Style de vie

C’est quoi : 10 épisodes d’environ 50 minutes
Combien de saisons : une jusqu’à maintenant
Avec qui : Naomi Watts, Billy Crudup, Sophie Cookson, Melanie Liburd, Karl Glusman
Écrit et produit par : Lisa Rubin

Gypsy c’est l’histoire de Jean Holloway (Watts) une thérapeute un peu crackpot qui, ennuyée de sa vie d’épouse banlieusarde, s’immisce dans la vie de ses patients… Disons que Jean traverse, sans hésitation, les frontières du professionnalisme et s’attache un peu trop à ses patients. Manipulations, secrets et mensonges feront bientôt partie de son quotidien alors que la belle thérapeute mène carrément une double vie sous le nom de Diane Hart. Véritable marionnettiste, elle s’amuse à mener un bateau à tous ceux qui l’entourent. Les nouvelles rencontres de Jean n’ont donc rien du hasard et rapidement, on comprend que celle qui donne des conseils à tous pourrait très bien être une sociopathe… Le château de cartes de mensonges qu’elle s’évertue à construire s’écroulera-t-il bientôt? Diane Hart, l’alter-ego de Jean, sera-t-elle découverte?

Pourquoi l’écouter?

1-Sexy et mystérieux. La série contient plusieurs scènes sulfureuses où la tension sexuelle est à son apogée (entre autres dans l’épisode Euphorie). L’auteure, Lisa Rubin, joue avec les clichés afin d’amener le spectateur quelque part, pour ensuite en plein chemin faire volteface et le surprendre. Dès le premier épisode, une aura de mystère s’installe autour de cette femme multi facettes intrigante. On veut en savoir plus!!

2-Naomie Watts réussit à nous déjouer à plusieurs reprises dans son rôle de femme au foyer parfaite cachant à la fois une femme perdue qui se cherche dans cette vie routinière qui est maintenant devenue sienne et une sociopathe manipulatrice qui sait très bien, elle, où elle va. Le personnage de Jean est complexe et nous laisse parfois sans voix. Elle est dérangeante et nous, on aime ça. Bonus, elle s’habille super bien et ses tenues chics nous donnent des idées pour nos futurs looks automnaux!

Crédit: Alison Cohen Rosa / Netflix

3-Billy Crudup: Sexy et adorable à la fois, Michael (Crudup), le mari de Jean, réussit à devenir notre fantasme de l’époux parfait et de l’amant extraordinaire. Quelques faiblesses l’habitent alors que sa belle assistante, la plantureuse Alexis (Melanie Liburd), lui fait des yeux doux, mais notre cœur a déjà, hélas, flanché pour le charmant avocat (Crudup).

On est de son bord : GO MICHAEL, GO BABE!

Billy crudup (aka : Mon babe)


Crédit: Netflix

4-Le personnage mystérieux de Sidney (Sophie Cookson) : Sidney, c’est le fantasme de tout le monde. C’est la fille qu’on rêve un peu d’être. L’artiste bohème et edgy, la barista dans un café hip d’un quartier branché et la chanteuse d’un groupe indie rock. C’est la fille qui fait tomber, garçons comme filles, dans ses filets. Elle manipule les gens qui deviennent vite obsédés par elle, par sa candeur et son intensité. Mystérieuse, puissante, à la beauté sombre et sensuelle, Sidney, c’est la faiblesse de Jean, mais en même temps sa force. En effet, c’est chez Sidney qu’elle puise son goût pour l’aventure et son désir d’être libre, d’être quelqu’un d’autre, c’est avec elle que l’aventure commence, qu’elle prend rapidement goût au risque… Est-ce que l’apprentie dépassera le maître?

5-Le désir d’être quelqu’un d’autre : On a tous déjà rêvé d’être quelqu’un d’autre, de recommencer sa vie à zéro et cette fois de décider vraiment qui on veut être et d’influencer la perception que les autres ont de nous. Jouer un rôle jusqu’à ce que, nous aussi, on y croit ?…Eh bien, c’est exactement le fantasme que Jean réussit à assouvir. Quête identitaire, subconscient, une vie de routine contre une vie d’aventures? Voilà quelques-uns des thèmes abordés par la scénariste et productrice Lisa Rubin qui aborde des questions que l’on s’est tous posées un jour. On se demande alors comment est-ce que Jean va y arriver? Serait-on aussi capable de changer notre vie, de jouer le tout pour le tout, de mentir à tous?


Crédit: Alison Cohen Rosa / Netflix

Ce qui fonctionne moins bien

1-Lenteur : la série est lente… disons plutôt qu’il n’y a pas une tonne d’actions qui se bousculent. Quelques critiques ont même jugé la série comme étant ennuyante. Pour ma part, j’ai trouvé que la lenteur allait très bien avec la trame du thriller psychologique et correspondait bien à l’aura de mystère qui est installée dès le début. Bref, cela ne m’a pas posé problème.

2-La relation entre Sidney et Diane : Malheureusement, je n’ai pas cru à la relation passionnelle de ces deux amantes (jouées par Watts et Cookson). Ça me mettait plus mal à l’aise qu’autre chose. On ne comprend pas vraiment pourquoi Sidney, une jeune artiste libre, s’intéresse à Diane/Jean une femme plus mature, classe, qui a l’air un peu coincée et froide. C’est peut-être le casting de Naomi Watts qui ne fonctionne pas ? Hélas, j’ai eu de la misère à croire à la Naomi Watts désinvolte… (j’taime ben pareille Naomi).

3-La multitude d’intrigues : Plusieurs intrigues parsèment cette série signée Netflix Original et parfois le spectateur ne sait pas vraiment sur quel pied danser. Doit-il être inquiet que Sidney découvre la véritable identité de Jean? Doit-il vouloir en savoir plus sur Melissa, l’ancienne patiente de Jean qui s’est retrouvée à l’asile? Doit-il s’alarmer que Michael, le mari de Jean, s’approche de plus en plus de sa douce assistante? Doit-il craindre pour la relation mère-fille de Jean avec sa petite Dolly en quête d’identité elle aussi? Le spectateur a tellement de questionnements qu’à la longue il ne s’inquiète plus de rien, et c’est peut-être là la plus grande faiblesse de la série. Trop c’est comme pas assez…

Note : 7.5/10

En résumé : C’est sexy, un peu lent, mais mystérieux. Regarde la série si t’as le goût d’un mélange de Fifty Shades of Grey et de Fatal attraction avec une touche de théorie freudienne.

Un article de
Francoise Goulet Pelletier's Avatar
Francoise Goulet Pelletier

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Récit d'une aventure canadienne - semaine 2