Bouffe

Depuis aussi longtemps que je me souvienne, je me suis toujours battue avec mon poids. Au primaire j’étais la petite toutoune un peu tomboy et au secondaire, j’ai atteint un poids clairement pas santé jusqu’à ce que je rencontre une nutritionniste en secondaire 5. Ce ne fut pas le moment le plus glorieux de ma vie disons. Rendue au cégep et à l’université, j’avais un poids relativement stable et sain. Par contre, j’étais très consciente de mon image,  j’étais obsédée par mon poids, l’entraînement et ce que je mangeais. Rien de tout ça n’était sain, mais je ne m’en rendais pas compte. Je complexais sur des parties de moi sur lesquelles je n’avais aucun contrôle! Même une fois que j’avais perdu mon gras de bébé, je faisais tellement attention à ce qui composait mon alimentation que ça en devenait maladif. Je me sentais mal dès que je mangeais trop et je m’en voulais par la suite de m’être laissée aller.

regret, poids, problème

Avoir ce genre de relation avec la nourriture est très négatif. Je le sais maintenant. La nourriture, à la base, ça sert à faire fonctionner ton corps. Ne l’oublie jamais. Il faut manger quand on a faim et pas seulement pour passer le temps, parce qu’on s’ennuie ou parce que c’est bon.

Bon, ça c’est la base. Si tu es capable de passer par là, ton attitude vis-à-vis la nourriture prendra une autre tournure. Si tu adores cuisiner, tu pourras continuer de le faire tout en étant plus consciente des portions et de l’équilibre nutritif de ce que tu élaboreras. Le fait est que ta relation avec la bouffe doit être revue si tu te reconnais dans ce que j’ai mentionné ci-haut.

L’équilibre, c’est vraiment le mot-clé ici. Je ne suis plus capable d’entendre parler de cheatmeal, cheatday ou du fait quelqu’un se sente mal parce qu’il ou elle n’a pas mangé de façon nutritive lors d’un moment précis (AKA manger 1 paquet d’oreos complet ou bien finir le sac de chips familial) . Tricher, mais tricher quoi au fait? Ce n’est pas toi-même que tu triches. Tu avais envie d’une deuxième assiette de pâtes: assume-le.  Il faut se raisonner et passer outre ce phénomène qui veut qu’on se sente mal dès qu’on n’ajoute pas de kale à notre recette…(J’exagère juste un peu) C’est simplement malsain et bien honnêtement, personne n’a besoin de ce genre de pression (supplémentaire). Ça nous arrive tous d’abuser par moment, mais ça ne fera pas de nous de mauvaises personnes ni des personnes en mauvaise santé.

manger, bonheur, heureux, se faire plaisir

Tu as envie d’un gros burger? Ben go, mange-le et apprécie-le. Tu salives pour une poutine depuis 3 semaines? Gâte-toi! Après, tu n’auras plus envie d’en manger pendant 3 autres semaines et c’est parfait ainsi. Quand tu comprends que l’équilibre ça implique aussi de se gâter parfois, tu n’auras plus jamais ce sentiment de feeler cheap après avoir manger 6 croquettes Mcdo.

Mon conseil: Arrête d’obséder avec la nourriture et concentre-toi sur ce qui en vaut vraiment la peine!

Mange de façon équilibrée, prends soin de t’accorder tous les nutriments dont ton corps a besoin pour bien fonctionner et apprécie la bonne bouffe. Voilà :)

manger, être heureux

N’hésite pas si tu veux en parler davantage, je ne suis pas nutritionniste, ni psychologue, mais les 27 dernières années m’ont appris quelques trucs en la matière.

 

-->
Un article de
Genevieve Morin's Avatar
Genevieve Morin

Geneviève a toujours de nouvelles idées en tête. C’est le genre de fille qui est prête à essayer n’importe quoi et qui a toujours plein...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Où fêter son enfant sans se casser la tête?