Pas capable y’est mort!

Quand j’étais jeune et que je me plaignais de ne pas être capable de faire quelque chose, ma mère me lançait toujours : « Pas capable y’est mort, son p’tit frère s’appelle essaye! » C’est certainement la phrase que je haïssais le plus entendre de la bouche de ma mère parce qu’elle sous-entendait que j’allais devoir me débrouiller toute seule. À 10 ans, quand t’arrives pas à terminer ton devoir de maths, cette réplique-là elle fâche. D’autant plus qu’après quelques minutes supplémentaires d’effort, je finissais par le réussir ce foutu problème de maths. Elle avait raison, ma mère. Et ce n’est que plus vieille que je réalise la réelle portée de ses mots.

pas capable y'est mort 2

Source: pexels.com

Toutes catégories confondues, ce conseil est le meilleur qu’on puisse donner à quiconque. À 10 ans, c’est frustrant de se faire dire de se démerder seul. De se faire dire de verser soi-même son lait dans ses céréales. De se faire dire d’attacher ses lacets, même si on s’emmêle les doigts et que ce n’est qu’au bout du 15e essai qu’on arrive à passer le cordon dans le trou de la boucle. On pogne les nerfs, on chiâle. On ira même parfois jusqu’à blâmer notre mère de ne pas faire son travail de mère. Mais à force d’essayer, on y parviendra. Irrité, mais satisfait.

Personne ne nait avec des habiletés hors normes. Peu importe l’étendu du talent d’un individu, le succès réside majoritairement dans le travail. C’est en travaillant qu’on arrive à perfectionner son art. C’est aussi en travaillant qu’on arrive à identifier ce qui nous passionne réellement. Cette chose qui nous allume et nous stimule, au-delà des frustrations qu’elle nous impose.

Une passion ne devrait pas être évaluée selon sa valeur monétaire. En associant une réalisation à un signe de piasse, on oublie le plaisir et l’esprit qui la nourrit. Les plus grands artistes de ce monde ne se sont pas mis à peindre parce qu’ils voulaient faire de l’argent. Ils ont peint, tout simplement, parce qu’ils en avaient envie. Les plus fructueux d’entre eux n’ont d’ailleurs connu la gloire qu’après leur décès. Et ce n’est qu’une infime partie de leurs oeuvres qui nous est présentées. Même Léonard de Vinci en a jeté des croquis ratés.

Aucun projet ne devrait être entrepris avec une intention financière, du moins, pas uniquement. Si votre ultime but existentiel est de devenir photographe, la non monétisation de votre art ne vous empêchera jamais de photographier. Bien entendu, le manque de financement peut conduire à l’élaboration d’un plan de vie secondaire. Un plan de vie plus stable niveau budgétaire, mais qui, en aucun cas, ne devrait étouffer votre passion. Ce n’est qu’au terme de plusieurs heures, même d’années d’expérimentation et de perfectionnement qu’il est possible de voir les résultats de notre travail.

Celui qui n’essaie pas, celui qui abdique, choisit d’abandonner son destin aux mains du hasard. Il mourra, spectateur de sa propre existence. Celui qui essaie, celui qui s’acharne, choisit de tracer lui-même son parcours. Il mourra aussi, plus pauvre que le premier peut-être, mais contenté et épanoui.