Bébé & Cie

On nait comme on est ou on devient qui l’on est? L’apport de l’acquis et de l’inné sur nos caractéristiques psychologiques est sujet à débat depuis maintes années. De nos jours, la conclusion sur laquelle les chercheurs s’entendent le plus est l’équilibre entre notre personnalité « génétique » et celle qu’on se construit au fil de notre vécu. Cependant, l’un des facteurs qui a certainement le plus d’influence sur notre personnalité est la famille (biologique ou adoptive) dans laquelle nous avons été élevé et qui a été notre première porte aux contacts humains.

Lors d’une conversation avec une amie psychologue, celle-ci m’a parlé d’un sujet qui la fascine : l’importance de l’ordre dans une fratrie. Après recherches, elle a constaté que le plus haut taux de suicide se trouvait chez l’aîné d’une fratrie, notamment en raison de la pression qu’il a vécue en étant le premier enfant, ses parents apprenant sur leur « nouveau rôle » au fil de leurs essais et erreurs.

(Entendons-nous qu’il s’agit d’une discussion que j’ai eue il y a quelque temps, je ne prétends pas que mon interlocutrice détient la vérité absolue.)

J’ai trouvé le sujet tellement intéressant que j’ai décidé d’en faire aujourd’hui un article, en espérant que vous commentiez mon texte afin de savoir si celui-ci exprime réellement une tendance généralisée. Pour ma part, mon enquête (pas du tout scientifique : observation de ma personnalité, de celle de ma grande sœur ainsi que de la famille de mon copain composée de 4 enfants) m’a permis de confirmer certains traits.

famille

Source: leblogdukitsch.com

L’aîné ou le plus vieux

C’est un performant! Il est perfectionniste en raison de son grand désir de plaire. De plus, il a une bonne capacité d’analyse et est très intelligent. Il est généralement mature, voire rigide. Vu son rôle dans la famille, il a une personnalité de « leader » et aime guider les gens. Il est également très protecteur. On dit que les aînés ont davantage d’affinités avec les aînés des autres fratries qu’avec ses propres frère(s) et sœur(s) (même s’il les aime d’un amour inconditionnel!)

Le cadet ou l’enfant du milieu

Dans un désir inconscient (ou conscient!) de se démarquer, il n’occupera généralement pas le même métier que son benjamin ou son aîné. Il a d’ailleurs toujours cherché à faire sa place en affichant une personnalité bien à lui, ce qui peut avoir contribué à quelques épisodes de rébellion au cours de son adolescence. Le cadet aime la compétition, mais sait faire preuve d’une grande compréhension et de patience : c’est généralement lui qui rétablit l’harmonie entre ses frère(s) et sœur(s). Comme il est l’enfant qui reçoit (involontairement) le moins d’attention de ses parents, il compense son manque de reconnaissance par ses amitiés. Il a donc un bon cercle social et des amis qu’il considère comme sa « propre » famille.

Le benjamin ou le bébé

En tant que bébé de la famille, il est habitué d’avoir ce qu’il veut : sa détermination peut l’amener à accomplir de grandes choses. Sa sensibilité lui apporte également une grande créativité et une belle ouverture d’esprit. Habitué d’être (un peu trop?) le centre de l’attention, il a un côté séducteur très développé et aime d’ailleurs charmer les autres avec sa personnalité dynamique et joyeuse. Comme ses parents se sont « assouplis » au fil de leur expérience, le benjamin s’est habituellement fait imposer moins de tâches ménagères que ses frère(s) et sœur(s). À l’âge adulte, il n’est donc pas attiré vers des métiers qui demandent de grandes responsabilités.

L’enfant unique

Puisqu’il a passé sa jeunesse entouré d’adultes, l’enfant unique fait preuve d’une grande sagesse. Tout comme l’aîné, il est très intelligent et mature. De plus, le fait qu’il s’est toujours exprimé devant « les grands » le rend davantage à l’aise devant un public. Comme il a toujours été le seul de sa lignée, il est plutôt indépendant et aime faire à sa tête.

Au-delà des études qui ont été faites sur le sujet, il revient à vous de décider si vous adhérez à ces généralisations ou pas. Personnellement, j’en conviens qu’il est difficile de nous catégoriser de cette façon en raison de nos expériences de vie différentes. Par contre, ce que j’aime de ces déductions, c’est qu’elles découlent toutes d’un raisonnement « logique ».

Enfin, je somme les parents de ne pas trop culpabiliser à la vue de cet article : vous faites assurément du mieux que vous le pouvez. L’important au bout du compte, vous ne le savez que trop, c’est l’amour que vous donnez à vos progénitures, car même s’il est manifesté différemment d’un enfant à l’autre, il est certainement aussi immense.

Sources :
http://selection.readersdigest.ca/
http://quebec.huffingtonpost.ca/

Un article de
Frederique Lachapelle's Avatar
Frederique Lachapelle

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Maudites hormones