Toi, mon chum, qui est si tanné de rester seul dans ce confinement. Rester seul, oui c’est difficile. Nous passons tous par ces étapes si difficiles ensemble. Mais tu m’as fait beaucoup de peine quand tu m’as dit que toi, tu n'en pouvais plus. Tu n’en pouvais plus de rester enfermé et de ne pas pouvoir voir tes amis. Du moins les gens que tu apprécies, les gens que tu aimes.

Tu m’as fait de la peine parce que je croyais sincèrement que tu pouvais être bien avec moi. Je pensais que la seule chose qui te comblait, c’était moi. Comme tu me le disais et à quel point c’était tout tendre et quel bonheur à mes oreilles. Mais toi, du jour au lendemain, tu me signifies tes manques et tes peines qui te traversent le corps. Et voilà que tu es prêt à prendre le bord pour simplement une petite soirée.

Mais toi, tu ne comprendras jamais ma peine. Tu ne comprendras jamais la peine que les gens, tout comme moi, ont dans leur yeux. Cette réalité qui t’enferme dans la maison. J’ai réellement l’impression que tu ne vois pas ce qui ce passe à travers mes larmes et mes sentiments. Cette année qui pour moi est considérablement qu’une illusion. Un mirage rempli d’amertume et de mots qui ne seront jamais entendus.

assiette brisée coeur briséSource image: Unsplash

J’ai souhaité bien souvent que tu ne partes pas, que tu veuilles bien rester près de moi, et que ça ferait ton bonheur de pouvoir rester dans mes bras tous les jours et tout le temps. Mais je réalise à mon tour que ce n’était qu’un rêve. Un rêve que j’aurais certainement voulu connaître pour y poser mes plus tendres baisers. Mais, je constate à mon tour, auprès de toutes ces femmes mal aimées, comme je le suis moi-même, que la seule chose que tu percevais en moi, était celle de rester à la maison, de faire le ménage, faire à manger, et de fermer ma gueule. Je te dirai simplement aujourd’hui, fuck you. Oui, fuck you à toi, qui sort comme il veut. Fait ce qu’il veut quand ça lui plait, parce qu’il en à soudainement besoin. Toi qui as probablement profité de ma naïveté depuis trop longtemps. Allez, sors, fais ce que tu veux. Je souhaite simplement que la vie te donnera le malheur que tu mérites après tout ce mal que tu as pu me transmettre.

Je remercie tous les gens qui restent chez eux, tout comme moi. Merci pour tout le bien que vous procurez en dedans de chaque être humain. Et beaucoup pour moi!

Les plus populaires

Accueil