En tant qu’être humain, on a tendance à croire qu’on est unique et que nos agissements sont propres à nous. S’il est vrai que l’on a tous nos propres particularités, on oublie souvent que les humains finissent par adopter les mêmes comportements en pensant qu’ils sont les seuls à le faire. Malgré toutes les différences qui peuvent séparer les humains, plusieurs similarités universelles nous rassemblent. Et quand on finit par s’en rendre compte, c’est assez drôle. Voici 20 exemples de choses bizarres que tout le monde fait, consciemment ou non.

1. Regarder sa montre, pour tout de suite oublier l’heure affichée

Ensuite, tu regardes encore l’heure sur ton cellulaire ou ta montre, et tu oublies à nouveau qu’elle heure il est. Une troisième fois ? On ne se souvient déjà plus de l’heure qu’on vient juste de regarder.

2. Être persuadé un mercredi qu’on est en fait un jeudi

Toute la journée, tu es absolument sûr qu’on est jeudi. Mais pourtant, ce phénomène de confusion dans le temps n’arrive jamais le jeudi…

3. Aller dans une pièce de la maison sans se souvenir pourquoi on y est allé

Tu te lèves de ton sofa, tu te rends dans ta chambre. Rendu dans ta chambre, tu  te demandes «Quessé que j’étais venu faire ici déjà ?». Apparemment, traverser un cadres de porte fait perdre la mémoire immédiate chez chacun d’entre nous. Comportement bizarre, mais tellement commun.

4. Se parler à soi-même, puis quand quelqu’un nous prend sur le fait, faire semblant de chanter pour pas perdre la face

Tu te parles à toi-même pour récapituler ta liste de choses à faire, tu te fabriques un scénario fantastique à voix haute, tu imites des personnages, etc. Puis, quelqu’un entre dans la pièce où tu te trouves et soudainement, tu te mets à chanter pour pas qu’on te trouve bizarre. Sinon, tu chantes à tue-tête dans ton coin en faisant la vaisselle, le ménage ou autre tâche, puis quelqu’un vient et tu deviens muet en 0.05 secondes pour pas faire dur. Classique.

5. Quand on attend son transport à une station d’autobus/de train, même si le bus qui arrive n’est pas le nôtre, notre peur intérieure nous fait croire que c’est lui et qu’il s’en va sans nous

Ce sentiment doit être familier à beaucoup d’usagers des transports en commun. Tu attends un autobus spécifique à ton arrêt, un bus d’une autre ligne s’arrête au même arrêt, puis tu commences à remettre en question l’horaire habituel du bus et ton hamster intérieur te fait douter de ta capacité à reconnaître ton bus et l’heure à laquelle il arrive. «Et si c’était lui, le bon bus ? Est-ce que je me suis trompé de jour ? d’heure ? Est-ce que je viens de manquer mon bus sans même m’en rendre compte ?». Petit stress va loin.

6. Marcher sur le trottoir en ville et regarder automatiquement son reflet sur les vitres extérieures d’un immeuble

On ne peut s’en empêcher ! Si on a le malheur de marcher sur un trottoir en ville et de passer devant les vitres réfléchissantes d’un gratte-ciel, on veut automatiquement se regarder pour faire un checkup fesses-et-allure. C’est plus fort que nous.

7. Avoir l’impression que le plancher bouge encore en sortant d’un manège/d’un bateau/d’un tapis roulant

Les mouvements et les vibrations retentissantes d’un manège, d’un bateau ou bien d’un tapis roulant influent tous sur notre perception spatiale. On a tous la sensation que le plancher vibre encore après avoir débarqué de ces structures. Marcher fait bizarre pendant quelques minutes.

8. Surestimer la force nécessaire pour soulever quelque chose qu’on croit lourd, alors que c’est plus léger qu’on le pense

Est-ce que ça t’es déjà arrivé de voir une valise ou une boîte, de penser que ça l’air hyper lourd, de soulever l’objet de toutes tes forces pour en suite te rendre compte que l’objet en question est très facile à soulever ? On a un peu l’air bizarre après, mais c’est quand même drôle après coup. On est pas aussi fort qu’on le croyait…

9. Dire à quelqu’un qu’il a une tache sur le visage, sans que cette personne ne trouve le bon spot pour s’essuyer

«T’as de la sauce à spaghetti là», «Ici ?», «Non, là», «Ici ?», «NON, LÀ !». On finit par vouloir gifler la personne en face de nous.

