Mode & Beauté

Alors qu’on croyait que l’acné adolescente n’était plus qu’un mauvais souvenir relié à la puberté, voilà que l’équilibre fragile de notre peau se retrouve perturbé par le port fréquent du masque, provoquant ainsi une nouvelle poussée d’acné! Le mascné, mot-valise combinant les termes «masque» et «acné», fait référence aux boutons qui apparaissent dans la zone couverte par le masque chirurgical, à cause d’une combinaison de facteurs tels que:

  • le «microclimat» engendré par la chaleur et l’humidité accumulées sous le masque est le terrain idéal pour la prolifération des bactéries responsables de l’acné;
  • Sous le masque, la peau n’est pas oxygénée de manière optimale, ce qui lui fait produire plus de sébum, l’huile cutanée responsable de l’obstruction des pores;
  • La friction du masque contre l’épiderme augmente l’irritation et le risque d’inflammation.

Ce beau cocktail comédogène entraîne alors des boutons, des comédons, des points noirs, des kystes et même des lésions post-acné comme des taches d’hyperpigmentation ou des cicatrices.

Alors comment vient-on à bout du maudit mascné? Avec une routine de soins de la peau adaptée combinée à une bonne gestion de notre port du masque. Voici les ingrédients clés à rechercher dans nos produits pour traiter l’acné et obtenir une peau d’apparence saine.

skincare

Source de l’image : Unsplash

L’acide salicylique

L’acide salicylique, aussi connu sous le nom d’acide bêta-hydroxylé (BHA), est un ingrédient exfoliant particulièrement efficace pour traiter et prévenir les boutons, les points noirs et les points blancs. L’acide salicylique est soluble dans l’huile, ce qui veut dire qu’il pénètre en profondeur pour diminuer la production de sébum et minimiser l’apparence des pores. De plus, il possède des propriétés anti-inflammatoires qui réduisent l’apparence des boutons en minimisant l’inflammation et la rougeur. C’est l’ingrédient incontournable des peaux grasses et mixtes à tendance acnéique. On le retrouve fréquemment en différentes concentrations dans les nettoyants pour le visage, les sérums et les traitements localisés ( style spot treatment).

Le peroxyde de benzoyle

Le peroxyde de benzoyle est un ingrédient anti-acné qui agit en tuant la bactérie responsable de l’acné Cutibacterium acnes(C. acnes), en plus d’exfolier la peau. C’est un ingrédient particulièrement efficace pour l’acné inflammatoire, comme l’acné kystique. Il permet non seulement de traiter, mais aussi de prévenir la formation de nouveaux comédons. Son action anti-inflammatoire aide aussi à prévenir l’hyperpigmentation post-inflammatoire, soit les marques rouges ou mauves laissées après l’apparition d’un bouton enflammé. Le peroxyde de benzoyle tend à assécher plus la peau que l’acide salicylique, il est donc moins recommandé pour les peaux sensibles. On le retrouve surtout dans les nettoyants pour le visage et pour le corps en différentes concentrations. On fait gaffe à ne pas en mettre sur les tissus, puisque cet ingrédient pourrait les décolorer.

Les rétinoïdes

Les rétinoïdes sont une classe de composés chimiques dérivés de la vitamine A. Les rétinoïdes accélèrent le renouvellement des cellules de la peau, réduisent la tendance des cellules et des débris de kératine à s’agglutiner et à obstruer les pores, augmentent la production de collagène et atténuent les décolorations. Cet ingrédient polyvalent s’attaque donc aux boutons, aux rides, aux ridules, aux cicatrices d’acné, aux taches d’hyperpigmentation et à l’apparence des pores, entre autres. La famille des rétinoïdes inclut, en ordre décroissant de puissance, l’acide rétinoïque, le rétinaldéhyde, le rétinol et les esters de rétinyle. La classe de l’acide rétinoïque regroupe la trétinoïne (Retin-A), l’adapalène (Differin Gel) et l’isotrétinoïne (Accutane) soit les traitements offerts seulement sur prescription. Les autres classes de rétinoïdes sont disponibles en vente libre. Le choix de notre rétinoïde est très important, car cet ingrédient est assez puissant. Pour l’application topique, il faut commencer progressivement, laisser notre peau s’adapter au dosage, puis augmenter tranquillement la fréquence de l’utilisation. Par exemple, on peut appliquer notre crème au rétinol une fois par semaine pendant deux semaines, puis augmenter à deux fois, puis trois, en veillant à ce que notre peau puisse le tolérer. Une utilisation trop rapide et brutale peut provoquer une «purge» (une poussée d’acné rapide causée par le produit), de l’irritation, des rougeurs, une sensibilité et une desquamation excessive de la peau. Les produits sous prescription sont très efficaces contre l’acné sévère. Les produits en vente libre prennent plus de temps à agir, mais risquent moins d’irriter la peau.

La niacinamide

La niacinamide est un dérivé de l’acide nicotinique, plus connu sous le nom de vitamine B3. Cet ingrédient augmente le taux de céramides et de lipides dans la barrière protectrice de la peau, réduit la production de sébum, est anti-inflammatoire et traite l’hyperpigmentation ainsi que les rougeurs. Donc, la peau est moins huileuse, mieux hydratée, l’apparence des pores est minimisée et le teint devient plus uniforme. La réduction de la production de sébum permet de réduire l’acné, tout en maintenant une barrière cutanée saine. On le retrouve en différentes concentrations dans les sérums, les nettoyants et les crèmes pour le visage. La niacinamide convient à tous les types de peau, mais les concentrations autour de 10% pourraient causer de l’irritation chez les peaux plus sensibles. Les concentrations plus douces, de l’ordre de 5%, conviennent à ces dernières en étant tout de même efficaces.

