Faits Vécus

2018 a commencé en force. Après un départ malchanceux, les péripéties désagréables ont poursuivi de façon toujours plus surprenantes les unes que les autres. C’est quelques cellulaires en moins, de portefeuilles égarés et de chars scrapés que je vous partage à quel point ça a mal été.

Ironiquement, c’est pourtant à travers ces multiples recherches sans succès d’objets sans cesse perdus que j’ai appris à me découvrir. J’ai appris à me définir en tant que personne, mais surtout en tant que femme. J’ai dû affronter le deuil pour l’une des premières fois de ma vie; j’ai dû dire au revoir à mon père/meilleur ami. Une épreuve difficile qui, je crois, m’a rapprochée de mes sentiments en me forçant à vivre beaucoup d’émotions refoulées.

2018 a été rocambolesque, je l’avoue, mais j’ai grandi à un point fou. J’ai appris à tester mes limites… avec ou sans classe (surtout sans, vous dirait mon père en soupirant). Je me suis éloignée de certaines personnes, et comme la vie continue, j’en ai accueilli d’autres qui sont maintenant les bienvenues.

Les jours ont passé, toujours en ayant le même objectif ultime pour guider chacun de mes choix au cours de cette année: fais-le pour toi. Philosophie de vie égoïste à première vue bien entendu, mais ô combien une nécessité quand on prend le temps d’y penser. J’ai appris à m’écouter à ma manière, à me respecter à ma manière, à me pardonner à ma manière et à m’aimer à ma manière. J’insiste sur ma propre façon de faire ces choses, car mon cheminement personnel n’est perceptible ou pertinent qu’à mes yeux. En effet, dans chaque sphère de la vie, les autres sont mal placés pour comprendre et bien placés pour juger. J’en ai ainsi convenu que je ne laisserais aucun d’entre eux m’affecter.

J’ai justement pris mes distances avec le poison de ma vie. Ces contaminants se retrouvaient parfois à être des gens qui traînent une trace de mauvais derrière eux plus grande que le bon qu’ils sèment autour, des pensées toxiques que je m’imposais ou des habitudes malsaines que j’avais. C’est donc les deux bras en l’air, en les remuant vigoureusement de droite à gauche, que j’ai dit adieu à tout ce qui ne devait pas partager ma vie principalement par manque de points communs ou à cause de visions qui différaient trop.

C’est donc maintenant la tête reposée et le cœur léger que je réalise au fond que tout ce que j’ai changé dans mes affaires cette année, c’est de finalement avoir appris à vivre à ma manière.

café journal intime écriture

Source image: Pixabay 
-->
Un article de
Alexane Ricard's Avatar
Alexane Ricard

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

8 restaurants à Montréal à essayer pour la Saint-Valentin (ou pas)