Style de vie

Je n’ai pas d’enfants. J’en veux, mais pas maintenant. J’ai à peine terminé mes études et j’habite encore chez mes parents. Ce n’est clairement pas le bon moment. Pour l’instant, je profite de ceux des autres. Ça peut sembler louche dit comme ça, mais c’est vraiment le cas. Je m’explique: plusieurs amies et quelques membres de ma famille (plutôt celle de mon copain) ont de jeunes enfants. Comme j’ai la fibre maternelle particulièrement développée, je suis toujours portée à aller vers eux.

Ce qui m’impressionne, c’est la vitesse à laquelle on s’attache. Ce ne sont pas les nôtres, mais on les aime tellement. Ça me porte à croire que j’aurai un coup de foudre gigantesque si un jour je tombe enceinte. C’est quelque chose qui me préoccupe beaucoup. J’ai peur de me rendre compte que je ne peux pas en avoir pour X raison. Comme je me dis que c’est hors de mon contrôle, j’essaie tout de même d’y penser le moins possible et de profiter de chaque moment que je passe avec ceux que je côtoie sur une base régulière.

Quand j’ai rencontré mon copain, je ne savais pas que je tomberais en amour avec une autre personne quelques semaines plus tard. Elle s’appelle Kamélya. C’est la fille de sa cousine. Elle a quatre ans. Cette enfant, je l’aime d’amour. Je la connais depuis maintenant presque deux ans et je ne compte plus le nombre de fois où je l’ai prise dans mes bras, embrassée sur le front et les joues et lui ai dit que je l’aimais. Je suis presque étonnée qu’elle ne me trouve pas fatigante!

enfant, amour, calin

jouer, enfant, couverture

Récemment, nous avons fait une petite soirée chez mon amoureux. Nous avons invité sa cousine, son copain et la petite princesse. Aussitôt arrivée, elle a couru vers moi en disant : « Dodey! Dodey! Dodey! » J’adore ce surnom et chaque fois que je l’entends, ça me fait chaud au cœur (même mes amis m’appellent comme ça maintenant). Après le souper, elle nous a convaincus de jouer à la cachette avec elle. La partie a finalement duré deux heures et je me risque à vous dire que les adultes ont eu autant, sinon plus de plaisir qu’elle.

Les enfants ont ce pouvoir de rapprocher les gens autour d’eux. Je ne sais pas comment ils font, mais je sais que ça fonctionne. Je m’en suis rendue compte il y a quelques temps. Sa mère et moi avons développé une amitié qui, je l’espère, ne cessera de grandir et ça me touche beaucoup. Est-ce uniquement grâce à elle? Évidemment que non. Les affinités ça ne se force pas, mais je crois que la relation que l’on a avec un enfant affecte tout de même celle que l’on développe avec ceux qui l’entourent.

film, toutou, enfant

rose, pyjama, enfant

Et vous, en connaissez-vous un petit coco ou une petite cocotte qui vous tient à cœur ? 

Un article de
Audrey Hervieux's Avatar
Audrey Hervieux

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les blues post-temps des fêtes