Faits Vécus

Ce mois-ci, j’ai décidé de prendre soin de moi. J’ai enfin pris la décision de concrétiser mes intentions. Tsé les intentions que j’écris sur un papier fullll beau, mais qui restent juste là, écrites. Ce mois-ci, j’ai envie de prendre soin de moi. Parce qu’à travers les insatisfactions professionnelles, les angoisses quotidiennes, les nuits de 3 h à suer ma vie et les 8 cernes sous mes yeux, j’ai envie de dire à mon corps et à ma tête : STOP. Ces deux vlimeux-là m’envoient ben des messages pis je ne les écoute pas. Pis à la longue, je paie le prix.

carton
Source image : Unsplash

J’ai donc commencé par écrire mes intentions sur un beau carton (mais là, va pas penser que je vais juste les regarder cette fois-ci!). Ces intentions-là, elles me sont librement venues lors de mes classes de yoga. Tsé quand j’étais ben détendue et en paix avec moi-même (oui oui, ça m’arrive des fois). Premièrement, j’ai entamé un mois de sobriété, un gros 30 jours sans alcool. Well, c’est pas que je suis alcoolique, mais j’ai tendance à ben aimer ça. Autant j’en prends pour avoir du fun, autant j’en prends pour calmer mes nerfs quand je reviens d’la job. Pis ça, ce n’est pas la solution gagnante. Je te confirme que le lendemain matin, mon « j’ai pu de tolérance pour la job » revient ben vite. Je le fais aussi pour détoxifier mon corps. Parce qu’un esprit sain, ça vient dans un corps sain. Pis les derniers mois, l’accumulation de 5 à 7 a comme pas rendu mon corps ben sain. MAIS, y’a un début à tout.

Eau
Source image : Pixabay

Après ça, je me suis dit : « Girl, tu dois trouver une façon de calmer tes p’tits nerfs ». ÇA, je te confirme que c’est la partie la plus difficile pour moi. J’ai jamais été ben ben capable de me détendre. Ce qui m’aide? Le yoga. C’est une pratique qui me permet de faire une pause mentale pendant 1 h 15. Outre tous les avantages physiques que le yoga m’apporte, le fait d’être sur mon tapis réveille quelque chose de spirituel en moi. Je me dis que MON tapis, c’est comme MA vie (watch out la métaphore qui s’en vient). Sur mon tapis et comme dans la vie, je suis libre. Libre d’être fatiguée et de vouloir abandonner, libre de ne pas me juger dans mes difficultés et dans ma progression, libre d’accepter mes limites. Y’a aussi le fait que dans les deux cas, je suis entourée d’êtres humains avec lesquels je ne suis pas en compétition. Y’en a des plus doués, d’autres un peu moins. Je me dis que l’important, c’est de ne pas me comparer parce que ça sert à rien. C’est un peu l’esprit que je travaille actuellement (je te confirme que ce n’est pas si facile en réalité, mais j’essaie fort).

Yoga
Source image : Pixabay

Je garde en tête que de travailler sur soi, c’est le plus beau cadeau que l’on puisse s’offrir. Ça apporte ben des réflexions et ben des remises en question, mais ça vaut la peine. Peu importe les intentions que tu as, fais du mieux que tu peux, c’est la clé. Parce que t’es indéniablement la chose la plus importante au monde.

Un article de
Lawrence Morin-Poliquin's Avatar
Lawrence Morin-Poliquin

Le Cahier a la chance de compter sur une équipe de collaborateurs spontanés. Pour en faire partie, écrivez-nous à [email protected]!

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Bien connaître ses protéines végétales