Style de vie

Ce matin, sur ma route vélo-boulot-dodo, je suivais une fille en vélo. Une belle grande fille, une belle peau caramel avec des cheveux bouclés qui font rêver, avec son beau vélo vintage. Le turn-off instantané? Son casque était attaché sur son sac. Sur son dos. Pas sur sa tête. Sur son sac-à-dos.

Maintenant que je suis "grande", c'est un concept que j'ai beaucoup de misère à comprendre. Ton casque, c'est comme ta ceinture de sécurité en auto. Oui, cela a pris plusieurs années avant que ça soit obligatoire de porter sa ceinture me direz-vous. Cependant, le vélo existe depuis plus longtemps que les automobiles et on n’a toujours pas réussi à se brancher sur le fait que ça devrait être obligatoire.

crash-test-dummies-toys-i16

Source: alltaskstraducoes.com

Très jeune, j'ai des souvenirs que je ne voulais pas le porter. C’est probablement le cas de la plupart des enfants dans la phase du "Non je fais ce que je veux". C’était comme ça jusqu'au moment où mes parents ont compris comment me manipuler : ils m'ont acheté un casque de Ninja Turtles vert fluo, sur lequel je pouvais changer les différents bandeaux. (mon pref, c’était Michelangelo). Ensuite, j'ai frappé l'adolescence et avec ma grande logique d'ado, c'était comme-tsé-pas-cool porter des casques en vélo.

Maintenant, j’ai vieilli et je demeure à Montréal. Et être en vélo, ça me terrifie.

Autant qu’être piéton puisse être dangereux, être en vélo et circuler dans la circulation, c’est comme next level. Je conduis une automobile et j’ai autant peur de ne pas voir un cycliste et de le frapper ou lui ouvrir ma porte de char dans la face – je connais les deux réalités. Oui, il y a des pistes cyclables et ça, ça aide vraiment à croire à mon faux sentiment de sécurité.

Il y a récemment une femme qui est décédée, car elle a été happée par un camion… à 3 coins de rue de chez nous (et c'est sans parler de tous les autres qui ont fait les manchettes récemment). Voir les vélos fantômes (les vélos blancs) qui sont installés en guise de mémoire à ceux qui sont morts en vélo – souvent à cause d'un viaduc, d'une porte, d’un angle mort, ou autre – ça me donne des frissons dans le dos. J’ai beaucoup d’amis cyclistes, dont mon copain, et j’ai peur que quelque chose leur arrive.

ghost

Mais dans tout ça, je pense que c’est correct d’être inquiète. Ça me permet d’être plus vigilante et de faire attention quand je prends la route. Même que ça fait en sorte que je fais la morale à un de mes collègues au bureau. Depuis l’année passée, j’ai commencé à aller travailler en vélo et parfois, on se croise au rack à bécyk. Malgré son vieux vélo qu’il dit pas fiable, il ne porte pas de casque (Allô Seb)! À chaque fois je m’indigne et je lui envoie des liens vers des beaux casques qui ne coûtent pas un mois de loyer.

via GIPHY

D’ailleurs, j’ai gardé mes bonnes habitudes de geek : je me suis procurée un beau casque de vélo Nutcase avec un motif de tortue. J’adore leur slogan – I love my brain. Il y a tellement de jolis casques qui existent qu’il n’y a vraiment pas d’excuses.

tortue


Source: Nutcase helmets

Avec le temps, j’apprécie quand, mon copain et moi, on se déplace en vélo pour aller chez des amis pour des soirées. Il faut dire que sortir des pistes cyclables, ça me stresse un peu, surtout que je ne connais pas tous les signaux de route (oui je devrais les apprendre). L’an passé, on est allé à La Ronde en vélo avec un ami. J’ai survécu à la distance, aux routes sinueuses et aux conducteurs un peu fous de Montréal – bravo moi!

Bref, merci, maman, de m'avoir bien rentré dans ma tête dure qu'un casque c'est aussi important qu'une ceinture de sécurité en auto. Et fille, la prochaine fois, mets ton casque sur ta jolie tête.

MJ vélo

Un article de
Marie-Jules Morris Bourgouin's Avatar
Marie-Jules Morris Bourgouin

Mes articles 
Articles suivants
Article Featured Image

Club de lecture Le Cahier : Naufrage