Faits Vécus

Lorsqu’une machine est trop utilisée, elle surchauffe et peut exploser. Quand elle est mal utilisée, elle va s’user tout croche. Et quand elle est délaissée dans un coin, elle finit par s’encrasser. Ça peut être difficile de ramener une machine brisée en bon état, mais il existe certainement des moyens de la réparer. Quand elle n’est pas trop endommagée, on peut toujours essayer de la rafistoler nous-mêmes, mais lorsque c’est plus grave, il y a des gens spécialisés dans ce genre de mécanique.

engrenage machineSource image: Pexels

Le corps, c’est aussi une machine. Une machine complexe, mais une machine quand même. C’est notre corps qui nous va nous amener là où on veut aller et qui sera avec nous jusqu’à la toute fin. C’est notre maison. Notre meilleur allié. Il est avec nous pendant les moments les plus beaux et les plus difficiles de notre vie. On l’use, le fatigue, le dorlote, le surmène, le blesse, le guérit, le cajole, l’épuise et puis vient un moment où il veut exploser. On lui en a trop demandé. Il ne suit plus. Il veut une pause. Qu’on prenne soin de lui. Qu’on le rafistole.

Le corps est bien fait. Lorsque quelque chose ne va plus, il va nous avertir qu’il faut agir. Dans une époque où tout va très vite, il est possible que l’on n’arrive plus à suivre. Notre santé mentale s’en trouvera peut-être elle aussi affectée. Et dans ces cas-là, la bonne chose à faire, c’est de s’arrêter un instant. Analyser les signaux que nous envoie notre corps et ralentir le pas. Trouver ce qui ne va pas dans le mode de vie que l’on a et changer certaines choses. Réfléchir à des solutions pour dérouiller cette machine qu’est notre corps. Puis le redémarrer quand il sera prêt à reprendre la route.

Le fait d’être confinée ce printemps m’a fait réaliser que mon corps avait besoin de repos. Que j’étais épuisée. Physiquement, mais aussi mentalement. Heureusement, la situation dans laquelle on était forcés de vivre m’a permis de récupérer et de me remettre en question sur plusieurs aspects de ma vie. Ça n’a pas été facile tous les jours, mais aujourd’hui, je peux dire que mon corps me remercie de cette petite pause que je lui ai accordé.

pause café livre lectureSource image: Pexels

Manger mieux, (re)commencer à faire du sport, dormir plus. Jouer dehors, respirer l’air frais, prendre du soleil. Écouter de la musique. Des films. Des séries. Lire des livres. Plein de livres. Apprendre à dire non et rester chez soi plutôt que de sortir avec des amis. Passer la journée en pyjama parce que c’est ben plus confortable que des jeans. C’est important de penser à soi. Et de trouver des moyens de se réparer. Tsé, on va au garage avec notre voiture dès qu’il y a un petit truc qui cloche. Faudrait penser à faire la même chose avec notre corps. Parce que quand les pièces sont brisées, elles sont bien plus difficiles à remplacer.

Alors arrêtez-vous quand vous en ressentez le besoin.

Et prenez soin de vous.

-->
Un article de
Odélie Brouillette's Avatar
Odélie Brouillette

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Comme dans le village de Kirikou : La femme noire, la femme forte