Mon premier show

Te souviens-tu toi, de ton premier spectacle musical? Moi oui. Oh que je m’en souviens. Le 24 décembre 1997, ma mère et mes tantes ont assises mes cousines et moi devant le sapin de Noël. Elles nous ont tendu à chacune une enveloppe. À l’intérieur : des billets pour aller voir le show des Backstreet Boys au Centre Molson (parce que ça n’a pas toujours été le Centre Bell). Ma cousine, du haut de ses neufs ans, a décidé à ce moment précis que les BSB, c’était rendu dépassé.

bsb

Source: Storypick

Alors on s’est rendues, moi, mon autre cousine et les trois mères pour vivre mon rêve. Je me souviens encore comme j’étais fière et excitée. C’était la plus belle chose au monde dans ma tête de petite fille de sept ans.

Nos mères nous ont acheté le traditionnel hot-dog beaucoup trop cher et le fameux t-shirt qui ne fait bien à personne, mais qui rend l’expérience plus mémorable. On s’est promenées dans les couloirs interminables de l’amphithéâtre et on s’est assises dans nos sièges dans le haut des gradins.

Ça sentait la fébrilité, la préadolescence et l’envie de marier Nick Carter. Ça sentait aussi un peu les larmes de petite fille beaucoup trop énervée qui n’arrive pas à contrôler ses émotions.

Les lumières se sont éteintes, la musique a commencé et les cris se sont fait entendre. Les cris! Oh my god, je me souviens encore de l’intensité des cris. Encore aujourd’hui, je ne peux pas dire que j’ai réentendu des cris aussi stridents et forts que ceux du 30 décembre 1997. Les gars sont embarqués sur la scène et ont commencé à chanter un de leur succès. J’ai bouché mes oreilles pendant la première chanson, je ne pourrais même pas vous dire c’était laquelle. Ça criait tellement fort, j’avais mal aux oreilles. Après la deuxième chanson, je n’étais plus capable.

Ma mère est sortie avec moi, laissant le reste de notre petit groupe à l’intérieur. J’ai écouté le restant du spectacle dans les couloirs du Centre Molson. J’ai d’ailleurs toujours un petit sourire quand je passe dans les couloirs du Centre Bell parce que je vois encore le visage découragé de ma mère qui avait payé si cher pour en finir assise sur un plancher froid à écouter des échos de musique au travers des cris.

Quelques mois plus tard, j’ai demandé à ma mère de m’amener voir les Spice Girls. La réponse a été non. J’étais ben jalouse de mes amies dans la cours d’école le lendemain du spectacle.