Faits Vécus

Quand notre histoire a pris fin, je ne savais pas si j’allais pouvoir y survivre ni comment. J’étais anéantie, démolie par ces non-dits puisque tu étais alors incapable de me parler, incapable de discuter de notre bébé que je portais et pour lequel tu étais incapable d’être le père. Néanmoins, cet amour qui m’a brisée m’a aussi fait grandir.

J’ai avec toi vécu la plus belle histoire d’amour de ma vie de femme. Tu étais l’homme de mes rêves et j’aspire à avoir été quelqu’un de spécial pour toi. Aussi bizarre que ça puisse sembler, tu travaillais dans le Métro Berry-UQAM et je t’avais dit passer te voir dans la journée. Tu m’avais aidée les mois précédents avec mes cours d’espagnol, mais tu n’avais jamais vu mon visage. J’avais alors souhaité que tu viennes à moi si, d’entre toutes les femmes que tu croisais, tu croyais me reconnaitre, me sentir…et tu l’as fait. Alors avec une copine, tu t’es dirigé droit vers moi et m’a prise dans tes bras. Une vraie histoire de conte de fées.

J’en avais le corps qui tremblait, j’étais tombée amoureuse d’un coup, un coup de foudre comme il ne s’en fait pas. Tu m’auras fait me sentir vivante puissance 10, moi qui pensais que ce genre d’amour n’arrivait que dans les livres.

Tu m’as fait rêver, vibrer, exulter. J’avais toujours pensé qu’un homme comme toi ne s’intéresserait pas à une mère, comme je l’étais à l’époque. Intelligent, cultivé, musicien, ayant un grand souci de la planète qui l’abritait, doux, quadrilingue, tu avais un look d’enfer, un beau portugais aux cheveux noirs et aux yeux marrons quoi. Et ce que tu sentais bon…

Je pensais que je ne pourrais jamais aimer à nouveau si notre histoire prenait fin tant je t’ai aimé… Mais ne te prends pas la tête, tu n’auras pas été l’amour de ma vie. Te perdre m’a fait voir la vie différemment. Le bébé que je portais a lui aussi changé ma vie, de la plus belle des façons.

Car en partant tu m’as fait réaliser combien j’étais forte et que rien ne pourrait me faire m’échouer. Entre nous, il n’y avait que de l’amour, le moment présent, de l’espoir et des rêves, alors j’ai choisi de continuer à avancer sans jamais rien te demander.

Je laissais donc derrière moi les soupers chez toi, où tellement de langues différentes étaient parlées à la table. J’ai laissé derrière les regards vers moi si intenses que tu me lançais, alors que je sentais si fort que tu m’aimais. Je laisse aussi toutes les fois où tu m’auras chanté « My Funny Valentine » de Miles Davis après m’avoir fait l’amour.

Mais je ne pouvais les garder que dans mon cœur ces grands moments. Je me devais de célébrer la vie qui grandissait en moi et que cet amour m’aura offert. Parce que derrière chaque souffrance se cache souvent un immense bonheur. Tu avais été MON grand amour pour ensuite me briser le cœur, mais me laissais avec un plus grand amour encore.

Quand tu as arrêté de m’appeler, de m’écrire, d’être là, j’ai pris sur moi tout notre amour pour être capable de laisser vivre la vie à laquelle tu aspirais. Nous ne nous serons pas chicanés, nous aurons pleuré ensemble ton incapacité à rester… Notre dernière nuit nous l’aurons passé à faire l’amour, pleurer, se coller, s’aimer.

Je suis repartie chez moi avec ce bagage riche de toi. Il faut dire que tu m’avais fait voir la vie d’une autre façon. Tu croyais en tes rêves et m’auras tellement répété qu’il fallait tout faire pour les réaliser, que j’en suis venue aussi à rêver et à ne jamais abandonner. Pour toi, le matériel n’avait aucune importance et c’est l’humain qui comptait le plus… et quel humain magnifique tu étais.

Malgré le tsunami de larmes que notre rupture m’aura apportée, je suis heureuse de t’avoir rencontré. J’aurai vécu la plus belle histoire de ma vie, j’aurai mis au monde un enfant extraordinaire qui a aujourd’hui 16 ans, et j’aurai changé à ton contact pour devenir une femme meilleure.

Et maintenant grâce à toi, je continue de croire en mes rêves. J’ai une vision du monde plus douce et je sais que certaines personnes arrivent à s’oublier pour donner à l’autre le bonheur auquel il a droit.

Mais aussi grâce à toi, j’ai appris qu’un homme pouvait m’aimer dans toute mon intensité, pour la femme que je suis, mais aussi pour celle que je ne serai jamais.

Sache que je ne t’en ai jamais voulu et que j’ai toujours compris pourquoi tu n’auras plus été dans ma vie. Et je sais que si un jour je te recroise dans une station de métro, nous n’aurons qu’a échanger un regard pour qu’à nouveau, tu me serres contre toi.

***

Pour d’autres articles sur les relations amoureuses, clique ici.

Source image de couverture : Pexels
-->
Un article de
Melanie Lay's Avatar
Melanie Lay

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Recettes essentielles pour une nouvelle vie en appartement