Style de vie

Quand j’ai accepté d’écrire sur ce sujet, j’étais loin d’être certaine de mon choix. Je ressentais un genre de malaise. C’est un peu normal, right ? Malheureusement, tout ce qui entoure le sexe féminin est encore tabou ou pris avec des pincettes. Je ne parle pas ici des « plounes », « nounes », « snatch » et autres noms qui sont soient dégradants ou infantilisants. Je parle ici du pubis, de la vulve, du vagin… Les vrais mots. Les vrais mots qui nous donnent, pour certaines, encore les joues rosées quand on en parle !

D’aussi loin que je me souvienne, le premier pubis « adulte » que j’ai vu (pas celui de ma mère là), c’était au début de mon secondaire, dans les vestiaires après un entrainement en piscine. La fille devait avoir 16-17 ans et elle n’avait AUCUN poil! Je n’en revenais pas. Je me suis sérieusement demandée si j’étais normale parce que moi j’en avais. Est-ce qu’il faut que je l’enlève tout? Comment je fais ça? Ça doit faire mal?

homme, découragement, bras

Source: http://giphy.com

Il faut savoir que le poil féminin a été, au fil du temps, le sujet de discussion de nombreux hommes. Lors de l’antiquité égyptienne, se raser complètement était même synonyme d’émancipation pour les femmes. De notre côté, le christianisme nous a rapidement enseigné que le poil, ce n’était pas beau. Un sexe sans poil est l'équivalent de pureté, alors que l’inverse nous ramène à notre statut « d’animal ». Les femmes et l’Église ne se sont jamais très bien entendues évidemment ! De siècle en siècle, le poil de la femme n’a jamais été complètement accepté. Dans les années 70, on a vu une certaine révolution mais grosso modo, le poil a toujours été synonyme de « sale ».

Dans les années 80-90, la pornographie diffusait en masse des actrices sans poils pubiens. Le sexe tout lisse représente ainsi la pureté, l’idéal et la virginité. Aimer la femme sans poils pubiens, c’était aimer la femme « enfant ». La vierge candide. C’est logique quand on pense au stéréotype auquel les femmes font face le plus souvent. Le double standard qui dit qu’une femme doit être vierge ou n'avoir eu que très peu de partenaires sexuels. Heureusement, nous sommes en 2016 (presque 2017) et certains murs ont déjà été abattus. Par contre, on nous diffuse encore la beauté du sexe sans poil. C’est certain que la pornographie faite par les femmes pour les femmes est encore rare (un jour peut-être). D’ici là, c’est à nous de changer les standards.

Les poils pubiens ne sont pas sur notre corps pour rien. Il est clair qu’ils sont bons pour la santé de notre sexe. Ils préviennent certaines infections et agissent comme autorégulateurs.

Ce qui me frappe le plus avec les poils pubiens, c’est que la décision de raser ou non est encore rarement strictement personnelle. La décision d’avoir du poil ou non ne devrait pas être le reflet de la pornographie, des hommes et de nos préjugés qui sont souvent en lien avec la propreté. Nombre de fois lors de mon adolescence où j’ai entendu des gars qui faisaient des jokes sur les sexes féminins poilus. Non, c’est non. Le poil, c’est naturel. Le poil, c’est propre. À chaque femme de décider sa préférence à ce niveau.

Au bout du compte, c’est nous qui voyons notre sexe à tous les jours, nous qui en prenons soin et nous qui prenons le temps pour le raser ou l'épiler ou non. Donc, la décision nous revient. Qu’en pensez-vous ?

femme, oeil, vert

Source: http://giphy.com

Pour plus d'informations, tu peux consulter les pages suivantes: La Presse, Vanity Fair et Atlantico.

Un article de
Sophie-Rose Dufresne's Avatar
Sophie-Rose Dufresne

Avoir trop de passions et trop de projets en même temps, c’est le quotidien de Sophie-Rose. Elle adore voyager et c’est le genre de fille...

Lire la suite
Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Objectif : zéro dette