Faits Vécus

J’ai toujours eu peur. En fait, j’ai toujours eu la chienne. Je n’ai jamais eu le cœur brisé. Pourtant, j’avais tout de même un certain recul lorsqu’une relation pouvait devenir sérieuse. Partir avant d’avoir mal. J’anticipais la peine que je pourrais avoir dans le futur. Je m’empêcher de vivre un bonheur pour des larmes qui ne couleront peut-être même jamais. Par manque de confiance, je préférais vivre sur le neutre parce que la vitesse me faisait peur. Un jour, on se dit que c’est assez… assez de vivre avec cet inconfort. J’avais le sentiment de vouloir laisser entrer une autre personne dans ma vie. Vouloir ouvrir son cœur pour la première fois. Oser se dévoiler à cette personne. Imaginer notre vie avec celle-ci. Pour une fille remplie d’inquiétude, ce fut un grand pas. Finalement, je suis tombée en amour. En fait… je ne pourrai dire que je suis réellement tombée en amour pour l’unique raison que je n’ai jamais été vraiment en couple. Malgré ce fait, je peux dire que je l’aimais vraiment beaucoup. Du moins, je l’appréciais ! Un coup de foudre tout simplement. S’accrocher à quelqu’un qu’on connait peut sembler épeurant. Pourtant, il ne faut pas hésiter à se laisser aller. Cette fois-ci, sans aucune crainte.

Les jours, les rencontres et les milliers de textos passent. Des Bon matin aux Bonne nuit, les sentiments s’intensifient. Ne pas comprendre pourquoi cette personne passe ses journées à nous parler. Première relation que nous voyons un avenir possible. L’honnêteté et la confiance sont au cœur de cette nouvelle liaison. Après quelque temps, c’est à se demander jusqu’où va se rendre cette complicité. À ce moment-là, tout s’est effondré…

Source : Unsplash 

Je me suis rendu compte que je ne suis pas la seule à avoir peur du sérieux d’une relation. Chacun pour différentes raisons. Seulement, cette fois, je me suis fait prendre à ce jeu. Je vis le sentiment opposé. Celui que je faisais vivre aux autres. Je fuyais. Maintenant, il a fui. J’avais le cœur en miettes. Difficile à ramasser je vous le garantis. Je vous laisse imaginer la déception que j’ai eue. Se sentir si seule. Croire que nous allons passer le restant de nos jours sans aucun grand amour. Je rêvais de trouver mon âme sœur. Je croyais l’avoir trouvée. Mon aventure s’est vite envolée. Il est parti avec mon prince charmant, ma robe à en couper le souffle, marraine la bonne fée, ainsi que mes souliers en verres. Il ne me restait plus que mon pyjama en coton dans lequel je passais des heures à renifler chaque souvenir de tendresse qu’il me restait.

J’aimais l’amour. J’ai bien dit j’aimais. Les couples que je croisais dans la rue me faisaient maintenant suer. S’en vouloir et croire que tout est de notre faute. Pourquoi, eux, avaient-ils le droit de vivre un tel bonheur ? Je me donnais mille et une raisons de croire que ces relations n’étaient pas pour moi. Je savais bien pourtant que je n’avais rien fait de mal. Un de nous deux devait porter le blâme, mais je ne pouvais lui en vouloir. Il a agi exactement comme j’ai toujours agi. Ça serait assez ironique de ma part de ne pas respecter son choix, ainsi que son désir de vivre sa vie seul.

Malgré tout, il ne faut pas perdre espoir. Il est en notre devoir de se ressaisir. Je ne dis pas de partir à la recherche d’un nouveau prétendant. Toutefois, il ne faut pas se fermer à l’idée. Pour ma part, je crois m’en être bien sortie. J’ai réfléchi à quel genre de relation je voulais vivre et avec quel genre de personne je voulais la vivre. Au bout du compte, il faut apprendre à s’aimer. Une phrase bien clichée, mais si profonde. Il est impossible de vivre une relation saine si nous ne sommes pas aptes à vivre avec la personne qui nous suis à temps plein. Je suis, sans aucun doute, tombée en amour. Mais cette fois-ci… avec moi-même.

Un article de
Madlyne Bourassa's Avatar
Madlyne Bourassa

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Les meilleurs soins anti-cernes