Mon copain et moi, nous ne sommes pas sorteux. Ça fait maintenant 4 ans qu'on a déménagé à Montréal afin de faire nos maîtrises. On le sait tous, la vie d'étudiants, ce n’est pas une vie remplie de panache et de sorties de luxe… loin de là! Combien de fois, on s'est fait des mois végétariens, car le portefeuille avait des douleurs de la faim? 

Vous allez me répondre qu'il y a mille et une choses à faire à Montréal qui sont "grétisses". En effet! Il y a un paquet de festivals et de sorties possibles. Mais je reviens à mon premier point: on n’est pas tellement sorteux. Mais nous voilà maintenant "adultes" – on travaille, une maîtrise sur deux est complétée et l'autre le sera bientôt. C'est comme si on venait de se réveiller et de se dire "faudrait peut-être qu'on découvre notre ville un peu…". On s'est donc donné la mission de sortir un peu plus! Notre timing était parfait : ça tombait en plein dans la période de Bouffons Montréal! On a la chance d'aimer cuisiner et on va souvent se préparer des plats qui sont plus élaborés et savoureux que ce qu'on pourrait commander en restaurant (ce qui n’aide pas notre cas de sorties!). Mais dans un festival de camions de cuisine de rue, c'est clair qu'il y aurait des choses intéressantes à découvrir… C'est ainsi qu'on s'est dirigé vers le centre-ville à la découverte de ce que les Montréalais typiques faisaient de leurs soirées. 

20160720_195253

Le Quartier des Spectacles était bourré de gens et de petits kiosques de bouffe et de boisson – c’est assez imposant, surtout l’espèce de fumoir à trois étages dans le plein milieu de la place. (Ok, oui, on n’est pas sorteux et facilement impressionnés). On a repéré le kiosque de Tapas 24 MTL où les vins Chartier étaient à l’honneur. Un verre de Rosé ou de Blanc l’été quand il fait chaud, c’est vraiment le bonheur pour moi. On a même eu droit à une belle annonce – François Chartier et Jérôme Ferrer lancent trois vins ensemble, en l’honneur de l’ouverture d’un nouveau restaurant à Boucherville. On a goûté à son nouveau Blanc 2014 Pays D’Oc I.G.P., qui était rafraichissant et j’ai dégusté les deux Rosés qui étaient disponibles, dont le petit nouveau issu de la collaboration Ferrer-Chartier. J’ai craqué pour son nouveau Rosé!

20160720_202722

Côté bouffe, on a dégusté une poutine qui avait été préparée pour l’occasion (doit être savourée avec le vin blanc!). On était loin de la poutine classique : pommes de terre, oeufs frits et boudin noir, préparée par Carles Abellan, un des parrains d’honneur du festival. C’était surprenant – je ne suis pas une grande fan de boudin et mon chum préfère quand ses poutines sont “natures”, mais le mélange était intrigant. Le kiosque avait aussi des immenses plats de paella (que je n'ai pas eu l'occasion de goûter malheureusement). J'ai vraiment aimé comment ils étaient installés, avec des IMMENSES woks sur des brûleurs géants! 

20160720_204733

20160720_201943

Notre coup de coeur de la soirée, c’était sans doute le cocktail qui avait été concocté uniquement pour l’événement avec comme base le vin blanc Chartier et du rhum. Le mixologue Monsieur Cocktail ajoutait des gros morceaux de glace (cassés à partir d’un immense bloc de glace!) dans le verre, en plus d’ajouter de la petite glace concassée dans le mélange afin d’atteindre la température parfaite de dégustation. (4.5 degrés Celsius selon notre conversation avec Monsieur Cocktail). Il travaillait l’immense bloc de glace avec un gros pic, que je me serais clairement rentré dans la main un million de fois, mais lui c’est un pro alors ce n’est jamais arrivé, tsé. 

20160720_205851 20160720_205111

Voici la recette, pour les intéressés: 

Cocktail de Monsieur Cocktail –

  • Vin blanc Chartier 2014 (Pays d’OC), Rhum Flor de Cana 12 ans, Orgeat Maison au beurre noisette et à la cardamome noire
  • Jus d’orange fraîchement pressé
  • Bergamote
  • Zeste de lime de keffir déshydratée

Je l’avoue – je n’étais pas convaincue que le zeste de lime allait vraiment révolutionner le cocktail. On a goûté sans zeste et avec zeste et la différence de goût était assez prononcée – ça venait vraiment adoucir le goût sucré. C’était vraiment un drink de terrasse. (À essayer prochainement : mettre des fruits déshydratés dans mes cocktails pour voir comment ça modifie le goût.) 

Bref. On a survécu à notre sortie au centre-ville en un morceau. C’était même bien plaisant et on risque de le refaire (scandale!) On vous tient au courant de nos aventures de sorties sur le blogue dans les semaines à venir! N’hésitez pas à nous envoyer vos suggestions! Cheers!

20160720_203259

 

Un article de
Marie-Jules Morris Bourgouin's Avatar
Marie-Jules Morris Bourgouin

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Ma meilleure amie m’a appris…