Faits Vécus

Il est 21h42, on est samedi soir et je fouille dans mon bac à lettres. Celui où j’ai enfoui toutes les lettres et tous les dessins que j’ai reçus depuis le primaire et qui ont de l’importance pour moi.

Puis, j’aperçois tes lettres. D’emblée, je les prends dans mes mains et je les fixe. Je ne sais pas si je dois les ouvrir ou non. Je me demande si cette cicatrice est encore vive ou si au contraire elle n’existe plus. Je décide finalement de les lire et je me sens soudainement terriblement mal. Comme si les souvenirs refaisaient surface. Tant d’excuses dans tes lettres, tant de promesses et tant de choses que tu n’as pas faites… Et pourtant ça me fait autant mal aujourd’hui de te lire.

lettres enveloppes correspondance Source image: Unsplash

En te lisant, je me rends compte avoir oublié que tu m’avais trompée. Comme si ma mémoire avait décidé d’effacer cette information afin de me protéger. J’y ai tellement cru à notre relation que j’en avais oublié à quel point tu m’avais blessée, à quel point tu m’avais fait mal.

En réalité, je ne crois pas avoir bien bouclé la boucle avec toi. J’ai l’impression que je t’ai laissé filer sans vraiment t’expliquer comment je me sentais et les raisons pour lesquelles je te laissais. Parce que oui, tu m’as beaucoup blessée et je pense que je n’ai jamais pris le temps de te le dire. Peut-être que pour toi c’était anodin de revenir de voyage sans me le dire, de me planter au cinéma pour aller rejoindre tes amis, d’oublier de me dire que t’avais embrassé une autre fille pendant qu’on sortait ensemble, de me donner rendez-vous au centre commercial et de ne jamais venir, de partir en échange étudiant et de me donner très peu de nouvelles, de faire tout plein de projets sans moi, de me parler bête et de passer plus de temps avec tes amis qu’avec moi.

Tu m’as fait mal. Très mal. Ton indifférence à mon égard me blessait.

Ça fait maintenant trois ans que nous ne sommes plus ensemble. Je sais que je ne reviendrai jamais avec toi, ni avec quelqu’un comme toi ou même quelqu’un qui te ressemble. Bizarrement, je t’en veux encore. Comme si je ne t’avais jamais vraiment pardonné. Oui je t’ai laissé partir et tu as une nouvelle copine aujourd’hui. Je ressens encore profondément de l’affection envers toi et je me sens très sereine à l’idée que tu sois heureux avec quelqu’un d’autre que moi aujourd’hui.

couple sombre flou paysageSource image: Unsplash

Je n’étais pas la bonne et tu n’étais certainement pas le bon pour moi non plus. Alors, pourquoi toute cette rancœur? C’est en lisant tes lettres que je réalise que je t’en veux, mais surtout que je m’en veux à moi aussi. Je m’en veux d’être restée dans cette relation malsaine et de t’avoir laissé me traiter ainsi.

J’espère un jour te pardonner, mais j’espère surtout être capable de me pardonner de t’avoir laissé être dans ma vie pendant ces huit années.

-->
Un article de
Katherine Fortin's Avatar
Katherine Fortin

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Célébrer la St-Jean avec des saveurs d’ici