Faits Vécus

Licenciement, restructuration, abolition de poste, … Des milliers de québécois ont perdu leur emploi au cours des derniers mois, en raison de l’impact financier de la Covid-19. Que tu sois la seule personne d’une entreprise à avoir dû mettre tes affaires dans une boîte de carton ou que tu sois l’une parmi des dizaines d’autres employés, la nouvelle est toujours difficile à accepter. Être licencié, c’est une forme de rejet. Vient l’incertitude quant à l’avenir, la perte de collègues devenus amis et le deuil d’un environnement de travail où tu te retrouvais plus souvent que dans ton propre appartement.

Que tu aies perdu ta job en raison de la Covid-19 ou non, voici cinq façons de passer à travers :

1- Prends le temps qu’il faut

Demande-toi comment ça va. Selon la durée de l’emploi, à quel point tu t’étais investi et les conditions de travail, tu peux vivre ton licenciement comme un soulagement, un simple détail dans ton parcours professionnel ou encore une dure épreuve à passer. Prends le temps dont tu as besoin. N’oublie pas qu’une perte d’emploi, c’est une forme de deuil, deuil qui sera proportionnel à ton investissement. En plus, si tu as droit à une indemnité de départ, tu auras du temps pour vivre tout ça à ton rythme.

2- Évacue!

Perdre son emploi est synonyme de stress. On perd nos repères, notre estime de soi peut en prendre un coup, on perd le contrôle sur notre vie et l’état du compte en banque peut vite être en alerte rouge. Il faut évacuer ce stress, et autrement que dans le vin! C’est le temps d’appeler tes ami.e.s, de faire du sport, d’écrire, … n’importe quoi qui te fasse vraiment du bien et qui te permette de sortir ton stress et tes émotions négatives.

papier, mot, ami, conseil, main

Source image : Unsplash

3- Ce n’est pas la fin du monde

Tu as perdu ta job et tu n’y peux rien. Par contre, c’est un temps d’arrêt qui peut réellement devenir positif. C’est le moment de te questionner sur ton avenir professionnel, de te réorienter et même d’envisager un retour aux études. C’est une pause qui ouvre une porte à de nouvelles possibilités, le début d’un nouveau départ.

4- Attends d’être prêt

Ce n’est peut-être pas une bonne idée de commencer à envoyer ton CV le jour même de ton licenciement. Imagine-toi en entrevue et que l’on te demande la raison de la perte de ton emploi ou que l’on te questionne au sujet de tes employeurs. Attends d’être en mesure d’en parler sans avoir les yeux dans l’eau et de pouvoir te concentrer sur les faits, sur ce que cet emploi t’a apporté comme bagage, et non sur les regrets que tu peux ressentir.

5- Profite du temps que tu as

On dit souvent qu’on court après le temps. Entre deux entrevues, profites-en pour faire ce qui figure sur ta To-Do List depuis des années. Tu as envie de faire ton propre pain, de faire du bénévolat, de prendre un cours de photo? Fais-le. Rester actif t’aidera à voir le côté positif.

Dans tous les cas, respecte-toi, avec tes limites, tes capacités et tes valeurs! C’est un bout difficile, mais ça va passer.

 

Source image de couverture : Unsplash 
-->
Un article de
Mireille Poulin's Avatar
Mireille Poulin

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Merci à toi d'être là pour moi quand d'autres ne le sont pas