Faits Vécus

Aujourd’hui, j’avais envie de parler d’un sujet qui me tient à cœur. Parce que nos racines, c’est quelque chose de tellement important. C’est ce qui nous forge, c’est dans nos tripes et ça nous définit en tant que personne. On a ça d’ancré dans le cœur, ben moi j’ai un champ de blé dans le coeur!

Je viens de là où ton voisin c’est le dépanneur le plus proche, là où tout le monde est parent avec tout le monde, un endroit où les enfants jouent dehors, là où on vit au grand air, on ne se prend pas la tête, on vit de la terre et de la communauté! Je viens de là où les champs s’étendent à perte de vue, je viens de là où les valeurs humaines sont à cœur, je viens de la campagne. Tsé la place où chaque soir il y a le soleil qui se perd en arrière des montagnes, pendant que les enfants font du bécycle à pédale sa garnotte. Les jours de pluie, on enfilait notre costume de bain pour courir sous la pluie et dévaler les plaines en roulant sur le côté jusqu’en bas.

La campagne, ce sont les soupers en famille qu’on a préparés ensemble, les trois à quatre générations dans la cuisine parce que, chez nous, on met toutes la main à la pâte. Dans ces moments là, il y a grand-maman et son savoir en or qui t’enseigne des choses que personne d’autre ne pourra t’enseigner, la cuisine qui vient du cœur. La cuisine qui vient du cœur, ça se cuisine à poignée pis à la pincée, y a pas de recette écrite, ouvre bien tes oreilles et tes yeux!

lac campagne chalet arbresSource image: Alexandra Photographie

Chez nous, on apprend à aider son prochain, on apprend à tendre la main quand quelqu’un tombe. On nous enseigne la base de la vie à un très jeune âge pour nous rende responsable, mais aussi parce qu’il y a tant à faire et que maman ne peut pas tout assumer à elle seule. Cet enseignement-là va faire en sorte qu’on devient des jeunes adultes matures et responsables.

Ça n’enlève rien aux gens de la ville, mais je crois qu’on vient de deux mondes complètement différents. Tu ne peux pas comprendre, tu ne sais pas ce que c’est que de sauter dans la rivière derrière chez toi sans surveillance, tu ne sais pas ce que c’est se faire manger par les mouches, tellement il y en a, on lèverait de terre! Tu ne sais pas ce que c’est aller chercher ton journal au début du rang à vélo en pyjama et pas peignée. En vrai, tu ne sais pas ce que c’est l’air pur et la non-importance de ton apparence.

Dans tous ça, il y a une liberté tellement grande! La liberté de manger des carottes pleines de terre dans le jardin, de prendre tes pommes directement dans l’arbre, pas de besoin d’aller dans un verger pis payer, on a ça dans notre cour arrière! Il y a aussi les fraises et les framboises qui poussent partout et les bonnes confitures que grand-maman fait avec. Et tout ça, c’est complètement gratuit! Il y a l’automne, la saison sombre qu’on dit, mais chez nous, les montagnes s’illuminent de mille feux, comme un feu d’artifice dans le ciel qui explose en millier de couleurs. Il y a nos pères et nos grand-pères qui vont à leur camp de chasse passer quelques semaines pour nous ramener la viande la plus fraîche que t’auras mangé de ta vie. Après il y a l’hiver, la saison où on se gossait une luge avec ce qu’on trouvait dans le garage, où on allait à la patinoire du village entre amis patiner, jouer aux cartes et boire du chocolat chaud. La saison de la pêche sur la glace où on ramenait pas souvent grand-chose, mais quand on le faisait, maman nous préparait de la truite dans le poêlon. Le printemps, c’est le temps des sucres. Les parties de tires, les bottes à vache dans vase pis c’est surtout la nature qui se réveille. L’été, c’est les soirées autour d’un feu entre amis, le vélo, les piques niques dans le bois, les baignades dans la rivière pis plein d’autres choses!

campagne coucher de soleilcampagne coucher de soleilSource image: Alexandra Photographie

Bref, la campagne c’est surtout l’endroit où de ce qu’on achète à l’épicerie est principalement cultivé, ce sont les petites maisons pleines d’enfants, ce sont les espaces trop grands à profusion, c’est le bonheur, la liberté, la simplicité pis du ben bon monde! C’est un endroit où il fait bon vivre et où les gens s’entraident. Les gens de la campagne ont un champ de blé dans le cœur, ils ont une relation unique avec la nature et la beauté du monde qui nous entoure, une façon unique de voir les choses, ce sont des êtres uniques.

-->
Un article de
Alexandra Cyr's Avatar
Alexandra Cyr

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Les cidreries à visiter à Burlington pour une journée de bonheur