Faits Vécus

Célibataire? Moi aussi. On est deux. Ça fait un moment que je fréquente ici et là les applications et sites de rencontres. C’est quelque chose de fort divertissant, il faut l’admettre : tu en vois de toutes les couleurs, et ce, dans le confort de ton salon. C’est une des merveilles de notre siècle : être voyeurs, sélectionner, commander… le tout, bien écrasés sur le divan.

Si c’est un des trucs positifs de notre époque, ça reste également une plaie par moments. On s’entend que d’essayer de rencontrer LA perle rare à coups de discrimination d’index, c’est pas ce qu’il y a de plus valorisant. C’est pas toujours chic chic non plus. Pis tu fais souvent face à plusieurs déceptions. Pour ne pas dire presque tout le temps. Mais admettons que j’essaie de rester optimiste, je dis : il y a parfois des exceptions.

C’est vrai!

J’ai rencontré de belles personnes via ces plateformes-là. Certaines sont devenues de bons amis. Je ne les aurais jamais rencontrés autrement. Merci la vie. Merci la vie du 21e siècle d’être superficielle, mais remplie d’opportunités.

tinder application cellulaire amourSource image: Unsplash

Malgré tout, je suis cette personne qui essaie de ne pas être clichée dans ses descriptions, dans ses photos, dans son attitude. J’essaie d’être moi-même le plus possible et de le laisser transparaître. Je suis cette fille qui cherche quelqu’un qui va dans ce sens. Toutefois, je vois beaucoup, pour ne pas dire surtout, de superficialité, de banalités, de répétitions de stéréotypes. Le gars qui tient sa truite mouchetée pour impressionner, moi, ça ne m’impressionne pas. La fille qui dit chercher une jolie fille pour combler son trip à 3 dit bi-curieux avec son chum, c’est pas jojo non plus. Tsé, ça me tente pu, man. J’ai envie d’avoir une relation stable et plaisante basée sur l’égalité. Confortable, mais pas trop. Compliquée, juste assez. La simplicité est de mise, mais à temps presque partiel. S.V.P, j’ai besoin de fraicheur, mais j’ai aussi tellement envie d’une routine réconfortante avec l’être aimé. Je suis tu si compliquée? Pourtant, mon titre, c’est que je le suis pas. Fuck. Je suis tellement incohérente. Mais paraît que certains types de gens aiment ça. C’est ça aussi, le mind fuck.

Je me demande parfois si je suis la seule qui vit ce genre de fléau moderne. Quand j’en parle à mes amies, les expériences sont tellement diversifiées que j’ai pas plus de réponses à mes questions. Je pense que mon célibat étiré est à la fois fort intentionnel, mais aussi circonstanciel : ce n’est pas faute de demandes, mais j’ai des critères, comme tout le monde. Pis l’offre est souvent juste décevante. Je crois qu’on peut facilement se perdre dans cet univers parallèle, dans ce monde de tous les possibles qu’est internet et ses plateformes de meeting. C’est plus facile de s’y perdre que de s’y retrouver, en tout cas. Je sais pas pour toi, mais moi, ça me donne envie de perpétuer mon célibat, comme une vieille dame aux chats, dans mes petites pantoufles confortables. Paradoxalement, j’ai ce désir viscéral de trouver ce témoin merveilleux de ma vie et d’être le sien.

J’imagine qu’il y a un moment pour toute chose et que la patience est la clé. Rien ne précipiter, c’est aussi ça, être une fille simple qui recherche rien de compliqué.

-->
Un article de
Myriam Roy's Avatar
Myriam Roy

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Ne manque pas le MÉGA rabais au Forever 21!