Faits Vécus

Quand j’entends quelque chose du genre : c’est sûr qu’il t’a niaisé, c’est un gars, ça me dégoûte. En revanche, quand j’entends quelque chose du genre : c’est sûr qu’elle t’a trompé, c’est une fille, ça me dégoûte également. Je hais lorsqu’on met tous les gars et toutes les filles dans le même bateau. C’est complètement ridicule de regrouper toutes les personnes provenant du même genre et d’insinuer qu’ils sont tous pareils. Cela alimente les stéréotypes et ce n’est pas bon pour notre société moderne.

Parfois, quand c’est pour faire une blague, ça peut passer. Par exemple, quand on dit qu’un homme ne peut pas faire deux tâches en même temps, alors que les femmes sont multitâches, les gens peuvent en rire et les hommes peuvent se défendre. Ceux-ci pourraient ensuite répliquer et dire quelque chose comme : les femmes savent moins bien conduire que les hommes (les fameuses jokes de femmes au volant). Mais, lorsqu’une personne met tous les hommes ou toutes les femmes dans le même bateau et qu’elle est sérieuse dans ses affirmations, ça peut devenir problématique.

Je me rappelle très bien les mouvements sociaux #MeToo (#MoiAussi) et #SpeakingOut (#OnVousCroit), où d’innombrables personnes (en très grande majorité des femmes) ont révélé au grand jour sur les réseaux sociaux avoir été victimes et survivantes d’agressions sexuelles de toutes sortes. Évidemment, j’ai été choqué d’apprendre cela, surtout lorsque plusieurs personnes qui ont été visées par des allégations à caractère sexuelles étaient des personnes respectées et connues. Les femmes ont le droit de raconter ce qu’elles ont vécu sur l’espace public et de sensibiliser la population à ces problématiques. En revanche, il faut faire attention de ne pas généraliser.

Femmes en débardeur noir tenant une bouteille de jusSource de l’image: Unsplash

Il faut faire particulièrement attention avec la notion de  »Not all men », car le principe dégénère rapidement et je sais très bien que ce n’est pas le but de la conversation. C’est important de spécifier que la violence sexuelle est un problème pour tous, même si majoritairement vécue par des femmes. Il ne faut simplement pas tout mettre dans le même bateau. Quand j’entends quelqu’un dire que c’est normal qu’un homme ait violé une femme pour quelque raison que ce soit et que tous les hommes sont pareils, ça me décourage. Je suis aussi découragé quand j’entends une personne dire que toutes les filles qui s’habillent « comme une guidoune » attirent obligatoirement l’attention des hommes et que c’est normal si elles se font violer, j’ai envie de vomir. Un bon cas de #lesgens.

Le fait de mettre tous les gars et toutes les filles dans le même bateau ne vient pas uniquement de cas d’agressions sexuelles non désirées. Il s’applique sur d’autres éléments de notre quotidien. Par exemple, il a été reconnu que les filles pleurent davantage que les gars. Mais le contraire peut aussi arriver. Un gars, ça pleure. Alors, pourquoi nous sommes si rapides à généraliser et à dire que c’est normal si une fille pleure?

Ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Mais cela engendre des stéréotypes et des préjugés. Des affirmations peuvent clairement être erronées ou trompeuses. C’est même souvent le cas. Chaque personne est différente à sa propre manière. Les clichés existent pour une raison, mais c’est le temps de les briser. Chaque humain n’agit pas de la même manière. Alors, arrêtons de mettre tous les gars et toutes les filles dans le même bateau, puis respectons-nous les uns et les autres!

 

Source de l’image de couverture: Unsplash
-->
Un article de
Jean-Michel Bélanger's Avatar
Jean-Michel Bélanger

Après avoir écrit ses pensées pendant plusieurs années sur son mur Facebook, Jean-Michel a décidé de rejoindre Le Cahier afin que ses idées et ses...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

À toi, ma colocataire que je dois quitter