Réflexions constantes de mon existence face au choix de mon programme d’études

Parce que oui, dernièrement j’ai eu un moment d’angoisse dans ma vie de jeune enfant dans la mi-vingtaine débordante de rêves et d’ambitions et je me suis demandée si l’université était bien ma place. J’ai beaucoup de projets, d’objectifs, de volonté et le désir d’apprendre et c’est pourquoi, l’an passé, j’ai pris la décision de retourner à l’école, pour mieux m’accomplir, pour apprendre et pour avoir la chance d’exercer un métier qui serait également ma passion. Oui je sais, pour certains ça peut sembler naïf venant d’une rêveuse comme moi, mais j’y crois dur comme fer. Certains voudront des enfants, voyager ou même avoir une maison, mais moi je veux une carrière qui prendra toute la place dans ma vie, une carrière que j’aimerais plus que tout. Je veux écrire et en faire mon métier et pour cela, je suis prête à gonfler mon curriculum vitae d'opportunités pour ainsi en faire des expériences enrichissantes (ce qui veut dire parfois des contrats non rémunérés, eww) et… de diplômes. J’ai donc fait des concessions dans ma vie et j’ai plongé tête première dans les livres et les notes de cours.

Mais maintenant que j’y suis, je suis plus du tout certaine de mon choix.

Suis-je la seule sur la terre à être comme ça en ce moment?

  • Tu es plus fascinée par le gars en diagonale de toi qui porte des lunettes de soleil que ton prof qui parle. « What the fuck! qui porte des lunettes de soleil dans un cours du soir? ».
  • Tu as le feeling que tu es le seul au monde qui comprend rien.
  • Il y a des traces de larmes sur tes cahiers d’études.
  • Tu penses quotidiennement à garder l’argent de ta prochaine session pour t’évader loin, loin, loin où l’école n’est qu’une option.
  • Tu t’es déjà demandé si tous les élèves qui sont autour de toi ne sont que des figurants et que dans le fond tu es Jim Carey dans The Trueman Show parce que tu ne peux pas concevoir que ces personnes aiment réellement la matière.
  • Aucun de tes camarades de classe ne sera tes amis un jour, pour des raisons évidentes.
  • Dès que tu franchis les portes de l’école, tu te sens automatiquement cave.
  • Le temps que tu saisisses une question posée au prof par un étudiant fucking trop intense, il y a eu deux débats sur le sujet.
  • Tu aimerais mieux attraper une gonorrhée de la gorge que de lire les thèses finales de tes profs quand ils étaient eux-mêmes étudiants.
  • Tu penses sérieusement que les élèves qui t’entourent sont des sociopathes-masochistes-intellectuels qui aiment souffrir en faisant des devoirs compliqués.
  • Tu surestimes tout le monde autour de toi, même la chaise.
  • Tes notes de cours sont des petits dessins un peu partout sur les coins des pages et des mots d’encouragements pour ne pas pleurer.
  • Tu fais une prière à chaque cours pour ne pas que le professeur te regarde et te demande de répondre à sa question.
  • À chaque fois que quelqu’un lève sa main pour ajouter un commentaire pertinent, tu te dis à toi-même « Ah ta yeule toi!!! »  parce que tu es secrètement jaloux de son intelligence.
  • Tu ne comprends toujours pas pourquoi les gens ici utilisent autant de mots intelligents pour dire « ce que tu dis c’est de la marde ».

NOÉMIE GIF

Source: https://www.google.ca

Et si l’école ou du moins, l’orientation choisie n’était pas faite pour nous?

Et si mon intelligence va mieux en dehors que dans un livre de théorie?

Et toi?

Le débat est lancé cher lecteur.

*Prière d’utiliser des mots pas trop compliqués, j’en suis déjà à ma troisième hémorragie du cerveau.