Sport & Santé Style de vie

Courir oui, mais à l’envers c’est mieux. On connaît tous les bienfaits de la course à pied. Ils sont nombreux : bien-être, facile à pratiquer, aide à la prévention de maladies cardio-vasculaires ou à la réduction du stress (maladie de notre siècle!) C’est dans les années 90 que Christian Grollé (spécialiste français du rétro mouvement) et Alain Chassignon (kinésithérapeute), ont élaboré et optimisé cette nouvelle façon de courir, à l’envers.

course retrorunning jogging entrainement arrière

Source : Pixabay

Mais pourquoi courir à l’envers?

Selon une étude publiée en 2010 par l’US National Library of Medicine du Maryland, le rétro running est une technique qui permettrait de brûler 30% d’énergie supplémentaires. 1000 pas en avant = 100 pas en arrière. Non seulement tu te dépenses plus, mais tu as moins de risques de te blesser, car tu sollicites plus de muscles que la course en avant. Bonne nouvelle pour les grands coureurs souvent blessés aux genoux. L’impact du pied est plus doux et l’articulation de la cheville est mieux protégée, ce qui permet également d’améliorer notre posture de course. Moi qui possède une technique déplorable, courir en arrière va m’obliger à redresser mon dos et moins souffrir des lombaires après un 5 km.

course retrorunning jogging entrainement arrière

Source

Avant d’essayer, j’ai eu une discussion à ce propos avec mon ostéopathe. Il s’avère que la technique semble très bien reçue par les professionnels de la santé qui pourraient la conseiller vivement. Le fait d’inverser notre course nous permet d’augmenter la quantité d’oxygène dans nos poumons, et donc d’améliorer nos performances dans l’effort.

Courir en arrière = courir plus vite et mieux en avant?

Oui, le rétro running permet une plus grande ventilation, donc une meilleure relaxation du corps, ce qui rend la récupération plus facile. Les spécialistes du mouvement précisent que notre organisme ne fait aucune différence quant à la direction de notre course, ni à l’exercice pratiqué. Par contre, nos mouvements seront plus synchronisés et notre posture plus équilibrée en arrière.

Cependant, la discipline a encore du mal à être prise au sérieux. Rencontrer quelqu’un qui court en arrière paraît contre nature, et on aurait tendance à en rire. Moi la première je l’avoue. Mais les bienfaits de cette technique, peu étudiés, restent méconnus. Pourtant, rien n’est nouveau là-dedans : les Chinois utilisent cette pratique depuis des décennies comme technique de relaxation, d’évacuation du stress ou de développement personnel.

J’ai vraiment hâte de recommencer, mais attention aux cervicales, aux collisions ou aux chutes. Un peu compliqué à pratiquer en plein air, mais encadré par un groupe ou un entraineur sur une piste de course, cela ouvre de nouveaux défis vraiment motivants. Je ne suis pas une adepte de la course en général, mais le rétro running est moins compétitif en groupe. C’est quand même assez drôle à essayer entre amis et ça me réconcilie avec ce sport.

Je vous conseille vivement d’essayer de nouvelles choses et d’agrémenter votre entrainement, avec de nouveaux outils ou de nouvelles techniques. Prenez du plaisir.

Bonne pratique!

Un article de
Adeline Fortin's Avatar
Adeline Fortin

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Vivre de ses passions