Arts Cinéma

Il n’y a pas si longtemps, Titanic passait à la télé. Et n’ayant même pas cherché s’il y avait autre chose de plus intéressant qui jouait ailleurs, fatigué par la panoplie d’options sans « saveurs » sur Netflix et Prime (et par mon rhume!), je n’ai pu m’empêcher de le visionner à nouveau. Ça m’a alors fait réaliser la chose suivante : Titanic est probablement le meilleur film jamais produit. Affirmation prétentieuse? Probablement. Ai-je regardé tous les films avant de porter un tel jugement? Bien sûr que non. Qu’est-ce qui fait qu’un film soit bon? Dans mon cas, plus j’arrive à m’identifier à celui-ci, plus je me retrouve personnellement dans les scènes, et plus ce film va gagner mon estime. Voici donc les raisons qui font en sorte que Titanic possède pour moi une place indétrônable.

1. C’est un film que tout le monde a vu. Et plus d’une fois même!

Autant les gens de ma génération, que celle de mes parents, ou encore celle qui est née après la sortie du film, le constat est simple: je ne connais personne qui ne l’a PAS vu. « Titanic? Bien sûr que je l’ai vu. Si c’est bon? Mais oui!. »

2. On n’aime pas être méchant, mais la mère de Rose et son fiancé Cal, on les aurait bien passé par-dessus bord. Avant même la collision avec l’iceberg.

C’est clair. On leur laisse les gilets de sauvetage?

3. Honnêtement, la fête irlandaise au pont inférieur après le souper « boring », on aurait tous voulu y être.

Ça y est, c’est dit, j’en organise une comme ça ce week-end!

4. Dans un karaoké, la chanson de Céline… on l’attend tous!

Je sens aussi que sous la douche, et seul dans la voiture, sont les autres lieux où nos cordes vocales s’amusent allègrement avec cette chanson.

5. On se sent tous un peu ingénieur lorsque l’ingénieur-chef explique pourquoi le Titanic va couler.

On est presque même à lui expliquer pourquoi il ne fallait pas faire ça comme ça… mais non, on ne veut pas le pointer du doigt. On se sent déjà trop mal pour lui.

6. Les quatre musiciens qui n’arrêtent jamais de jouer, sérieusement, ce sont les personnes les plus passionnées que je n’ai jamais vues.

Depuis, jamais plus je n’écoute Vivaldi de la même manière.

7. La vieille Rose, celle qui raconte l’histoire, on lui aurait tous donné un méga câlin à la fin du film.

Le premier qui dit non à ça sera un sans coeur.

8. C’est un film qu’on ne se tanne pas de voir, et de revoir… et de revoir.

Peut-être pas à tous les jours, mais s’il passait une fois par année, on aurait des fidèles au rendez-vous.

9. Tous les hommes ont rêvé d’avoir une femme telle que Rose.

On va pas se mentir, messieurs. Rose, elle est belle. Elle a un beau sens de l’humour. Elle aime s’amuser. Elle a de l’esprit. Elle n’a pas peur de découvrir les choses. Et surtout, nous avons tous au moins une fois imaginé, moi le premier, de se substituer à Jack afin de la sortir des griffes de son fiancé.

10. Toutes les femmes ont rêvé qu’un homme les comprenne telle que Jack a compris Rose.

Mesdames, vous allez me dire qu’avec le fiancé qu’elle avait, ce n’était pas dur à battre. Mais Jack a quand même dû déployer quelques (ingénieux!) artifices afin de gagner son coeur. Et ce qui a conquis Rose, c’est la rapidité avec laquelle elle s’est sentie comprise, par un inconnu, dans un moment aussi creux de sa vie. Qui ne rêverait pas de ça?

11. Et enfin… les 11 oscars, ce n’est pas rien.

Et on se demande encore aujourd’hui pourquoi Kate n’a pas gagné le sien cette année-là, et que Leo n’avait même pas été nominé.

Donc, est-ce que j’avais raison?

Source image de couverture: rogerebert.com
-->
Un article de
Nabil Belhassen's Avatar
Nabil Belhassen

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

5 films américains qui méritent ton attention