Faits Vécus

Partout, j’entends que tu es une année à mettre derrière, une année à oublier. Lorsque j’ai fait ta connaissance, il est vrai que j’imaginais un contexte tout à fait différent pour accueillir l’amour inconditionnel. Aux 12 coups de minuit, j’envisageais avec joie une année de grands changements grâce à cette vie qui grandissait en moi. Ces changements furent encore plus grands que toutes mes prédictions. 2020, je ne te cacherai pas que j’ai parfois l’impression que tu m’as volé des moments précieux, des moments qui ne reviendront jamais. J’ai versé des larmes dans les derniers jours de ma grossesse par peur d’être seule pour donner la vie. Moi qui avais si hâte de partager notre minuscule bonheur avec notre entourage, nous n’avons pu recevoir aucune visite. Cela a pris des mois avant que papis et mamies enlacent enfin leur descendance chérie, leurs émotions bien visibles sur leur visage malgré des masques dissimulant partiellement leurs traits émus. 2020, tu as décidé qu’il n’y aurait pas de brunch maman-bébés pour briser l’isolement, pas de cours de cardio-poussette pour retrouver la forme et chasser la grisaille de l’automne, pas de câlins et de tirage de cheveux entre notre tout-petit et ses amis, pas de sorties entre amoureux afin que papa et maman puissent se retrouver, pas de premier voyage à trois pour découvrir le monde et pas de premier Noël festif entouré des êtres chers. Ce fut une année à être trop souvent déchirée entre ma volonté de ne prendre aucun risque pour mon précieux bébé et ma peur de passer à côté de bonheurs bientôt envolés.

homme femme enceinteSource image: Unsplash 

Oui, je t’en ai parfois voulu 2020, mais tu as aussi créé encore plus de joie que je n’aurais osé le souhaiter. Tu as laissé grandir en moi le plus fantastique des présents… la vie. Une petite vie si formidable qu’elle a eu la capacité d’illuminer le regard des étrangers qui la devinaient sous mon ventre bien rond. Une petite vie si puissante qu’elle a semé des étincelles de joie autour d’elle avant avant même que qui que ce soit ait fait sa connaissance. Ces étincelles ont enflammé mon cœur de future maman un peu plus chaque jour jusqu’à atteindre leur apogée dans un brasier d’amour incontrôlable. Les premières secondes où j’ai enfin pu coller cette petite vie toute chaude contre moi. Ce sentiment d’euphorie restera à jamais gravé dans mon cœur.

Nos premiers moments à trois furent magiques, passés en toute intimité, blottis les uns contre les autres à n’avoir rien d’autre à faire qu’apprendre à se découvrir et s’aimer. 2020, tu nous as offert tout le temps nécessaire pour nous émerveiller devant notre petit trésor qui s’est développé à une vitesse folle. Chacun de ses rires nous a rappelé que cette nouvelle réalité est la seule qu’il connaît et qu’elle est parfaite à ses yeux. Chère 2020, partout j’entends que tu es une année à mettre derrière, une année à oublier. Sache que ma famille ainsi que toutes celles qui ont accueilli la vie ne t’oublieront jamais.

Source image de couverture: Unsplash 
-->
Un article de
Jenny Cleroux's Avatar
Jenny Cleroux

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Le premier amour