10. Trouver son visage affreux dans une salle de bain publique avec des néons

Tout le monde, sans exception, s’est déjà trouvé affreux en se regardant dans le miroir d’une pièce où des néons réfléchissants font office d’éclairage. Salle de bain d’école secondaire ? Affreux. Salle de bain publique ? Ouach. Salle d’essayage dans un magasin du centre commercial ? Encore pire. Ces néons ont le don de faire ressortir tous les défauts de notre visage qu’on croyait pourtant discrets. Boutons, cicatrices, texture, pores, duvet indésirable, rides et ridules, etc. Personne n’y échappe.

11. Manquer une marche imaginaire en montant ou en descendant les escaliers

Faire un pas dans le vide qui manque peu de nous faire basculer. C’est encore plus vrai dans le noir, car on pense connaître par cœur le nombre de pas approximatif à faire dans son escalier. Et pourtant…

12. Péter et regarder suspicieusement autour de soi

Si l’on pète en public, on regarde subitement autour de soi pour s’assurer que personne ne l’a remarqué ou entendu. Si l’on pète  la maison, on regarde subitement autour de soi pour s’assurer que les autres l’ont remarqué et entendu. Ce n’est pas bizarre si tout le monde le fait !

13. Faire une sieste de 15 minutes puis se réveiller 15 heures plus tard

La fatigue affecte tout le monde. La tentation de faire une sieste en milieu de journée est forte. On se laisse gagner par le sommeil en se disant «Juste 15 minutes», pour ensuite se réveiller plusieurs heures après sans avoir en quelle année on est. Oups. Ce jeu devient encore plus dangereux le matin. On programme son réveil-matin pour 7 h, on se fait réveiller brutalement par la sonnerie, puis on repousse notre réveil en se disant «Juste 5 minutes de plus». Plusieurs heures après, on se réveille en réalisant qu’on a passé tout droit et que notre journée est foutue.

14. Être incapable d’éternuer les yeux ouverts

As-tu déjà essayé d’éternuer les yeux ouverts ? Exact, c’est impossible. Essayer de le faire est encore plus bizarre.

15. Se pogner les seins ou la poche sans aucune raison

Avoue que tu t’es déjà pogné les seins ou la poche sans raison particulière en faisant des trucs ordinaires comme travailler à l’ordinateur ou bien en regardant la télévision.

16. Faire des faces bizarres en se fixant dans le miroir

Parfois, on se regarde fixement dans le miroir, puis on se met à faire les faces les plus bizarres possibles. Pourquoi ? Parce que.

17. S’arracher les petites peaux autour de l’ongle en sachant très bien qu’on va le regretter

On a juste TROP envie d’arracher la petite peau fatiguante qui est malheureusement beaucoup trop près de la jonction avec l’ongle. Est-ce que ça nous empêche de le faire ? Pas du tout. Regret instantané. Ça fait tellement mal !

18. Se passer frénétiquement la langue sur les dents après un nettoyage chez le dentiste

Se passer la langue sur des dents si propres et soyeuses après un rendez-vous chez le dentiste est l’un des feelings les plus satisfaisants qui soit.

19. Se retenir de faire caca, puis ressentir une envie violente quelques minutes plus tard

Personnellement, je n’ai jamais compris les gens qui s’interdisent de faire caca à l’école ou dans des endroits publics. Quand faut y aller, faut y aller. On sait tous que si on a envie de faire le #2 et pour quelconque raison on s’empêche d’y aller, l’envie va revenir plus tard plus «violente» et pressante que la dernière fois. Garanti.

20. Finalement, demander à quelqu’un «Comment ça va ?» alors qu’on en a rien à cirer

C’est bizarre de le réaliser, mais honnêtement, est-ce qu’on veut vraiment savoir comment quelqu’un va ? N’est-ce pas le summum de l’hypocrisie humaine ? À part pour quelques membres de notre famille ou nos amis proches, personne ne veut réellement savoir comment une connaissance va. Soyons vrais.

***

Combien de ces choses bizarres fais-tu sans le réaliser ? Pour d’autres articles racontables, clique ici.

Source image de couverture : Unsplash
-->
Un article de
Audrey Pilon-Topkara's Avatar
Audrey Pilon-Topkara

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Next articles
Article Featured Image

Il y a des matins comme ça