Tout a commencé quand mon chéri reçoit sa cédule pour son horaire d’hiver, comme il est opérateur de machinerie lourde. Mon premier réflexe est de regarder le 24 décembre (et le jour de mon anniversaire). Il travaille de jour, commence à 6h00, se lève à 5h00 et s’il y a une tempête de neige, peut-être 3h00… ouf, tout un réveillon de Noël en perspective. On n’a jamais fêté bien tard chez mes parents, mais là… Ma tête commence à tourner, les idées se bousculent. Comment pourra-t-on arriver? Réveillonner chez mes parents comme à l’habitude dans une ville en banlieue? Il faudra revenir tôt pour que mon chéri se couche de bonne heure. Partir à 20h00 le soir du réveillon? Les enfants vont s’endormir pendant la ride de char? On prend deux véhicules et moi je reste faire le party? Je ne peux pas laisser mon mari revenir seul le soir du 24 décembre.

Ça y est, j’ai l’idée du siècle, on va faire le réveillon de Noël à la maison. Je vais pouvoir me donner comme je l’aime : cuisiner, décorer, faire même des « name holder ».

Source: Top Inspired

Je suis emballée et me suis créé le soir même un tableau Pinterest que je peaufine tous les soirs du mois de décembre. Je regarde maintenant mon calendrier de travail, parfait je suis en congé le 22 et 23 décembre et la garderie est ouverte. J’aurai deux jours pour finaliser mon party. Une journée à faire mes emplettes de dernière minute, une journée à courir les spéciaux et cuisiner. Mon tableau Pinterest se remplit à vue d’œil, des idées branchées pour envelopper les cadeaux de façon originale et écolo, des idées de jeux pour faire lever le party, des entrées originales. Wow mon préféré: un sapin de Noël avec raisins et cubes de fromage raffiné.

Source: kraftcanada.com

Le 23 au soir, nous avons une invitation pour un 5 à 7 entre amis. Je déteste refuser (et j’aime les 5 à 7) donc go à la soirée. Je voulais m’avancer dans mes préparatifs, mais non j’arriverai dans le temps. En revenant de la soirée, avec une haleine de cabernet, on répand à l’extérieur la poudre magique de Noël pour que les rennes voient la maison. On installe les biscuits et le verre de lait pour nourrir le Père-Noël et hop au lit. Le 24 au matin, mon chéri a été appelé pour rentrer à 3h00 de la nuit sur le déneigement. Il ne sera pas présent quand les jumeaux déballeront les cadeaux du Père-Noël… Déception, mais ce n’est pas grave, on garde le sourire, c’est le 24 décembre après tout. Pendant que les garçons jouent avec leur camion des Canadiens, je commence à installer ma table, ma nappe, fabriquer mes « Name holder ». Après le 21ème : « Maman on ouvre quand les autres cadeaux? », ma sœur arrive à la rescousse pour venir chercher les enfants, question que je puisse avancer avec les tâches restantes. Pas évident de préparer une réception, quand le chéri travaille et que les jumeaux sont dans les jambes. Une fois les enfants partis, je nettoie rapidement les deux salles de bain, passe l’aspirateur (à main quand même), installe les grignotines un peu partout, place les centres de table. Le décor est prêt et parfait. Pas le temps de faire mes emballages cadeaux originaux, go au Dollarama pour acheter 2 rouleaux de papier de bonhommes de neiges. Pas le temps de faire mon sapin avec des fromages fins, go dans l’assiette carrée reçue à Noël dernier. Mes verrines avec les crudités finement tranchés? Pas le temps non plus, go dans la grosse assiette ronde Tupperware. À mon tour maintenant, hop dans la douche. Je vais tenter de dompter mes rosettes plein la tête. Sèche les cheveux, étire ceux-ci et merde: deux gros amis se pointent à mon party sans invitation. Deux gros boutons à camoufler,  sur le nez! Un peu de fond de teint, hop ma jupe achetée pour les circonstances et mon crop top. Ouf, pas le temps d’être menstruée et enflée. Change de kit, qu’est-ce que je mets, j’avais prévu CE KIT-LÀ! Essaie une robe, trop moulante, une jupe, non les souliers qui fittent avec sont restés au bureau. Après une montagne de vêtements par terre, je trouve quelque chose de décent. Les enfants reviennent de chez ma sœur, mais je ne suis pas prête et les invités arrivent dans 30 minutes. Mon cœur commence à battre, j’ai chaud, il me faut une heure de plus! Enzo me donne de l’énergie en me disant WOW maman t’es belle. 15h30… pas grave un petit sauvignon va me calmer le pompon. Je termine ma préparation beauté express pendant que mon chéri revient du bureau.

« Que puis-je faire mon amour? »

«Mets une chemise et convaincs les gars de mettre leur chemises. Ce n’est pas vrai qu’ils porteront un pantalon en coton ouaté Gap et un t-shirt de dinosaure à Noël. »

Après 4 tentatives et du chantage de cadeaux, ils ont toujours leur chandail de dino. Mes parents arrivent avec leurs tonnes de cadeaux. Les gars veulent les déballer, il faut attendre les autres invités. Tout le monde est enfin arrivé. Je sers les convives avec mon petit bar vite fait bien fait sur le coin de mon comptoir lunch, vin blanc, gin, bloody, bière… Je commence les canapés : trempette chaude aux artichauts, cocktail de crevettes, bouchées de canard confit sur oignons caramélisés. Les gars chignent de plus en plus. « Quand est-ce qu’on ouvre les cadeaux, quand est-ce qu’on ouvre les cadeaux ». Après 5 fois, ils ont gagné, ok pour 3 et le reste après le repas. Les gars déballent leurs cadeaux, pendant que mon chéri que j'observe du coin de l’œil commence à être découragé et soupirer de la pile de cadeaux qui est sous le sapin. Finalement il murmure qu’il doit aller prendre de l’air et j’approuve avec brio cette idée. Mets au chaud les plats pour le souper, les enfants n’ont pas faim et chignent, mon grand amoureux aussi n’a pas faim après toute l’énergie que j’ai mis. Les dents commencent à me grincer…

Les cadeaux déballés, le fameux train de Vtech tant espéré DOIT être monté maintenant… Je jubile devant les tonnes de morceaux, un sosie d’un montage de meuble Ikea version jouet. Ma sœur et mon père prennent la relève pendant que je tente d’aller coucher les enfants. Pas de sieste, ça parait, pas mal trop. J'essaie d’endormir les enfants, mais je perds patience, ma mère prend la relève. Servez-moi un verre de vin quelqu’un!

Une fois les enfants endormis, je sers le dessert, le café et d’autre vin pour ceux qui en ressentent le besoin, moi quoi! Les adultes déballent leurs cadeaux, les plus grands aussi. On se remet un sourire et tentons de faire de ce 24 décembre une soirée épanouie. Je sors un jeu, question de mettre un peu d’humour. La visite quitte à 22h et moi j’éclate en sanglots. La fatigue, l’échec, la déception, un mix de tout ça avec du syrah…. Tout un réveillon!

Source: PixaBay

Un article de
Catherine Brière's Avatar
Catherine Brière

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Agencer son mariage avec la couleur de l'année