Le soufre

Le soufre est un ingrédient abondant dans la nature utilisé depuis des siècles pour traiter toutes sortes d’affections cutanées. Si l’acide salicylique et le peroxyde de benzoyle n’ont eu aucun effet pour traiter l’acné, alors cet ingrédient de dernier recours pourrait sauver la mise. Le soufre tue les bactéries, réduit la production de sébum et élimine les peaux mortes à la surface de la peau. Le soufre est utilisé pour traiter l’acné légère à modérée. Il convient à tous les types de peau, surtout aux peaux grasses et acnéiques. Il a tendance à dessécher la peau, alors il pourrait causer de l’irritation aux peaux sensibles. Cet ingrédient se retrouve surtout dans les pommades anti-acné ainsi que dans les traitements ciblés (spot treatment). De plus, il est connu pour sentir mauvais.

Les acides alpha-hydroxylés (AHAs)

Les acides alpha-hydroxylés, dérivés des fruits ou du lait, comprennent l’acide glycolique, l’acide lactique, l’acide malique, l’acide tartrique, l’acide citrique et l’acide mandélique. Ils exfolient la peau, illuminent le teint, lissent le grain de peau, favorisent la production de collagène et la circulation sanguine, traitent les taches d’hyperpigmentation, les cicatrices et les taches brunes, réduisent l’apparence des rides et des ridules et aident à traiter et prévenir l’acné. En se débarrassant des peaux mortes en surface, les AHAs empêchent ces dernières d’obstruer les pores et donc, la création de boutons. Ils sont employés en différentes concentrations dans les toniques, les nettoyants pour le visage, les masques, les sérums, les crèmes et en clinique pour les peelings chimiques.  Étant donné que le pH des produits contenant des AHAs est acide, trop les utiliser peut provoquer une sensibilité accrue de la peau, des rougeurs, une «purge» et une desquamation excessive de la peau. On modère leur utilisation à une ou deux fois par semaine, en commençant avec des pourcentages moins élevés pour s’assurer de bien tolérer le produit. Certains acides conviennent mieux que d’autres dépendamment de notre type de peau. L’acide glycolique est plus fort et convient mieux aux peaux grasses et acnéiques, alors que les acides lactiques et maliques sont plus doux et conviennent mieux aux peaux sensibles.

Les patchs pour boutons

Les patchs sont très pratiques pour porter sous le masque, car ils protègent les boutons de la friction. Les patchs protègent et favorisent la guérison des lésions cutanées en les protégeant de l’environnement extérieur, en gardant un taux d’humidité optimal pour la guérison et en nous empêchant de toucher et de triturer nos boutons. Ils restent discrets grâce à leur aspect transparent, donc on peut les porter toute la journée avec ou sans masque. La plupart des patchs sont offerts sous forme de bandages circulaires hydrocolloïdes de différentes tailles, avec ou sans médicament anti-acné, comme l’acide salicylique. C’est l’astuce parfaite pour ceux et celles qui ne peuvent s’abstenir de péter leurs boutons ou qui ont le réflexe de toucher leur visage. Il suffit de déposer et de coller le patch sur le bouton et de le retirer le soir avant la routine de soins de la peau.

L’écran solaire

Tous les ingrédients mentionnés plus haut ont pour point commun de rendre la peau plus sensible aux rayons UV, il est donc primordial de protéger notre épiderme avec un écran solaire avec un FPS d’au moins 30, et ce, tous les jours (oui, même l’hiver ou à l’intérieur!). Le soleil est responsable en grande partie du vieillissement prématuré de la peau (c’est-à-dire développer des rides et ridules plus tôt), des taches brunes et d’hyperpigmentation et des cancers de la peau. Contrairement au mythe, le soleil n’aide pas à traiter l’acné, au contraire. Exposer l’acné aux rayons UVA et UVB sans protection accroît l’inflammation et donc, le risque de développer des cicatrices d’acné et de l’hyperpigmentation post-inflammatoire. Donc, on se prémunit d’un écran solaire non comédogène (qui ne cause pas de boutons) avec un FPS d’au moins 30, qu’on réapplique à chaque deux heures pour une protection complète.

***

Gestion du masque

Pour éviter au maximum que notre masque chirurgical provoque de l’acné, on le change dès qu’il est souillé ou humide. On l’ajuste adéquatement sans trop le serrer contre notre visage pour éviter de causer trop de friction. Dès que c’est possible, on l’enlève puis on le jette pour laisser notre peau respirer. Idéalement, on évite de porter du maquillage sous le masque afin d’éviter d’obstruer encore plus les pores. Sans oublier le lavage fréquent des mains, pour éviter d’amener des bactéries sur notre visage.

Autres astuces de l’Association canadienne de dermatologie (ACD)

  • Lavez-vous le visage une à deux fois par jour et hydratez votre visage avec une crème hydratante non comédogène.
  • Utilisez un maquillage sans huile et choisissez seulement des produits non comédogènes, car ils ne contiennent pas d’ingrédients qui obstruent les pores.
  • Lavez souvent votre taie d’oreiller, vos draps. Ils absorbent l’huile et peuvent transmettre l’huile et la saleté à votre peau.
  • Lavez vos brosses de maquillage avec un savon antimicrobien. Les applicateurs de maquillage peuvent contenir des bactéries.
  • Il ne faut pas faire éclater les boutons! Gratter ses boutons ou les faire éclater répand les bactéries et cause plus d’acné. Cela peut aussi produire plus de taches et de cicatrices.
  • Ne vous en faites pas trop à cause de votre acné. Le stress peut indirectement aggraver l’acné en affectant les niveaux d’hormones.
Source de l’image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Audrey Pilon-Topkara's Avatar
Audrey Pilon-Topkara

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Un livre qui te pousse dans les bras du bonheur - Le Cahier