Faits Vécus

À toi cette amie, qui peu à peu, m’a appris à déployer mes ailes

À toi qui restes malgré les tempêtes

Des fake friends, j’en ai connu ben gros, tu sais?

Je ne peux même plus les compter sur le bout de mes doigts tellement elles ont été nombreuses.

Elles prétendent être tes amies pour, au final, te bitcher à ta méconnaissance, t’attrister de ne jamais être invitée aux partys du vendredi soir. Mais pourtant tout le monde est dans la story Instagram.

Sauf toi.

Elles reviennent sans cesse vers toi en rampant. S’excuser. Et toi, vulnérable comme tu es, tu es tellement effrayée à l’idée de te retrouver seule que tu cèdes à la tentation chaque fois. Puis, elles finissent bien évidemment par te planter un couteau dans le dos.

Et c’est un peu plus douloureux chaque fois.

Les fake friends, elles sont là pour te harceler sur les réseaux sociaux, mais elles ne t’appelleront jamais pour prendre de tes nouvelles. C’est toujours toi qui textes en premier et, bien souvent, tu n’as pas de réponse.

Et tu te sens tellement stupide.

Tu es sans cesse là pour les entendre se larmoyer sur leurs chums toxiques, mais lorsque tu as besoin d’une épaule sur laquelle pleurer, d’une oreille pour t’écouter, elles disparaissent dans la jungle aussi vite qu’elles sont apparues.

Cause they don’t give a shit about you. They’re only jealous.

Les fake friends ont ce pouvoir de te déchirer en mille morceaux, puis tenter tant bien que mal de récolter les fracas de leurs gâchis. Elles t’amèneront jusqu’au bord de la falaise et attendront au bas afin de te rattraper dans ta chute.

Il s’agit d’un cercle vicieux malsain et il faut lâcher prise sur ce genre d’amies, car ça nous détruit bien plus que ça nous fait de bien.

Au fil des années et des expériences, j’ai appris à mieux détecter ce type d’amies. C’est comme si un radar s’était installé en moi. La bonne citation « Vaut mieux être seul que mal accompagné » a pris tout son sens.

J’ai ainsi aussi appris à détecter les perles.

Comme toi.

amies fermer yeuxSource image: Unsplash

Les gens viennent et partent par vague. Parfois, nous sommes submergés, d’autres fois, la douleur nous épargne. Cela dit, je ne pense pas qu’on connait l’importance de prendre soin des gens qui nous entourent parce qu’on constate souvent la valeur d’une personne à son départ.

Mais tu sais, tu es là lorsqu’il n’y a plus personne, tu me tends la main même lorsque je suis au profond du trou. Je sais que je ne suis pas toujours facile, mais qui l’est vraiment, dis-moi? Lorsque je n’ai plus rien à me mettre sous la dent, tu m’invites à manger. Tu m’aides à grandir en me donnant des conseils, en m’accompagnant dans mes erreurs. T’es aussi là quand j’ai envie de lâcher mon fou, pour faire des conneries, ou se virer une brosse. Je sais que même à 2 heure du matin, je peux cogner à ta porte en pleurs et tu m’ouvriras.

Et des gens comme toi, c’est rare.

Alors, je veux seulement que tu saches que je t’aime ben gros et que j’apprécie ta présence dans ma vie.

Parce que je ne te dirai jamais assez à quel point tu m’es précieuse.

-->
Un article de
Andréa Maheux's Avatar
Andréa Maheux

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Le temps des Fêtes est fini... ouin pis!