier, en astrologie, est le premier signe du zodiaque, le premier signe de feu et le premier signe cardinal. Ce qui signifie, en gros, qu’il est le leader des initiatives. Il est ici pour démarrer des projets, pour croquer dans la vie à pleines dents.

Ce signe est ici pour trouver sa force intérieure et connecter avec celle-ci. La laisser briller et laisser son courage émaner.

Par ailleurs, le Bélier est invité à tourner son regard vers sa propre personne, ses envies et ses talents sans omettre ceux de son entourage. Trouver un équilibre sain entre le « Je » et le « Nous », un peu comme son signe astrologique opposé/complémentaire, la Balance.

Ainsi, durant le mois du Bélier, on peut ressentir une envie soudaine de bouger, de se mettre en action. Peut-être même de modifier sa routine quotidienne et de l’agrémenter d’exercices à plus haute intensité. On peut se sentir un peu plus fougueux.se, réactif.ve et impulsif.ve.

Pour ma part, cette année, cette Saison m’a appris à ne pas oublier que la plus grande force du Bélier, lorsqu’il a appris à la maitriser, réside dans son pouvoir de contrôler avec quelle ardeur il entreprend ses idées. Ce signe m’a appris, jusqu’à présent, à bien doser mon énergie afin de ne pas brûler la chandelle par les deux bouts. De cette manière, mon énergie peut être placée à de bons endroits, aux bons moments. Il m’a aussi enseigné l’importance de mettre clairement mes limites et de les respecter. Puis, de transcender mes peurs et mes croyances limitantes en affirmant mes besoins.

astrologie lune espaceSource image: Unsplash

 

Je crois que tous ces apprentissages font un bel écho à l’arrêt forcé que l’on vit présentement avec la pandémie et ses mesures instaurées. Nous sommes obligé.es d’être dans l’instant présent, dans la contemplation plutôt que dans la performance. Et pour être honnête, ça me fait un bien fou. Je prends le temps de m’honorer, de digérer ce qui se passe autour de moi et de trouver un certain équilibre entre le « être » et le « faire ».

J’ai envie d’amener avec moi ces belles leçons dans la Saison du Taureau qui débutera à la fin avril. Le Taureau nous invite à ralentir la cadence, à se déposer dans ses sens et dans son corps physique, et ce, sans oublier de connecter avec la Terre. Ce sera une belle Saison pour apprécier le beau, le bon et, par-dessus tout, le doux.

Je vous souhaite à vous aussi de bien doser votre énergie et de vous permettre du repos lorsque nécessaire. Nous ne sommes pas des machines ni des robots, mais bien des êtres vivants qui ne demandent qu’à apprécier par moment le temps qui passe.

 

Source image de couverture: Unsplash

 

-->
Un article de
Bianca Lahaye's Avatar
Bianca Lahaye

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Star Académie : Une entrevue en duo avec Maëva Grelet et Shayan Heidari