Faits Vécus

Hier encore, je me disais que ce serait plus facile d’avoir des enfants rapprochés. Je me disais qu’ils joueraient ensemble et développeraient une belle chimie. C’est encore vrai, à quelques exceptions auxquelles je n’avais pas réfléchi. Certains y croient d’autres non, mais je suis présentement dans deux phases assez intenses. J’ai une mini bacon qui est dans le fameux ”terrible two” et une ado en devenir qui veut tout faire par elle-même, un beau ”fuckin’ four””. C’est difficile par moment sincèrement. Par contre, je t’arrête tout de suite, je suis heureuse d’avoir des enfants ; ce texte n’est pas pour chialer, mais bien pour rendre la vie plus facile à ceux qui le vivent aussi. C’est exigeant et il faut apprendre à être douce envers soi-même. Je me regarde d’un oeil critique, mais lorsque ma mini se laisse crouler au sol et ma plus vieille me crie dessus, je crois que c’est normal d’avoir besoin d’un deux minutes pour respirer.

Charlie est très grande et mature, elle comprend vite les causes à effets. Lorsqu’elle ne comprend pas une chose ou que cela ne se passe pas comme elle le souhaiterait, elle se fâche. Par moment, je trouve qu’on s’est éloignées et ça me fait de la peine. Elle demande maintenant son père et dit des paroles blessantes. Elle est capable seule et souhaite qu’on ne soit pas là. Je sais que ce sont des paroles d’enfant, mais la première fois qu’elle m’a dit ça, le coeur m’a fendue sur place. Elle devient autonome et, tranquillement pas vite, il faut la laisser aller et expérimenter à sa façon. Elle a tellement une belle façon de nommer ses émotions par moment, mais parfois, on dirait une tornade d’émotions. Elle crie, pleure et s’obstine pendant de longues minutes. C’est particulier de voir comment nos enfants changent et évoluent. J’essaie de lui donner le meilleur exemple, mais, je l’avoue, ça m’arrive de lever le ton à mon tour et de n’avoir aucune patience. L’important, c’est de s’excuser et d’expliquer ce qui a causé ce débordement. Charlie est consciente que ça arrive.

Avoir des enfants rapprochés

Source de l’image: Unsplash

En ce moment, Mila, c’est du bacon tout craché. Je ne lui donne pas de nourriture après deux bols de céréales, elle se lance par terre. Elle ne veut pas changer sa couche, elle se lance par terre. Elle ne veut pas cesser un jeu, elle se lance par terre. C’est tout un casse-tête, parce que quand Charlie ne l’écoute pas, je me transforme en arbitre de jeu. Eh oui, Mila peut frapper Charlie, qui va répliquer en lui tirant les cheveux. Un beau match de lutte. Elles développent par contre de l’empathie l’une pour l’autre et essaient de partager leurs jouets. Par moment, elles jouent ensemble et c’est magique, car elles sont dans leur imaginaire et ont beaucoup de plaisir. Mais en fin de compte, ce sont deux enfants qui ont des besoins différents, qui peuvent être explosives et qui nécessitent de la patience grande comme la terre. L’important, c’est de se rappeler que tout finit par passer. Ces phases sont nécessaires, mais demandent de la persévérance et de la créativité. Je suis rendue championne de contournage de crise. Je prévois, adapte et crée des jeux pour passer à travers la routine sans chicane. Cependant, il arrive que j’abandonne et les laisse se chicaner et se bagarrer pour qu’elles comprennent que ça ne se fait pas et qu’il faut réparer le geste.

Avoir des enfants rapprochés

Source de l’image: Unsplash

C’est une période où je ne sais pas où donner de la tête, parce que j’essaie de comprendre leurs besoins, être présente, aimante et demeurer zen. La vérité, c’est que c’est complexe, et que par moment, c’est difficile de comprendre ce qu’elles veulent dire et ce qu’elles veulent avoir. Même en jouant mon rôle d’intervenante, je ne suis pas totalement impartiale et je n’arrive pas à appliquer mon savoir-faire lors de ses situations. Mes émotions prennent le dessus.

Le fait d’être parent ne nous oblige pas à être parfaits. Cela nous demande de faire de notre mieux avec les outils que nous avons. J’aime mes filles profondément et mon message était de se rappeler de se laisser une chance, que cela peut arriver de déborder, que l’important c’est d’être vrai et honnête avec ses enfants. On peut s’excuser et se rattraper. Ils ont des phases, ils vivent des choses, mais nous sommes humains aussi.

-->
Un article de
Marie-pier Carle's Avatar
Marie-pier Carle

Marie-Pier est maman de deux jeunes filles et intervenante qui aime vous partager son quotidien, ses observations et ses petits bonheurs de la vie. Elle...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

La réunion de Friends en survol- Le Cahier