Arts de la scène

Hier soir, Le Cahier a été invité à la première médiatique de la comédie musicale Annie. J’ai eu l’immense plaisir d’être la collaboratrice choisie pour y assister, accompagnée de mon chum qui a une affection particulière pour ce genre. Il a fait son Baccalauréat en chant et est un fan fini de comédies musicales depuis toujours. Qui de mieux pour m’accompagner et pour user de son œil (oreille) d’expert !!

Je dois dire que j’avais vraiment hâte de voir ce spectacle. Je garde un excellent souvenir de jeunesse de la version cinématographie de 1982 que j’ai vu à de nombreuses reprises tout au long de mon enfance. J’ai même vu avec plaisir la version de 2014 mettant en vedette Jamie Foxx et Cameron Diaz. 

Annie, c’est comme un vieux toutou qu’on laisse dans un fond de tiroir dans notre ancienne chambre chez nos parents, et qu’on ressort pour dormir avec chaque fois qu’on reste là-bas pour la nuit. On n’a pas besoin de l’avoir dans notre vie, mais on est toujours content de le retrouver. Eh oui, c’est exactement l’effet que j’ai ressenti hier soir alors que j’étais assise au milieu de la salle de spectacle. 

La mise en scène de Serge Denoncourt est impeccable. Les textes des chansons ont été soigneusement traduits en français par lui-même et Manuel Tadros et le résultat est parfait. Les mots, les expressions utilisées, les tournures de phrases ont été juste assez québécisés pour que ce soit naturel. Les costumes sont épatants. On raconte une histoire qui se situe au début des années 30 et les costumes sont un reflet impeccable de l’époque. 

Images par Laurence Labat via Juste Pour Rire

On a droit à une brochette d’acteurs ultra-talentueux. Plus de 24 artistes se partagent la scène, dont David Savard, Véronique Claveau, Émilie Bégin, Geneviève Alarie et Kevin Houle, pour ne nommer que ceux-là ! Ils dansent, ils chantent et ils jouent tous la comédie sans faute. Une mention spéciale pour Geneviève Alarie qui interprète une Miss Hannigan parfaitement insupportable. Un coup de cœur pour Joseph Bellerose qui fait un Roosevelt amusant et attachant. Et chapeau, bien sûr, à la jeune Kayla Tucker, 11 ans, qui interprète une Annie fonceuse, sensible et rigolote. Quelle belle découverte ! 

Ce que j’ai préféré par-dessous tout ; les numéros offerts par l’ensemble des orphelines. J’ai vraiment été charmé par les prestations de ces jeunes filles, et l’ensemble de la salle semblait du même avis que moi !

Est-ce que j’ai vraiment besoin de vous dire que j’ai passé une bonne soirée ?!? 

Vous l’aurez compris, j’ai été conquise et je vous recommande vivement de vous offrir ce beau moment culturel pour illuminer cet été pas toujours ensoleillé. Annie est en représentation au Théâtre St-Denis 1 jusqu’au 31 juillet. Ensuite, la troupe se dirige vers Québec pour le mois d’août jusqu’au début septembre. Faites vite, je suis certaine que les billets vont s’envoler à une vitesse folle.

Pour les billets, c’est par ici.

Bon spectacle !

Image de couverture par Laurence Labat via Juste Pour Rire
-->
Un article de
Érika Dandavino's Avatar
Érika Dandavino

Érika est d’abord et avant tout une Montréalaise dans l’âme. Elle est née sur l’île, y a vécu toute sa vie et considère que c’est...

Lire la suite
Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Mon…avenir ?