Sport & Santé

Bon qui dit entraînement dit blessures inévitablement. Ceux qui n’ont jamais eu d’entorse, de foulure, de fracture, de déchirement de ligaments, d’étirement, de claquage et j’en passe… Et bien allez vous acheter un billet de loterie parce que vous êtes chanceux! Je côtoie des gens d’entraînement à tous les jours que ce soit durant mon 2-3  heures au gym le matin ou lors de mes sorties de course entre ami(e)s le soir, mon cercle d’amis regroupe une multitude d’athlètes allant d’athlètes du dimanche à super athlètes de performance.

Avec les années, je suis devenue la source de référence pour les blessures, surement parce que je les ai toutes eues! Je suis extrême, j’aime pousser mon corps à ses limites et parfois j’atteins la limite ! J’ai fait mes études en génie civil, les limites élastiques, plastiques, la résistance à la rupture des matériaux, je connais ça et je peux même le transposer sur mon propre corps. Les moments de rupture je les ai déjà atteints sauf qu’au lieu d’être un bâtiment qui s’écroule, c’est plutôt mon corps qui tombe en mille miettes.

Comment rester motivée quand tu as le pied dans le plâtre.. Encore pire quand tu as les 2 pieds dans des bottes de marche, et bien je vous répondrai que c’est comme un marathon : c’est le mental qui va te garder la tête hors de l’eau.

Une blessure ça arrive à tout le monde, tu n’es pas le/la premier/première. Une fracture de stress à deux jours de l’évènement ultime, que tu attends depuis un an, où tu t’entraines, te motive à tous les matins/soirs à te dépasser et bien ça peut arriver à toi, ou à ton partenaire d’entraînement, bref, à n’importe qui. Tu vas vivre une gamme d’émotions, quand tu auras passé par-dessus les pleurs qui se poursuivront en colère et bien tu pourras t’assoir et réfléchir calmement au futur. Ce n’est pas la fin du monde, une jambe cassée, tu peux poursuivre ton entraînement en piscine. Il y a des alternatives à tous les sports, et non ça ne sera pas ton sport favori mais tu pourras quand même garder la forme que tu as travaillée avec autant d’acharnement depuis les derniers mois. Ta compétition aura lieu l’an prochain, sinon d’autres compétitions ont lieu pour remplacer celle auxquelles tu ne pourras pas assister, ce n’est pas la fin du monde.

Si je parle d’expérience vécue, j’ai appris à un mois du fameux marathon de Boston que j’avais sept fractures dans le pied (fractures de stress avec un bonus de trois fractures complètes). Avec ma tête bornée j’ai décidé de prendre mon rendez-vous chez le podiatre le mardi suivant le marathon de Boston pour aller y courir et tout donner. Pour les curieux, je l’ai fait, est-ce que ça a empiré ma situation… personne ne le saura jamais. Je suis allée à mon rendez-vous pour avoir la fameuse botte pour un beau trois mois de piscine et d’entraînement sans impact. Avec du recul, je me suis remise à la course à pied à la suite de la guérison totale de mon pied. Le temps de repos a surement été plus long, mais j’ai gardé le cap et mes intentions de recourir un jour. Je sors pratiquement à tous les jours pour aller courir de petites distances, est-ce que je referai un marathon un jour.. Surement… Avec les mêmes intentions de gagner, peut-être pas, mais chose certaine je continue de courir par passion et avec le bonheur de mettre un pied devant l’autre et d’apprécier chaque pas.

marathon de boston, course, sport

Peu importe votre blessure, prenez le temps de guérir, d’être soigné par des personnes compétentes qui ont le désir de vous remettre sur pied avant de regarder leur chéquier et vous allez pouvoir revenir encore plus fort.
Voici mes petits trucs :

  1. Se remettre des objectifs atteignables à toutes les semaines
  2. Noter son évolution, son état dans un agenda et relire les semaines précédentes pour se motiver et constater que nous sommes dans la bonne voie
  3. S’entourer de gens positifs qui vous donneront le moral dans les journées plus difficiles où tout ressemblera à des montages insurmontables.
  4. Se permettre de s’écouter et de prendre soin de son corps un matin où la douleur est trop présente et ne pas forcer la chose. Ne pas se décourager si un matin la douleur est plus présente, le lendemain elle sera moins grande. Il faut rester positif.
  5. Bien s’alimenter, avoir un bon sommeil récupérateur et bien s’hydrater! Pour guérir, il faut bien se nourrir et avoir un mode de vie sain afin de tout mettre en place pour laisser à son corps tous les outils pour se réparer.

physiothérapie, soins, blessure, sport

 

Auriez-vous d’autres conseils à transmettre?

-->
Un article de
Geneviève Asselin-Demers's Avatar
Geneviève Asselin-Demers

Un mot pour décrire Geneviève : énergique. Toujours 1001 projets en tête, elle se lance toujours des nouveaux défis qu’elle complètera à coup sûr. Sportive...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Les beautés du Mile end