Arts Cinéma

Tout comme les livres et la musique, les films ont toujours fait partie de ma vie depuis aussi loin que je me souvienne. Parmi tout ce que j’ai écouté, en voici deux que je vous conseille fortement.

Le premier est Un homme dévoué ou en anglais Mr. Church qui raconte l’histoire d’un homme noir du nom d’Henry Church qui est cuisinier pour une femme qui a le cancer du sein et ayant une fille dans les années 70. Cet homme deviendra beaucoup plus qu’un cuisinier noir pour deux femmes blanches, il deviendra l’homme qui changera leurs vies pour le mieux. Ce film réunit les acteurs Eddie Murphy, Britt Robertson, Natascha McElhone, Xavier Samuel, Lucy Fry, Christian Madsen, Mckenna Grace et Thom Barry.

Ce film est merveilleux, car il reste simple dans son déroulement. Il y a des indications de temps et de lieux, il est facile à comprendre par son accent mis sur la simplicité de l’œuvre, il est bien joué par les acteurs qui ont des rôles appropriés. Il y a également une petite touche humoristique qui fait en sorte que le côté touchant du sentiment d’appartenance à la famille qui traverse l’écran ne devient pas lourd ni triste, mais juste bien équilibré pour finir de l’écouter et le conseiller. Aussi, pour les amateurs de jazz et de cuisine, ce film est idéal, car Eddie Murphy jouant le rôle de Mr Church cuisine incroyablement bien que l’eau vient à la bouche facilement alors qu’on se laisse bouger par la subtilité et l’utilité du jazz lors des préparations des repas et lors de sessions au piano. Il n’y a pas de lourdeur politique, sociale et émotionnelle, de détails inutiles qui font que tu te perds, plusieurs personnages qui nous mélangent, de mauvais jeux d’acteurs. C’est pour toutes ces raisons que j’ai aimé ce film.

Ma deuxième suggestion est The Breakfast club, sorti en 1985, racontant l’histoire de cinq adolescents n’ayant absolument rien en commun, mais qui se retrouvent en retenue un samedi après-midi. Plus le film avance, plus on voit que finalement ils ont plus de points communs qu’ils ne le pensent et que l’important pour ces jeunes est comment eux se perçoivent et non l’inverse. On apprend aussi que ce film pour les adolescents dresse un portrait qui reflète encore bien aujourd’hui les divers problèmes de l’adolescence et de faire partie des clichés de la fille riche (Molly Ringwald), du sportif (Emilio Estevez), de l’intellectuel (Anthony Michael Hall), de la névrosée (Ally Sheedy), du délinquant (Judd Nelson), du directeur désabusé de son emploi (Paul Greason) et du concierge ami des élèves et du directeur (John Kapelos). Ce film nous fait nous reconnaître dans cette période de la vie en plus d’avoir des acteurs talentueux, un scénario simple et réaliste et une trame sonore parfaite. Pour cela, ce film est un de mes classiques.

On dit que la beauté de la vie se trouve parmi les plus petites choses et la simplicité. Vous trouverez cette beauté dans ces œuvres cinématographiques par leur simplicité et leur côté vrai et réaliste de l’histoire qu’elles racontent.

Source image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Coraly Guillemette's Avatar
Coraly Guillemette

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Des pages Instagram à suivre pour s'entrainer à la maison